Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Indice de liberté économique 2024 : bonnet d’âne pour la France

Indice de liberté économique 2024 : bonnet d’âne pour la France

par
2 113 vues
Comme chaque année depuis 1995, l’Heritage Foundation vient de publier son indice de la liberté économique. Son objectif est de mesurer la liberté économique dans chaque pays du monde, sur une échelle de 0 à 100. Il se base sur 12 indicateurs : le respect des droits de propriété, l’intégrité du gouvernement, l’efficacité de la justice, la pression fiscale, la dépense publique, la santé des comptes publics, la liberté des échanges, la liberté du travail, la liberté monétaire, la liberté des affaires, la liberté de l’investissement et la liberté financière.

Le rapport l’annonce dès l’introduction : l’économie mondiale est dans une situation de fragilité, qui résulte de « mauvais choix de politique économique depuis la période de la pandémie de coronavirus, d’une inflation plus élevée, de l’invasion de l’Ukraine par la Russie et d’un conflit plus large au Moyen-Orient, parmi d’autres tensions économiques et géopolitiques. » Le think tank américain s’inquiète d’un recul de la liberté économique dans de nombreux pays ; recul d’autant plus regrettable que le rapport 2024 confirme que la liberté économique enrichit et développe les nations qui l’embrassent.

Etat global de la liberté économique dans le monde en 2024 : la France décroche

L’indice de la liberté économique permet de classer rapidement les pays les plus libres du monde. Voici les 20 plus remarquables, dans le monde sur le premier tableau, en Europe sur le second.

Top 20 des pays les plus libres économiquement en 2024

Source : https://www.heritage.org/index/pages/report

Top 20 des pays les plus libres économiquement en Europe

Source : https://www.heritage.org/index/pages/report

Au niveau mondial, c’est Singapour qui domine, devant deux pays européens, la Suisse et l’Irlande. On retrouve aussi au pied du podium Taïwan, suivi du Luxembourg et de la Nouvelle-Zélande. L’Occident, terre où la liberté a vu le jour, compte 16 pays sur les 20 premiers dont 13 sont européens et 10 membres de l’UE. Notons que les cinq pays nordiques (Danemark, Suède, Norvège, Finlande et Islande), souvent présentés à tort comme des temples de la social-démocratie, sont tous présents dans le top 20 européen. La France ne figure ni dans le top 20 mondial, ni dans le top 20 européen. Elle se classe au 62e rang mondial, derrière les Bahamas et devant le Guatemala, et au 32e européen, derrière la Serbie et devant la Bosnie-Herzégovine.

Notre pays chute depuis 2020 et la période covid. De 66, sa note est descendue à 62,5 en 2024. Elle n’est certes pas la seule à voir son indice diminuer, mais elle reste une mauvaise élève parmi les pays développés. Elle a toujours été l‘une des dernières en Europe occidentale depuis la création de l’indice en 1995.

Source : https://www.heritage.org/index/pages/all-country-scores

Nous voyons sur ce graphique que la courbe de la France est bien en dessous de celle des autres pays. En 2024, la Suisse est 1ère en Europe, l’Irlande  2e, la Norvège 7e, l’Allemagne 12e, le Royaume-Uni 17e et la France 32e. On peut également y voir la chute inquiétante de la Grande-Bretagne depuis la pandémie de covid : sa note était de 79,3 en 2020 ; elle est descendue à 68,6 en 2024, soit une perte de plus de 10 points en quatre ans. Les leçons de Margaret Thatcher ne semblent plus être écoutées.

Une comparaison avec les pays de l’ex-bloc soviétique qui ont fait le choix du développement économique et de la liberté, montre encore plus nettement le décrochage de la France, adepte de l’étatisme forcené.

Source : https://www.heritage.org/index/pages/all-country-scores

En 1995, la France était au même niveau que l’Estonie (ancien membre de l’URSS) ; en 2024, elle se retrouve derrière tous ces anciens pays communistes d’Europe centrale et de l’Est. L’Estonie, qui a pris un grand virage libéral depuis la chute du bloc de l’Est, a grimpé à la 5e place en Europe en 2024 ; la République Tchèque est 15e, la Croatie 22e, la Pologne 23e et la Roumanie 29e. Dans le top 20 européen des pays les plus libres, il y a 6 pays anciennement communistes (Estonie, Lituanie, Lettonie, République Tchèque, Bulgarie et Géorgie). Ils savent l’importance de la liberté économique dans le développement, les autres données du rapport de l’Heritage Foundation le démontrent.

Un pays plus libre, c’est un pays plus riche, plus développé et plus écologique

Cet indice de la liberté économique 2024 démolit les arguments socialistes et écologistes qui estiment que le libéralisme rend les peuples plus pauvres et pollue l’environnement.

Selon l’Heritage Foundation, la moyenne du PIB/habitant en parité pouvoir d’achat en 2022 était de 103 869 $ pour les pays classés les plus libres économiquement, ceux qui obtenaient une note globale supérieure à 80 (soit les quatre premiers du classement ; rappelons-les : Singapour, la Suisse, l’Irlande et Taïwan) contre 61 052 $ pour les pays plutôt libres (note supérieure à 70 comme la Norvège, l’Australie, le Chili et les Etats-Unis), 32 225 $ pour les pays modérément libres (note de plus de 60 comme le Portugal, le Japon, la France ou la Hongrie), 10 637 $ pour les pays plutôt non-libres (note inférieure à 60 comme la Colombie, le Maroc ou la Russie) et de 10 389 $ pour les régimes dit répressifs tels que le Pakistan, la Chine et le Venezuela.

Source : https://www.heritage.org/index/pages/report

Plus l’économie d’un pays est libre, plus ce pays est riche et moins les habitants sont pauvres ! Comme le montre l’infographie suivante, les pays répressifs et non-libres (de la 82e à la 176e place du classement) ont un taux moyen de pauvreté « multidimensionnelle » de 15,4 % contre 1,9 % pour les pays plutôt libres et modérément libres.

Source : https://www.heritage.org/index/pages/report

Certains objecteront que ces seules données ne peuvent pas refléter la réalité et qu’il faudrait étudier l’indice de développement humain, l’IDH, qui comprend plusieurs variables comme la santé, le niveau de vie et le niveau d’éducation. C’est en effet un bon indicateur… qui démontre là encore la supériorité de la liberté économique. Les pays les plus libres ont en effet l’IDH le plus élevé et moins un pays est libre, plus l’IDH est faible.

Source : https://www.heritage.org/index/pages/report

Et l’écologie dans tout ça ? Selon Sandrine Rousseau et Jean-Luc Mélenchon, le libéralisme et le capitalisme détruisent l’environnement. Eh bien non ! Là encore, l’étude des données de l’Heritage Foundation montre clairement que les pays les plus libres économiquement ont un indice de performance environnementale supérieur à celui des pays moins libres.

Source : https://www.heritage.org/index/pages/report

Légère régression de la liberté économique dans le monde : la France, un cas d’école

L’édition 2024 de l’indice de liberté économique confirme indéniablement les bienfaits du libéralisme (libertés économiques, État aux dimensions réduites et bien géré, respect de la propriété). Toutefois, l’Heritage Foundation s’inquiète. Il fait remarquer que tous les pays « sont confrontés à de nombreux défis structurels à long terme dans les domaines de la transparence, de l’efficacité, de l’ouverture et de l’efficience des pouvoirs publics. » Il pointe le fait que de nombreux pays depuis la pandémie de covid ont renoncé assez brutalement aux principes de la liberté économique et que cela « risque non seulement de compromettre une reprise économique plus forte, pourtant indispensable, mais aussi de sacrifier la résilience et la prospérité économiques à long terme. De nombreux pays dans le monde, par exemple, sont déjà embourbés dans une dette plus lourde qui prolonge la stagnation économique. » Le think-tank le rappelle : « La véritable capacité d’une nation à connaître une croissance et une prospérité durables dépend de la qualité de ses institutions et de son système économique. » La France est un exemple préoccupant. Notre pays est passé de la 57e à la 62e place de l’indice, la dépense publique y est la plus élevée de l’UE (58,1 % du PIB en 2022), la pression fiscale est la plus forte de l’OCDE avec un taux de recettes fiscales de 46,1 % du PIB, le déficit public énorme (5,5 % du PIB en 2023), et la dette publique ne cesse d’augmenter (110,6 % du PIB). Cela se traduit de manière sévère dans le classement : 7e pire pays en termes de pression fiscale, 21e pire pays pour la santé des comptes publics et l’un des pires aussi pour la dépense publique, avec Cuba !

Pour que la France sorte du marasme, les recettes sont évidentes, l’IREF ne cesse de les rappeler : le gouvernement, quel qu’il soit, doit corriger la trajectoire actuelle en s’inspirant des nombreux pays qui ont reconnu la supériorité de la liberté économique, et où elle s’est avérée cruciale sur tous les plans, celui du progrès comme celui de l’épanouissement de l’homme.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Laissez un commentaire

4 commentaires

louis 2 mai 2024 - 8:04

l’etat restant la priorité dans ce pays sachant qu’on ne fabrique plus rien que le batiment est en berne comment voulez vous que la situation s’améliore ? meme le service compte tenu du niveau de vie des français est en baisse , la situation est juste catastrophique et que fait l’état : il recrute 60 000 fonctionnaires de plus et augmente tout son personnel ; plus belle la vie quoi !

Répondre
Yves MONTENAY 2 mai 2024 - 9:15

Quand j’évoque, cette une question autour de moi, personne ne comprend de quoi il s’agit !
Le terme « liberté » évoque celle de la presse, des opinions … Mais pas celle de l’économie.

J’ai même remarqué un article du Monde décrivant le marché comme un dogme religieux et non, un mécanisme concret !

Répondre
Jacques Peter 2 mai 2024 - 3:46

La France est au 62ème rang mondial de l’indice des libertés économiques calculé chaque année par Heritage Foundation. La honte absolue. Mais c’est le choix de notre gouvernement socialiste.
On ne peut pas, en même temps, être un pays socialiste et prétendre figurer en bonne place dans l’indice des libertés économiques. La France a hélas choisi le socialisme, et elle en paye le prix en termes de prospérité.

Répondre
Gali 5 mai 2024 - 12:11

Super compte rendu, limpide et sans biais, bravo! Mais quelle tristesse, chaque année, de devoir subir l’affaissement irrémédiable de cet ex- magnifique pays! Quand un vaisseau amiral aussi ancien s’embourbe, on ne peut plus le tirer hors de sa souille sans lui briser ses membrures…

Répondre