Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » L’hypocrisie climatique et énergétique du « monde riche »

L’hypocrisie climatique et énergétique du « monde riche »

par
485 vues
Le monde entier traverse une crise énergétique majeure. La réponse du monde développé à cette problématique a mis en évidence son attitude hypocrite à l’égard des énergies fossiles. C’est cette hypocrisie verte que le climatologue Bjorn Lomborg dénonce dans un article du Wall Street Journal. Les pays riches recommandent en effet aux pays en développement d’utiliser les énergies renouvelables. Le mois dernier, le G7 a annoncé qu’il ne financerait plus le développement des combustibles fossiles à l’étranger. Pourtant, l’Europe et les États-Unis supplient les nations arabes d’accroître leur production de pétrole. L’Allemagne rouvre des centrales à charbon pour compenser son choix catastrophique de quitter le nucléaire, et l’Espagne et l’Italie dépensent beaucoup pour la production de gaz en Afrique. Bon nombre de pays européens ont demandé au Botswana d’extraire plus de charbon ;  ce pays du sud de l’Afrique va ainsi plus que doubler ses exportations pour satisfaire aux besoins de pays riches.

Une dépendance mondiale aux énergies fossiles

Le monde développé s’est enrichi grâce à l’utilisation généralisée des énergies fossiles, qui alimentent toujours la plupart des économies développées. Les énergies renouvelables (éolien et solaire) ne sont pas fiables et la transition écologique est pour l’instant au point mort, comme l’explique le rapport sur la situation mondiale des énergies renouvelables 2022.

Certains estiment que les énergies renouvelables vont améliorer leur rendement médiocre à l’avenir, et misent notamment sur une augmentation des capacités de stockage des batteries. Or, cette voie ne servira à rien pour Bjorn Lomborg. A l’heure actuelle, les batteries présentes dans le monde peuvent à peine alimenter 75 secondes de la consommation électrique moyenne mondiale nous explique le scientifique danois. Même si l’offre augmente rapidement, d’ici à 2030, les batteries du monde entier couvriront toujours moins de 11 minutes de la consommation électrique mondiale. Chaque hiver en Allemagne, lorsque la production solaire est à son minimum, l’énergie éolienne est quasiment nulle pendant au moins cinq jours, soit plus de 7 000 minutes.

C’est pourquoi les panneaux solaires et les éoliennes, en plus d’engendrer de nombreux désagréments et d’être un gouffre financier, ne peuvent pas fournir la majeure partie de l’énergie nécessaire à l’industrialisation des pays pauvres. Les usines ne peuvent pas s’arrêter et redémarrer au grès du vent, la production d’acier et d’engrais dépend du charbon et du gaz, et la plupart des énergies solaire et éolienne ne peuvent tout simplement pas fournir l’énergie nécessaire pour faire fonctionner les pompes à eau, les tracteurs et les machines qui sortent les gens de la pauvreté.

Les chiffres de Bjorn Lomborg sont édifiants : les combustibles fossiles fournissent encore plus des trois quarts de l’énergie des pays riches, tandis que l’énergie solaire et éolienne en fournit moins de 3 %. Une personne lambda dans le monde développé utilise chaque jour plus d’énergie produite à partir de combustibles fossiles que toute l’énergie utilisée par 23 Africains pauvres.

On estime que 3,5 milliards de personnes parmi les plus pauvres du monde n’ont pas d’accès fiable à l’électricité. Plutôt que de leur donner accès aux outils qui ont permis aux pays riches de se développer, certains de ces mêmes pays riches demandent allègrement aux pays en développement de renoncer au charbon, au gaz et au pétrole et de passer directement à ce que M. Lomborg surnomme péjorativement le « nirvana vert » des panneaux solaires et des éoliennes.

L’expérience du village indien de Dharnai

Ce paradis promis est une imposture fondée à la fois sur des vœux pieux et un marketing vert très développé. Bjorn Lomborg revient sur l’expérience de Dharnai, un village d’Inde que Greenpeace a tenté en 2014 de transformer pour qu’il soit la première communauté du pays alimentée uniquement par l’énergie solaire. Greenpeace a reçu une attention médiatique mondiale élogieuse lorsqu’elle a déclaré que Dharnai refuserait de « céder au piège de l’industrie des combustibles fossiles. » Mais le jour où l’électricité solaire du village a été allumée, les batteries se sont vidées en quelques heures ! Un garçon se souvient qu’il n’a pas pu faire ses devoirs tôt le matin parce qu’il n’y avait pas assez d’énergie pour la seule lampe de sa famille !

On a dit aux villageois de ne pas utiliser de réfrigérateurs ou de téléviseurs parce qu’ils épuiseraient le système. Ils ne pouvaient pas utiliser de cuisinières et devaient continuer à brûler du bois et des excréments, ce qui crée une pollution atmosphérique aussi dangereuse pour la santé d’une personne que de fumer deux paquets de cigarettes par jour, selon l’Organisation mondiale de la santé. Dans les pays en développement, des millions de personnes meurent prématurément chaque année à cause de cette pollution intérieure. Mais il est plus facile pour les écologistes d’accuser le charbon et le pétrole.

Finalement, lorsque Dharnai a été raccordé au réseau électrique principal de l’Inde, qui fonctionne en grande partie grâce au charbon, les villageois ont rapidement abandonné leurs connexions solaires. Une étude universitaire a également révélé que l’électricité du réseau, en plus de fonctionner de façon beaucoup plus optimale, coûtait le tiers du prix de l’énergie solaire. Aujourd’hui, le système d’énergie solaire désaffecté de Dharnai est couvert d’une épaisse poussière et le site du projet est un abri pour le bétail. Encore un camouflet pour les idéologues de Greenpeace.

Des énergies fossiles irremplaçables pour l’instant

Malgré un fort activisme écologiste dans les pays du monde riche (bien souvent en Occident), les nations développées vont continuer à dépendre des combustibles fossiles pendant des décennies. L’Agence internationale de l’énergie estime que même si toutes les politiques climatiques actuelles sont appliquées intégralement, les énergies renouvelables ne fourniront qu’un tiers de l’énergie des États-Unis et de l’Union européenne en 2050. Le monde en développement n’est pas aveugle à cette hypocrisie. Le vice-président du Nigeria, Yemi Osinbajo, a exprimé son désarroi : « Aucun pays au monde n’a réussi à s’industrialiser en utilisant des énergies renouvelables », mais on attend de l’Afrique qu’elle le fasse « alors que tout le monde sait que nous avons besoin d’industries fonctionnant au gaz pour faire des affaires ».

La pensée écologiste concernant les énergies renouvelables, qui se veut comme partie intégrante d’un certain humanisme, est en réalité l’une des pires discriminations qui soit. Pour la planète, les pays pauvres doivent rester pauvres.

Plutôt que de bloquer égoïstement la voie du développement des autres pays, les nations riches devraient faire preuve de bon sens et convenir que les énergies fossiles vont rendre encore à l’Humanité de grands services. De même, plutôt que de subventionner l’énergie éolienne et solaire, qui ne peut pas être viable sans argent du contribuable dépensé à foison, les pays développés devraient laisser faire l’innovation et promouvoir dans le reste du monde le meilleur moyen de faire de l’électricité à bas coût et sans émissions de Co2 : le nucléaire.

Vous pouvez aussi aimer

20 commentaires

JR 30 juin 2022 - 8:24

Bonjour, bon billet Monsieur Aymeric Belaud, hélas le bon sens paysan n’atteint pas les neurones des décideurs politico-médiatiques aux ordres de Klaus Schwab. Le résultat des législatives démontrent que les Français veulent reprendre leur sort en main avec 89 députés RN. Le dévoiement de « l’écologie » au profit d’une idéologie, voire d’une néo-religion va non seulement coûter cher, mais va aussi occasionner des troubles sociaux. Il est urgent de se débarrasser de ces soi-disants écolos, mais vrais éscros et vrai idéologues dangereux, ce sont des parasites de l’humanité. La roue commence par tourner, la gigantesque supercherie climatique, aussi qualifiée de Casse du siècle prend du plomb dans l’aile. Ce sujet est primordial et je ne vois pas E. Borne en tête de cette escroquerie, rectifier le tir. L’urgence est énergétique, pas à l’idéologie. Ce que nous vivons était prévisible depuis 10 ans.
PS: il n’est nul besoin d’invoquer la moindre génération de C02 pour défendre le nucléaire. Le C02 est inoffensif. Merci. Bien à vous

Répondre
Maellys93 1 juillet 2022 - 8:04

@JR
Quel optimisme !!!

89 députés pour le RN au bout de 40 ans!!!
Avant que ce courant obtienne la majorité, il y a une forte probalité que nous soyons tous morts de la canicule.

Les « boomers » ont, depuis 1981, une part déterminante dans le résultat de toutes les élections.
Et en DEMOCRATIE les élections en sont la base.
Voila une génération totalement IRRESPONSABLE et EGOÏSTE qui n’a cessé de pratiquer le « TOUT tout de suite » sans réfléchir aux conséquences.

Une génération maintenant atteinte par la COUARDISE.

Pour preuve en 2022 sa « servitude volontaire » aux politiciens du « centre » comme Renaissance et LR.
Et avec les résultats que nous constatons en ce moment avec l’installation de membres de la NUPES à des postes à responsabilité.

Sale temps à venir pour les « papy-boomers » car non seulement il détiennent 65% du patrimoine mais leur revenu médian est 2 fois supérieurs à celui d’un actif.

Et, cerise sur le gâteau, ils demandent que ceux qui travaillent soient encore plus mis à contribution financièrement pour que l’État investisse dans des installations pour leur assurer une fin de parcours « digne ».

Pour un actif, il y a matière à « péter les plombs » en votant NUPES, surtout quand il lira le dernier ouvrage de François de Closets.
https://www.lefigaro.fr/actualite-france/francois-de-closets-les-boomers-ont-dilapide-l-heritage-20220628

Répondre
Laurent46 10 juillet 2022 - 5:30

Très bien dit mais hélas il faudrait commencer à se débarrasser de tous les Trolles Nains qui dirigent l’UE et particulièrement en France et en Allemagne ou le nouveau Trolle semble être plus dangereux dans bien des domaines ce qui ne s’est pas vu depuis quelques années et comme de tous temps aidé par la Trolle mafieuse des US. Reste que la France est très loin d’amorcer un changement au regard du comportement actuel d’une grande majorité de la population et en particulier, et c’est un constat de ces dernières semaines dans une région touristique du milieu féminin qui ne sait plus ce qu’il veut et qui en général est très loin du respect des autres. L’autre constat c’est que ce milieu non respectueux et stupide est souvent issu de services public et d’une autres catégorie qui sont les assistées professionnelles celles à qui tout est dû et qui sont nombreuses en France aujourd’hui. Certes il y a toujours des exceptions mais faut-il encore faire la différence entre celles qui le sont vraiment et celles qui ne se rendent même plus compte de leur Idiot Trollerie ce qui est plus grave encore.

Répondre
Laurent46 1 juillet 2022 - 5:34

Le monde est pourri par des systèmes mafieux qui ne recherchent que le fric au détriment de la population. Dès qu’un nouveau secteur d’activité ou idée se découvre il faut a tout prix casser ce qui existe pour se faire un maximum de fric. Et là tout le monde s’y jette les entreprises, les gouvernements, les médias enfin tous le système le plus pervert qui puisse exister faut-il pour cela perdre toutes les mises de fond au bout de quelques mois sauf pour les gouvernant et les banques qui savent se faire une santé sur le dos de la population quelle que soient les fautes qu’ils commettent.

Répondre
Gilles Lamarque 1 juillet 2022 - 6:19

Excellent article, brillamment illustré de ce fiasco indien tu sous silence et de l’aveu du président nigerian qui sait ce qu’est pauvreté et pression démographique.

Répondre
Maellys93 1 juillet 2022 - 8:14

En l’espace de la vie d’un « Boomer », la population mondiale aura quintuplé (1,5 Mds versus 8Mds sous peu).

Est-ce que la SURPOPULATION ne serait pas une cause importante de ce réchauffement climatique?

En tout cas, c’est a priori une cause importante de la diminution des ressources naturelles car 5 personnes consommeront toujours plus qu’une!

Répondre
JR 4 juillet 2022 - 1:11

Bonjour Maelly93, je ne vois pas le rapport entre les « boomers » et l’escroquerie organisée par une bande d’escrocs en col blanc et d’idéologues gauchistes, bien souvent avec la complicité de l’état, sous prétexte climatique et qui va coûter 150 000 Milliards $, soit 50 % des taxes & impôts ?
Entre 1980 en 2021 la France n’est passée que de 55 M à 67 Millions d’habitants, bien que le nombre de carte vitale soit de 75 Millions. Donc soit que 22 % M d’habitant en plus dont sans doute la moitié d’immigré clandestin ou en regroupement.
Notez qu’en même temps le nombre de fonctionnaire est passé de 1,8 M à 5,7 M pour bien moins de service…que s’est-il passé…alors que l’informatisation aurait améliorer le rendement …
Donc les « bommers » ne sont pas responsables de la croissance mondiale de la population, ne serait-ce pas l’inde, l’Afrique et la Chine ?
Pour en revenir aux « boomers » n’ont-ils pas beaucoup travaillés, eux …et tout acquis à la force du poignet ? Avec rien ils ont tout fait, désormais avec tout ils ne font plus rien. Ceci sans doute à cause de la néo-idéologie éscrolo-islamo-gaucho-macrono-cancelo-wokiste instillée par la bien-pensance et les médias aux ordres de Klaus Schwab le mondialiste collapsologue. Bien à vous

Répondre
Laurent D 1 juillet 2022 - 8:03

Très bonne analyse. Laissons causer les écolos faux culs hypocrites et doux rêveurs ou pire castrateurs fanatiques radicalisés. Avec quel carburant fonctionnent les bateaux de Greenpeace ? Je n’y ai jamais vu ni éoliennes ni panneaux solaires. Ponctuellement j’approuve l’usage de panneaux ou chauffe-eaux solaires mais pas financés par l’argent public et fabriqués chez nous et pas en Chine. Concernant la politique énergétique de notre beau pays, nos dirigeants, le nez dans le vent n’ont plus de cohérence ni de vision et devront un jour rendre compte de leur incompétence. Il me revient à l’esprit une devise dont vos lecteurs connaissent peut-être l’auteur : « ceux qui savent faire font. Ceux qui ne savent pas faire enseignent. Ceux qui ne savent pas enseigner enseignent aux enseignants. Ceux qui ne savent pas enseigner aux enseignants font de la politique ». Je rajouterais que celui qui ne sait pas faire de politique est président.

Répondre
Bernard GUILHON 1 juillet 2022 - 12:54

 » Avec quel carburant fonctionnent les bateaux de Greenpeace ? » Elargissons la question. Avec quel financement Greenpeace (surnommé la torpille de la CIA) peut se permettre d’acheter, entretenir et armer une flotte de 20 navires?

Répondre
JR 4 juillet 2022 - 8:43

Bonjour Bernard, vous êtes lucide… ! Il faudrait envoyer tout cela par le fond, comme le Rainbow Warrior. C’est mieux avant… Merci. Bien à vous

Répondre
Moneo 1 juillet 2022 - 8:09

Le pire est à venir l UE veut accélérer la mutation vers l’écologie , les français en tête .

Répondre
JR 4 juillet 2022 - 8:43

Certes, mais la résistance s’organise ! Merci

Répondre
Pierre Bouchet 1 juillet 2022 - 8:20

Excellent article, et excellents commentaires. Quelle hypocrisie ! Cette idéologie est mortifère, et risque bien de casser l’entente franco-allemande, au risque de faire renaître de graves tensions en Europe, tôt ou tard.

Répondre
LORTAT-JACOB Antoine 1 juillet 2022 - 9:23

Excellent article. Il faut également rappeler que la Banque mondiale présidée à l’époque par Madame Christine Lagarde avait alors chiffré le coût de la transition énergétique à 69 mille milliards de dollars. Récemment Madame Christine Lagarde devenue depuis présidente de la BCE a revu à la hausse ce montant pour l’évaluer à 90 mille milliards de dollars.
Si l’on se souvient que dans les années 80 un des vice-présidents du GIEC, le docteur Ottemeier déclarait en substance : «  » » Il faut arrêter de dire que la politique de transition énergétique a pour objectif de lutter contre le dérèglement climatique; en réalité son but est de créer un nouvel espace de « new business » et de développement économique » » », il devient alors évident pourquoi la transition énergétique est effectivement financée par diverses subventions, taxes et impôts. Il est en effet démontré aujourd’hui que les énergies intermittentes appelées faussement renouvelables, ont des rendements énergétiques largement insuffisants, coûteux et non rentables. Le moteur de cette arnaque mondiale du 21ème siècle est bien le fric, des montagnes de fric. Toutes les autres explications ne sont que des prétextes utilisés par l’idéologie écolo anti nucléaire à des fins politiques pour entraîner les opinions, les lobbies politiciens et autres ONG manipulés et grassement subventionnés .

Répondre
rochard 1 juillet 2022 - 9:32

Le constat est intéressant, mais comment gérer les effets climatiques des énergies fossiles. J’aurais aimé que vos propos intègrent également une réflexion sur ce thème.

Répondre
Bernard GUILHON 1 juillet 2022 - 12:59

« gérer les effets climatiques des énergies fossiles. » Pouvez-vous exposer une démonstration scientifique, non catastrophiste et indépendante des escrocs du GIEC, démontrant ces effets? Je suis preneur.

Répondre
nanard 2 juillet 2022 - 4:16

bonjour, la NASA étudie l’atmosphère de notre planète, elle a calculé que l’effet de l’homme tout confondu était de 0.5W/M2….. si vous êtes curieux rapprochez cette valeur de celle du GIEC….. c’est disons très différent. Pour être sur que c’est négligeable, analysez le bilan thermique des échanges de températures, ces 0.5W/m2 ne représentent qu’un millième… Je vous laisse faire l’analyse, c’est très instructif, d’autant que les échanges de températures entre les océans et l’atmosphère sont mal pris en compte dans les simulations actuelles.

Répondre
JR 4 juillet 2022 - 11:59

Bonjour Rochard, il n’y a aucun effet climatique des énergies fossiles. Bien à vous

Répondre
nanard 2 juillet 2022 - 4:05

excellent : quand la réalité devrait s’imposer et non pas les idées fumeuses d’idéologues. ( l’énergie dite renouvelable n’existe pas, ce n’est qu’un concept d’écolo bisounours, tout comme le moteur à eau…pour d’autres)

Répondre
Astérix 3 juillet 2022 - 9:47

Tant que nous aurons des énarques à la tête du Pays, il faudra oublier le Bon-sens dont vous parlez, dont nous aurions pourtant bien besoin depuis des lustres !
Mais les français n’ont toujours pas compris ????

Répondre

Laissez un commentaire