Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Le nationalisme n’est pas toujours une menace pour la démocratie – Poutine menace les Britanniques – Niveau sans précédent d’actes antisémites

Le nationalisme n’est pas toujours une menace pour la démocratie – Poutine menace les Britanniques – Niveau sans précédent d’actes antisémites

par
486 vues

Pologne

Un « nouveau chapitre » dans les relations UE-Pologne : Bruxelles a annoncé lundi son intention de mettre fin à une procédure qui visait Varsovie depuis six ans en raison des atteintes à l’indépendance de la justice reprochées à l’ancien gouvernement nationaliste. La Commission européenne a estimé qu’ »il n’y a plus de risque clair d’une violation grave de l’Etat de droit en Pologne au sens de l’article 7 du traité de l’Union », six mois après l’arrivée au pouvoir des forces pro-européennes emmenées par Donald Tusk. Dans une démarche jusqu’alors inédite, l’exécutif européen avait en décembre 2017 activé cet article contre la Pologne, en réaction aux réformes judiciaires mises en place par le parti nationaliste Droit et Justice (PiS) accusées de saper l’indépendance des juges. En février, la Commission avait déjà annoncé le déblocage de fonds européens jusque-là gelés, soit 136 milliards d’euros d’ici à 2027. A noter, au passage, que le parti nationaliste, voire qualifié de populiste PiS avait accepté le verdict des urnes lors de sa défaite aux législatives d’octobre 2023 comme quoi le nationalisme n’est pas toujours une menace pour la démocratie.

Ukraine

Moscou a menacé, lundi, de frapper « toute installation ou équipement militaire britannique sur le territoire ukrainien et au-delà », si Kiev utilisait des « armes britanniques » contre des cibles en Russie. Une déclaration énigmatique, puisqu’on voit mal la Russie frapper une base britannique sur le sol d’un pays de l’OTAN, qui constituerait un acte de guerre aux conséquences incalculables. Ne reste donc que l’option éventuelle de la destruction d’avions, ou de navires d’origine britannique dans des espaces internationaux… à moins qu’il ne s’agisse que d’une gesticulation sans conséquence concrète, comme le Kremlin en est, à vrai dire, coutumier depuis le début de l’invasion de l’Ukraine.

Par ailleurs, le président russe Vladimir Poutine a ordonné lundi matin la tenue d’exercices nucléaires tactiques « dans un futur proche » impliquant notamment des troupes basées près de l’Ukraine, en réponse « aux menaces » de dirigeants occidentaux envers Moscou, selon le Kremlin. Une posture visant à intimider les dirigeants occidentaux, et surtout leur opinion publique, mais qui ne semble pas révéler un changement de la « grammaire » du régime russe en matière de dissuasion et utilisation de l’arme ultime : de tels exercices sont organisés régulièrement, sans être claironnés, par toutes les puissances nucléaires.

Antisémitisme

L’organisation Anti Defamation League (ADL), basée aux Etats-Unis s’est alarmée, dans son rapport annuel divulgué dimanche soir, du « niveau sans précédent » d’actes antisémites enregistrés dans le monde en 2023, la guerre entre le Hamas et Israël alimentant depuis le 7 octobre un « incendie qui était déjà hors de contrôle ». Le rapport de cette année se dit « incroyablement alarmant, avec des niveaux d’actes antisémites documentés sans précédent, y compris aux États-Unis », où le nombre d’incidents antisémites de tout type a atteint un plus haut historique. Le nombre d’actes antisémites a augmenté dans tous les pays comptant d’importantes minorités juives, notamment les États-Unis, la France (où il a été multiplié par quatre, à 1.600 au total), le Royaume-Uni (multiplié par 2.5) l’Australie, l’Italie, le Brésil et le Mexique. Si la tendance actuelle se poursuit, « le rideau tombera sur la possibilité de mener une vie juive en Occident : porter une étoile de David, fréquenter des synagogues et des centres communautaires, envoyer les enfants dans des écoles juives, fréquenter un club juif sur le campus ou parler hébreu », avertit le rapport. Une enquête menée dans 105 pays il y a quelques années avait établi, à partir de réponses à une douzaine de questions considérées comme marqueur d’antisémitisme du genre « les Juifs sont trop influents », qu’un adulte sur quatre dans le monde avait des préjugés antisémites.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire