Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil »  Le « trou de la Sécu » sera de deux milliards plus élevé que prévu

 Le « trou de la Sécu » sera de deux milliards plus élevé que prévu

par
710 vues

Un communiqué de presse du Gouvernement fait état d’un déficit de la Sécurité sociale pour l’année 2023 de 10,8 Md€, un niveau bien supérieur à ses prévisions inscrites dans la dernière loi de financement de la Sécurité sociale qui tablait sur un solde négatif à 8,7 Md€.

En cause, l’érosion des recettes redirigées vers la protection sociale et notamment les cotisations patronales et salariales (1,1 Md€ de moins que prévu) ainsi que la foultitude de taxes affectées qui constituent le volet fiscal des ressources de l’organisme paritaire (-1,5 Md€).

À l’horizon 2027, la situation apparaît apocalyptique : le déficit devrait encore progresser pour atteindre 17,7 Md€, soit 60 Md€ en cumulé sur quatre ans. Comme le notait le Haut Conseil pour le financement de la protection sociale en début d’année, les comptes de la branche maladie demeureraient dans le rouge à hauteur de 9 Md€ ainsi que ceux de la branche retraite (10,8 Md€ en incluant le fonds de solidarité vieillesse).

Une croissance économique atone et un marché du travail qui marque le pas ont, en effet, porté un rude coup au dynamisme du rendement des charges sociales et de la TVA qui alimentent en partie les caisses de la Sécurité sociale.

Pour réduire les dépenses, le Gouvernement n’a été capable que d’augmenter les franchises médicales, de transférer une part des coûts vers les mutuelles et de faire adopter une réforme des retraites dont le bilan financier, grevé par les concessions, n’est pas en mesure de redresser la situation à moyen et à long terme.

Alors que les prévisions de la Banque de France font état d’une croissance molle pour cette année et les deux suivantes (0,8, 1,5 et 1,7 %), il convient de s’interroger sur la sincérité des chiffres fournis par le Gouvernement en matière de comptes sociaux, le recours aux acteurs privés de l’assurance apparaissant, à terme, comme la seule solution soutenable.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

4 commentaires

biloute 28 mars 2024 - 7:40

Au lieu de faire payer aux cotisants la gabegie de la Sécurité sociale, ils feraient mieux de contrôler le nombre de cartes vitales, les abus de la CMU qui sont des non-cotisant, et dont le coût avoisinerait les 6 milliards d’euros par an, l’AME 1,1 milliard d’euros, les arrêts de travail abusifs, les consultations et des actes non effectuées, mais facturés, établir une seule entité de Sécurité sociale pour tout le monde sans exception, du président de la République au péquin moyen en passant par les députés, sénateurs, SNCF, EDF, fonctionnaires, etc, avec une harmonisation des cotisations et prestations. Plus besoin de taper au portefeuille !

Répondre
louis 28 mars 2024 - 8:46

2 milliards de plus ? par rapport a ce que l’on donne a l’ukraine c’est peau de zeb , d’ailleurs nono l’a dit : tout va bien😂

Répondre
Laurent46 28 mars 2024 - 11:06

Soigner gratuitement toute la misère du monde et payer grassement des Milliers de glandus dans les ARS structure récente je vous le rappelle au sein de laquelle glande les copains, l’Etat qui se pay pas les dû de ses salariés fonctionnaires et les médecins qui ne veulent plus faire leur métier, un Etat qui ne paye pas son dû, alors que les Français qui cotisent n’arrivent plus à se soigner faute de médecins et cette devenue minorité sera obligée de payer toujours plus pour en avoir toujours moins. Tant que cela fonctionne !!! Le public Républicain Gauchiste et Laïque est resté au temps des 30 glorieuses ou l’argent coulait à flots qu’ils ont pillé au point ou aujourd’hui il faut faire des Dettes pour que cette grosse glandeuse publique politiques et monde associatif y compris puisse continuer à livrer son prestige au monde entier qui se font éperdument du dernier de la classe, même s’il est boxeur.

Répondre
Mathieu Réau 28 mars 2024 - 4:46

Le trou de la Sécu, je vous l’annonce fièrement, c’est pas ma faute !

Répondre