Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Les pendules à l’heure > Macron enchaîne les bourdes sur l’Afrique

Macron enchaîne les bourdes sur l’Afrique

lundi 11 octobre 2021, par François Turenne

Décidément Emmanuel Macron est plein de surprises. Quelques jours après avoir fait la morale aux dirigeants maliens et algériens, il participait à un sommet Afrique-France avec la société civile africaine. Une initiative assez curieuse qui pourrait être interprété par les dirigeants des pays concernés comme une insulte. En tout cas, c’est une maladresse diplomatique. En effet, rarement des dirigeants auront été tenus à l’écart d’une rencontre internationale rassemblant les membres de leur société civile. Emmanuel Macron a compris qu’il était de moins en moins en odeur de sainteté auprès des dirigeants africains, il a donc décidé de les court-circuiter.

Le Président français a par ailleurs tenu des propos qui ont fait réagir la France entière. Il a déclaré : « On ne peut pas avoir un projet d’avenir pour la France si elle n’assume pas sa part d’africanité ». Cela signifie-t-il qu’Emmanuel Macron défend désormais le concept de créolisation, si cher à Jean-Luc Mélenchon ? En tout cas, il semble bien que ce soit davantage le candidat Macron que le chef de l’État qui était la semaine dernière à Montpellier. Il s’est en effet déclaré prêt à accentuer le travail « de reconnaissance » des responsabilités de la France dans la colonisation et l’esclavage. Des gages adressés aux électeurs Français d’origine africaine ?

Surtout, le Sommet aura été l’occasion de nouvelles dépenses : de la mise en place d’un fonds de soutien à la démocratie (30 M€) à la création d’une « Maison des mondes africains et des diasporas », en passant par le soutien aux start-up africaines. Emmanuel Macron a, en effet, annoncé la création d’un fonds de 10 millions d’euros pour subventionner les projets innovants et créatifs, a priori sans que l’argent transite par les gouvernements africains. C’est peut-être une bonne idée pour éviter que l’argent disparaisse du fait de la corruption, mais le contribuable français est-il d’accord pour être une nouvelle fois mis à contribution ?

En 2020, selon le rapport annuel du fonds Partech sur le financement des start-up africaines, 359 levées de fonds ont été réalisées (+ 44 % par rapport à 2019) pour un montant de 1,4 milliard de dollars. Les jeunes pousses africaines ont-elles vraiment besoin des 10 M€ de Monsieur Macron ? Enfin, notons que les participants, eux- mêmes, ont explicitement demandé que la France cesse d’aider l’Afrique. Ils souhaitent que celle-ci s’émancipe de la tutelle française.

https://fr.irefeurope.org/Publications/Les-pendules-a-l-heure/article/Macron-enchaine-les-bourdes-sur-l-Afrique

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière