Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/3229

par ,

Les impôt déguisés

Les augmentations d’impôts se font plus rares cette année, même si elles existent encore avec la taxe de séjour qui va augmenter de 50 à 400% dans les hôtels à trois étoiles et plus ; de même que la taxe sur les résidences secondaires dans les villes de plus de 50 000 habitants, la TASCOM majorée de 50% pour les établissements commerciaux de plus de 2 500m2,… Des taxes nouvelles apparaissent , une taxe additionnelle sur le résultat des entreprises ferroviaires, une taxe pour le financement du fonds de soutien aux collectivités territoriales…Et certaines taxes ne sont plus déductibles du résultat des entreprises ou, pour : la taxe sur les bureaux en Ile de France, des revenus fonciers… Et s’il y a eu moins de hausses d’impôts, elles ont été remplacées par des augmentations de prix, dans ce que l’on ose encore appeler des services publics, ceux-ci rendant pourtant de moins en moins de services..., à un coût de plus en plus élevé...

Il faut noter que malgré une inflation au taux zéro, les augmentations observées sont considérables :

+15% pour le timbre rapide ;
+ 4,3% pour le passe Navigo ;
+ 1,8% pour le gaz ;
+ 2,6% pour le TGV ;
+ 50 à 100% pour les tarifs de stationnement à Paris ;
+ 19% pour les tarifs de fourrière.

L’électricité a déjà augmenté de 1,9% le 1er novembre, et la hausse devrait se poursuivre, mais celle-ci n’a pas encore été négociée...

Les tarifs des assurances automobiles comme des assurances habitations devraient augmenter de 2 à 5%, du fait de la dégradation de la sécurité publique qui favorise les vols et autres larcins !
Les tarifs des assurances complémentaires de santé devraient connaître une hausse d’environ 2 à 3%, du fait que la Sécurité sociale se décharge de plus en plus sur elles de ses remboursements, tout en obligeant les entreprises et leurs salariés à s’assurer désormais sans que la cotisation soit déductible du revenu imposable...

Cela constitue autant d’impôts déguisés, qui sont dus, en réalité, à l’inefficacité des institutions publiques ou para publiques.

Ce qui n’empêche pas, dans le même temps, l’Etat d’obliger les entreprises privées à faire des efforts financiers parfois considérables, telle par exemple la baisse de 42% du prix du Doliprane qu’il a imposée à SANOFI.

Qui plus est, il met les familles au régime sec en majorant de 0,7%, seulement, les plafonds d’attribution d’allocations familiales, tandis qu’il réduit, ou supprime totalement, l’attribution de ces allocations aux classes moyennes.

Si vous avez pu déguster quelques "fruits déguisés" pendant les fêtes, il vous faudra néanmoins supporter des "impôts déguisés" pendant toute l’année !

Partager cet article :

Autres lectures ...

Taux de l’IS à 25 % : déjà trop élevé ?

Vers une nouvelle surtaxation des entreprises ?


Les propriétaires français sont déjà les plus taxés d’Europe !

Ce que cache la hausse du paquet de cigarettes à 10 Euros



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (1)

hausse à peine déguisée

le 19 janvier 2015, 09:41 par raymond Lebas

Vous ne parlez pas dans les hausses constatées en début d'année de la hausse de la CSPE (contribution au service public de l'électricité), celle-ci a augmentée au 1er janvier et est maintenant facturée à hauteur de 0,0195€/kWh soit +0,003€/kWh. Pour absorber le coût des énergies renouvelables elle aurait du être vraisemblablement autour de +0,009. Le CRE pour l'instant n'autorise pas plus de 0,003€/kWh d'augmentation par an et l'écart est mis sous le tapis par l'état mais cela crée une situation à terme très inquiétante. Par ailleurs il n'y a aucune communication sur cette hausse mais cette taxe est appelée à augmenter fortement, en 2010 ; 0,0045 en 2015 ; 0,0195 soit +23% en 5 ans. Le poids des taxes sur l'électricité représente actuellement + de 60% et on ne communique les hausses que sur le kWh !

- Répondre -

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies