Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Une façon d’aimer

Une façon d’aimer

Dominique Barbéris

par
227 vues

Si le style n’était pas de toute beauté , le livre serait triste à pleurer.  Nous ne sommes plus à Ville d’Avray comme dans le précédent roman de Dominique Barbéris mais à Douala peu avant l’indépendance. Néanmoins  les sentiments ressentis sont les mêmes. Madeleine,  qui a suivi son mari jusque-là, traîne  la même lassitude mélancolique de la banlieue  nantaise dont elle est originaire.  Elle n’est pas à l’aise dans cette  micro-société qui s’observe, juge et cancane. Tout rappelle l’inévitable,  les mesquineries provinciales,  l’ennui  entre deux réceptions au Akwa palace, le malaise des échauffourées qui annoncent l’indépendance du Cameroun. Comment expliquer alors le paradoxe du titre ? Car si la remise en cause du  mariage est une obsession de l’auteur , elle n’est pas la seule.

Ni la mère sans tendresse, ni le mari fidèle, ni le cousin prêtre, ni Prigent le séducteur  n’inspirent l’amour. Le talent de l’auteure est de montrer  combien les paysages sont les reflets de l’âme. Les palmes des arbres  scandent le temps,  les claustras retiennent la lumière, les oiseaux chantent mais gênent l’orchestre et sont abattus,  seules  les photos jaunies  maintiennent la vie . Alors le silence semble être la  seule façon d’aimer. C’est pourquoi Madeleine se tait devant le boy désobéissant et l’ auteur devant le divorce du Cameroun et de la France. Heureusement l’écriture  de D. Barbéris séduit par une harmonie de sons qui ont leur charme propre , touche directement les sens et les émeut sans passer par l’intermédiaire d’une profonde  réflexion. Cette nouvelle madame Bovary a tout pour mériter un prix Femina !

Achetez le livre

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Laissez un commentaire