Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

Patrimoine et revenus d’Emmanuel Macron :
Des avocats et des professeurs de droit s’interrogent

Des professeurs de droit et des avocats s’interrogent de manière pertinente sur le patrimoine et les revenus d’Emmanuel Macron. Ces questions ne sont pas anodines et restent pourtant sans réponse à ce jour.

Professeurs de droit et avocats signataires :

• Frédérique Clavel, avocate au barreau d’Annecy
• Marie Dangibeaud, avocate au barreau de Paris
• Jean-Philippe Delsol, avocat au barreau de Lyon
• Solange R. Doumic, avocate au barreau de Paris, ancienne première secrétaire de la conférence
• Guillaume Drago, Professeur de droit à l’Université Panthéon-Assas Paris II
• Morgane Fauveau Daury, professeur de droit à l’Université de Picardie Jules Verne,
• Stephane Fertier , Avocat au barreau de Paris
• Grégoire Gauger,avocat au Barreau de Paris
• Jean-François Funke, Avocat au Barreau de Paris
• Ph Meysonnier, avocat au barreau de Lyon, Ancien Batonnier, Membre du Conseil National des Barreaux
• Régis Pech de Laclause, Avocat au barreau de Narbonne, ancien bâtonnier
• Alban Pousset-Bougère, Avocat au barreau de Lyon
• Brigitte Regnault, avocate au barreau de Paris
• Patrick Simon, avocat au barreau de Paris

Quinze questions sans réponse

• Comment Emmanuel Macron peut répondre au journal Le Monde (04/04/2017) qu’il n’a jamais « flambé 1000 € par jour » alors qu’il a indiqué avoir gagné environ 2000 € par jour pendant les cinq années précédentes, sans même tenir compte des revenus de son épouse, et n’a déclaré en 2014 qu’un patrimoine de 156 000€ ?

• Alors qu’il a dirigé une transaction de 9 milliards d’euros, comment se fait-il qu’on ne trouve aucune trace de bonus dans ses déclarations ? On sait que dans les banques d’affaires le succès d’une telle opération est généralement largement rémunéré en sus des émoluments ordinaires. Il serait dès lors surprenant que la transaction considérée n’ait pas donné lieu au versement d’un "incentive" très conséquent à son profit, que ce soit sous forme de numéraire, d’attribution gratuite d’actions ou d’options d’achat d’actions.

• Comment peut-il soutenir qu’à cause d’importantes charges sociales, son revenu fiscal de référence a été insuffisant pour payer ses impôts alors que le revenu fiscal de référence est déterminé après charges ?

• D’où viennent les revenus de capitaux mobiliers qu’il indique avoir perçus pour 291.286 euros en 2011 et 270.296 euros en 2012 ? Peuvent-ils ne procéder que de la seule détention de la part unique de 16 euros qu’il détenait dans la société en commandite simple Rothschild et compagnie alors que ce type de société ne peut pas distribuer de dividendes à ses gérants commandités ? Ces dividendes de 560 000€ se rattachent-ils alors à d’autres participations ? Dans quel cadre et selon quelles modalités juridiques et financières ont-elles été acquises ? Enfin, que sont-elles devenues depuis lors ?

• Qu’a-t-il fait de ses 20 actions dans le capital de la SAS Financière Rabelais, l’un des principaux associés commandités de la société en commandite simple Rothschild & Cie Banque (SIREN 323 317 032), elle-même associé commandité à 99,99% de Rothschild & Cie ? Il devait les apporter pour une valeur de 372 187, 20€ à la société selon avis préalable de l’assemblée générale d’actionnaires de Paris Orléans prévue le 8 juin 2012. Mais dans l’avis de convocation lui-même quelques jours plus tard le nom de Monsieur Macron a disparu et les dites actions sont apportées par deux tiers. Leur a-t-il cédé ses parts ou les leur a-t-il confiées en garde ?

• Comment Emmanuel Macron a-t-il pu ne payer que 53 652,97 € d’indemnité de rupture de son engagement dans la fonction publique alors qu’il n’a guère été fonctionnaire plus de six ans et que, dans ce cas, les anciens élèves de l’ENA doivent verser une indemnité égale à deux fois le dernier traitement annuel diminuée de 20% par année de service au-delà des six ans, et qu’il avait gagné 162 120 € en 2013 lors de sa dernière année dans la fonction publique avant d’être nommé Ministre ?

• Pourquoi a-t-il omis de ses déclarations sa part dans la créance de la communauté sur son épouse au titre des travaux qu’il a réalisés pour 500 000€ dans une maison appartenant en propre à sa femme avec laquelle il est marié sous le régime de la communauté, alors qu’il a porté au passif de ses déclarations la totalité de l’emprunt contracté initialement par la communauté pour 350 000 € afin de réaliser ces travaux ? Sans ces omissions, le patrimoine d’Emmanuel Macron en 2014 et 2017 aurait dû être respectivement plus de trois ou deux fois supérieur à celui qui ressort de ses déclarations, ce qui représente des manquements substantiels rendant leur auteur passible d’une peine de 3 ans d’emprisonnement et 45 000 € d’amende ainsi que, à titre complémentaire, l’interdiction des droits civiques et l’interdiction d’exercer une fonction publique.

• D’une manière générale, qu’a-t-il fait de son argent alors qu’il a emprunté pour payer une grande partie des travaux exécutés dans la résidence de sa femme et que le montant des travaux dans son appartement parisien serait resté modeste ? Où cet argent est-il passé ? Etait-il lui-même dispendieux à ce point qu’il dut emprunter pour payer ses impôts ? Ca ne serait pas conforme à ses propos tenus à Libération.fr le 17 septembre 2012 pour expliquer ses années chez Rothschild : « L’idée était aussi de me mettre à l’abri financièrement. Je n’ai pas de goûts de luxe, ni de gros besoins, mais j’accorde beaucoup de prix à mon indépendance ». Et le même média d’ajouter, le 26 août 2014 : « Depuis son passage par Rothschild, suffisamment riche pour être à l’abri du besoin jusqu’à la fin de ses jours ». Mais alors, où est le patrimoine ?

Ces éléments ne peuvent pas être rejetés d’un revers de main. Il faut que M Macron s’explique sans délai ou que la justice se saisisse. La transparence de la vie publique doit s’appliquer avec la même rigueur aux uns et aux autres.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Monsieur Macron, vous devriez savoir que les actifs sont tous productifs

Les inquiétudes de M. Macron seraient-elles fondées ?


Les contribuables face au silence du Parquet financier

Patrimoine d'Emmanuel Macron : L'IREF demande l'ouverture d'une enquête
Lettre adressée au Procureur de la République



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (28)

Explications ineptes

le 14 avril, 23:34 par Bruno Pasquier

Interrogé, lors de l’émission de France 2 du 6 avril, sur la disparition de son patrimoine d’importantes sommes qu’il avait gagnées lors de son activité chez Rothschild, Emmanuel Macron a déclaré : « J’ai utilisé l’argent que j’ai gagné à rembourser une partie de mes emprunts et à faire des travaux d’autre part. »

Cette explication est irrecevable car ni le remboursement d’emprunts qui affecte de la même diminution l’actif et le passif du patrimoine, ni les dépenses pour travaux qui s’accompagnent d’une revalorisation équivalente les biens concernés, ne peuvent justifier la disparition d’une fortune de l’ordre d’un million d’euros.

Il est étonnant que les journalistes de la chaîne de service public aient pu sans réagir accepter de telles inepties !

- Répondre -

qui

le 14 avril, 23:51 par truchon

qui est la vieille dame qui accompagne macron

15 avril, 14:15 - CharlesMartelle78

D'aucuns disent que c'est sa Maman.

- Répondre -

Même traitement pour tous les candidats à l'élection présidentielle

le 15 avril, 00:03 par FRÈRE Jean-Claude

F. Hollande demande aux candidats à l'élection présidentielle d'être irréprochables, je pense que c'est mal parti pour son protégé, encore faut-il que la vérité éclate au grand jour avant le 23 Avril. Pour se faire, faisons pression par tous les moyens.

- Répondre -

Dites-nous tout M MACRON ....

le 15 avril, 00:37 par Martinie Michel

Non, rassurez-nous : ce n'est pas du tout du voyeurisme, comme vous le redoutiez lors de l'Emission politique sur France 2 en réponse à une impertinente question de M Pujadas...
Simplement, comme les 22% de sondés qui vous promettent un second tour qualifiant, nous sommes quelques amis encore indécis.
Un Postulant-Président face à la mission d'une Haute Autorité Pour la TRANSPARENCE de la Vie Publique ne peut redouter de répondre à ce petit questionnaire.
Votre réponse immédiate aurait l'immense avantage de soulager le travail des employés de cette institution dirigée par un ancien magistrat de réputation, épargnerait une Nième enquête au PNF et permettrait d'éclairer la lanterne de notre petit groupe en vue du prochain choix le 23 avril.

- Répondre -

QUESTION : Y AURAIT-IL UNE IMMUNITÉ MACRON ?

le 15 avril, 10:31 par LEXXIS

Pour l'immense majorité des médias qui ont soigneusement étouffé le débat qui aurait dû s'installer sur la cohérence et l'exactitude des déclarations officielles du candidat , on connaît déjà la réponse. Mais pour la justice, la question -sans doute pour quelques jours- demeure encore pendante.

En effet, lorsque certains esprits chagrins se sont étonnés de la promptitude de la justice à ouvrir une enquête dans le cas Fillon, on leur a très officiellement répondu qu'il n'y avait rien d'exceptionnel. Certes cette promptitude était quasiment sans précédent, notamment en période préélectorale, mais enfin faute de comparaison, on en était réduit à des conjectures. Puis, chemin faisant dans cette campagne qui décidément ne ressemble à aucune autre, on a vu une nouvelle fois le cours de la justice brusquement s'accélérer dans l'affaire Le Pen. Mais là, les juges butèrent sur l'obstacle parfaitement prévisible d'une immunité parlementaire européenne revendiquée haut et fort par l'intéressée et dont la levée nécessite une décision du Parlement européen réuni en séance plénière. Dès l'origine, la justice savait donc parfaitement que la procédure requerrait plusieurs mois et que la décision ne pourrait intervenir que bien après l'élection. Comme par hasard, elle se décide pourtant à demander la levée de l'immunité, quelques jours seulement avant le premier tour du scrutin.

Or contre toute attente, cette assiduité et cette célérité doublement exemplaires s'essoufflent brusquement dès que des soupçons publics, solidement argumentés et documentés par plusieurs grandes plumes du droit, se portent dans diverses tribunes sur le candidat Macron. Avec les plaintes ou les saisines successives et réitérées de l'IREF et de plusieurs contribuables (certaines depuis le début mars !), la justice semble d'un coup se figer, se raidir et adopter le réflexe de l'huitre vis-à-vis du crabe. Cette fois-ci aucune confidence au Canard enchaîné, aucune note à Médiapart, pas le moindre entrefilet pour le Journal du Dimanche, aucune fuite d'aucune sorte, mais un silence radio qui commence à devenir pesant, avec l'amorce en filigrane d'une distinction à laquelle on n'ose encore croire entre les personnes "non gratae" à qui rien ne serait épargné et le candidat préféré du pouvoir auquel rien ne saurait être reproché.

Or voici quelques années et parce qu'ils s'y sont indirectement reconnus, beaucoup de citoyens ont ressenti douloureusement l'affaire du "mur des cons" et comme, malgré sa relative ancienneté, elle n'est toujours pas jugée à ce jour, ils savent que la justice sait prendre largement son temps, tout spécialement sur des affaires sensibles ou qui la mettent en cause. Mais une chose est sûre : au fur et à mesure que les jours passent et que l'échéance de l'élection se rapproche, ces citoyens ne veulent pas voir s'édifier sous leurs yeux un nouveau mur : celui du silence et du déni qui serait encore plus honteux que le premier, après les premières fins de non recevoir émises par une HTVP qui n'avait visiblement nulle envie de réexaminer un dossier à la lueur d'une argumentation technique qui l'embarrasse.

Mais, alors que l'urgence est électoralement la même pour tous, comment peut-on expliquer que le candidat Fillon fasse séance tenante l'objet d'une enquête et ultérieurement d'une mise en examen, que les poursuites contre la candidate Le Pen soient opportunément réactivées quelques jours seulement avant la première échéance électorale, sans que de son côté le candidat Macron ne soit inquiété le moins du monde pour des déclarations officielles qui ne convainquent personne de ceux qui, à titre professionnel, traitent quotidiennement de patrimoine, de revenus et de fiscalité ? Chose curieuse et embarrassante : ce candidat d'ordinaire si prompt à faire valoir son bon droit et ses soutiens s'en tire par la pirouette d'un voyeurisme mal placé pour refuser de répondre dans le détail aux attaques qui pointent pourtant les nombreuses lacunes et contradictions de ses déclarations.

On sait que par le passé le Conseil constitutionnel a déjà validé au forceps une élection présidentielle en dépit de comptes de campagne non conformes. Mais dans le climat de défiance actuel et alors que l'abstention menace de devenir le premier parti de France, il est impératif que justice saisie par un des requérants depuis le début du mois de mars fasse à temps son travail. Et aussi qu'elle le fasse bien en développant une argumentation publique, claire et convaincante pour éviter que la prochaine élection ne risque de traîner indéfiniment dans son sillage le soupçon délétère d'une usurpation, dont tous ceux qui contestent la République ne manqueraient pas de tirer profit.

15 avril, 15:16 - ThB

Assez de ces juridictions d'exception dont les membres ne sont finalement que des copains, voire des coquins, aux ordres du pouvoir qui les a nommés. La gôôôche hurlait (à juste titre) contre les juridictions d'exception instaurées dans les années 60. Que fait-elle aujourd'hui ? Assez de ces cuistres, de ces lâches et de ces tartufes qui, au final, n'ont obtenu aucun résultat sur les destinées de la France, dont le redressement était leur mission et leur mandat. Aux armes citoyens !

15 avril, 16:51 - Martinie

Réponse dans la question...sauf à se bander les yeux,la situation de M Macron ne peut être qualifiée de complexe au regard des éléments publiés. Vous avez poser le cadre de ce dossier de manière parfaitement cristalline et, sauf à vouloir insulter la sagacité des professionnels du parquet et de la hatpv, il est inimaginable qu’une main "tropvisible" n’inspire pas la morosité de ces institutions...
En tout état de cause, votre conclusion doit secouer les consciences .

- Répondre -

HATVP, PNF...? On se moque de nous !

le 15 avril, 11:09 par Philippe de F

Simple prêt de titre, donation temporaire d'usufruit et le tour est joué. Comme son maître, fort probablement, quelques années plus tôt ?

- Répondre -

Politique spectacle

le 15 avril, 11:55 par Richard Pipino

Il est évident que tous les candidats a la Présidence ne sont pas traités avec équité par les médiats.
J'ai le sentiment d'assister à la campagne des Oscars plus qu'a celle de la présidence.

19 avril, 19:55 - maxens

les medias ont choisi leur candidats, et les français votent tel des moutons de panurge...CQFD

- Répondre -

Et alors !!!

le 15 avril, 18:10 par Philippe

De toute façon, rien ne sera changé quelque soit le candidat. Aucun candidat, parti, maire de grande commune, député, sénateur ne soulève le manque évident de transparence puisque j'ai l'impression qu'ils sont tous complices.
Et surtout ne dites pas aux jeunes qu'ils peuvent changer tel ou tel système en allant voter. Car au 2ème tour, il y aura un candidat extrême et un candidat soi disant républicain alors tout le gratin médiatique, politique, artistique etc... appellera à voter pour le moins pire.

16 avril, 13:47 - Franzi

Tout dépend ce qu'on appelle le "moins pire".
Pour moi, Micron est le "plus pire" qui puisse exister...

- Répondre -

Merci pour la clarté de l'exposé...

le 16 avril, 13:56 par Franzi

Oui, merci beaucoup pour la clarté de cet exposé.
Si j'en connaissais les principaux éléments, je fais encore de petites découvertes !
Cet homme, ce nuisible, est vraiment prêt à tout pour continuer à détruire notre pays (et notre civilisation) tout en s'enrichissant encore plus sur notre dos.
Et dire que, malgré cela, il reste près d'un quart de Français assez naïfs pour envisager de quand même voter pour cet hollande bis !... Quelle tristesse !
Le comportement des merdias et des juges politisés est digne des plus grands maffieux.
Une honte absolue qui me révolte.

- Répondre -

Paradis fiscaux

le 16 avril, 15:35 par Yves

La réponse est pourtant facile, qu ' est ce qui légalement aurai pu empêcher Me Trogneux épouse Macron d ' être allée incognito en voyage pour 1 paradis fiscal cacher le capital ( commissions de la Banque Rotchild & co) de Mr. Macron. Et avec les alliances internationales de Mr. Macron, cherchez donc au nom de Trogneux ou 1 autre mandaté, ou sur 1 compte islamique grace a son ami salafiste ?????????

- Répondre -

Ni patrimoine ni culture

le 16 avril, 16:52 par Eveno

Le Guyane n'étant pas une île !
Un peu d'érudition ne fait pas de mal !
Est-ce prémonitoire ?
Macron le mollusque et la macrone son coléoptère ! (définitions Encyclopédiques).
Ou pire, la réincarnation de Macron, favori de Tibère, odieux Préfet du Prétoire allant jusqu'à étouffer Tibère pour plaire à Caligula, dont il conserva quelques temps les faveurs en prostituant sa femme, jusqu'à ce que Caligula les oblige tous deux à se suicider !
(référence Encyclopédique)

- Répondre -

Pas de patrimoine ni de culture ?

le 16 avril, 18:08 par Eveno

Le Guyane n'étant pas une île !
Un peu d'érudition ne fait pas de mal !
Est-ce prémonitoire ?
Macron le mollusque et la macrone son coléoptère ! (définitions Encyclopédiques).
Ou pire, la réincarnation de Macron, favori de Tibère, odieux Préfet du Prétoire allant jusqu'à étouffer Tibère pour plaire à Caligula, dont il conserva quelques temps les faveurs en prostituant sa femme, jusqu'à ce que Caligula les oblige tous deux à se suicider !
(référence Encyclopédique)

- Répondre -

manipulations

le 16 avril, 20:39 par marie francoise blondeau

comment ne pas croire à une manipulation contre François Fillon alors que pour M Macron, malgré toutes les contradictions ou les flous que posent ses déclarations de patrimoines il n'y a aucune enquêtes, aucuns médias s'y intéressent, vraiment M macron est intouchable ? pourquoi ?
pour ma part, François Fillon est le meilleur et certainement le plus honnête de tous, car, s'il avait été malhonnête, il aurait trouvé des parades comme les beaucoup d'autres les ont trouvées ;
Ce sont toujours les innocents qui se défendent le moins bien car ils n'ont pas prévu de parades ?

- Répondre -

.... facile, le controleur est un subordonné de Macron à BERCY !!

le 17 avril, 08:36 par nemrod

Je viens de trouver ça sur le net et ça explique tout !

... Sa déclaration qui ne pose pas problème, circulez y-a rien à voir, a été contrôlée par Mr MARGOTTE, nouvel entrant à la hatvp, qui avant bossait .... à Bercy, sous les ordres de Mr MACRON en 2013-2014... ça doit pas être facile de contrôler son patron...

C'est lui qui répond à ANTICOR dans le courrier envoyé par la hatvp : http://www.anticor.org/2017/03/27/p ....

et c'est lui aussi qui faisait partie de délégation de Bercy qui expliquait l'intérêt de la loi aux sénateurs : http://www.cgc-dgfip.fr/documents/4 ...

...et qui bossait à la direction des finances publiques...http://www.economie.gouv.fr/files/f ...

17 avril, 11:07 - Martinie

Merci de vérifier le 1er lien (réponse de la hatvp) car le renvoi n’aboutit pas ....

17 avril, 11:21 - Martinie Michel

Nouvelle vérification : lien actif Mais il faut supprimer les ...après le p
Bien vu et Bravo ! nous avons affaire a un "fin limier"
À publier et surtout transmettre au Parquet pour demande de vérification car trop d'indices concordants et "confondants ?"

17 avril, 11:55 - Martinie Michel

A M Delsol

N’est-ce pas pertinent et urgent de saisir à nouveau le Parquet de ces éléments nouveaux ?

17 avril, 20:59 - LEXXIS

SUR LA PISTE DE NEMROD
UN VIEUX TRAVERS DE LA RÉPUBLIQUE :
LE CONFLIT D'INTÉRÊTS ?

Le 23 mars 2017, dans son rejet de la demande de l'Association Anticor en vue du réexamen des déclarations de patrimoine du candidat Macron qui suscitent de nombreuses questions de cohérence et d'exactitude, le Président de la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique (HATVP) indique expressément que le dossier est suivi par Monsieur Sébastien Margotte. Or cette personne n'est pas une inconnue puisque le 1er septembre 2015, on la retrouve en qualité d'administrateur des finances publiques-adjoint comme bénéficiaire d'une délégation de signature au sein de la Direction Générale des Finances Publiques dans le cadre de la Direction des contrôles Fiscaux de l'Ile-de-France. Donc au sein même de Bercy, Monsieur Margotte exerçait déjà des fonctions importantes du temps où Monsieur Macron était Ministre de l'Économie. On sait aussi que Monsieur Margotte a fait partie des personnes entendues par la Commission des Finances du Sénat dans le cadre de l'examen du projet de loi relatif à la lutte contre la fraude fiscale et la grande délinquance économique et financière (in Rapport Anziani du 10 juillet 2013). Il est donc incontestable que Monsieur Margotte par ses fonctions passées se trouvait relever d'une Administration certes placée sous l'autorité du Ministre des Finances de l'Époque, Monsieur Sapin, mais qui n'était pas sans lien avec le Ministère de l'Économie, avant même le regroupement en septembre 2016 des deux Ministères sous son autorité unique.

Dans ces conditions et alors que le site officiel de la Haute Autorité recense , outre le collège décisionnel de 8 personnes, une cinquantaine de collaborateurs d'origines diverses, on peut légitimement s'étonner que pour suivre les questions qui affectent les déclarations du candidat Macron et alors que le choix est vaste, on nomme précisément un fonctionnaire qui fait partie du Ministère avec lequel sans conteste le Ministère de l'Économie a le plus de rapports, sinon d'affinités. On déplore ainsi que, selon un vieux travers de notre République, la Haute Autorité ne prête guère l'attention qu'il faut à la notion de conflit d'intérêts ou à la recherche de l'indépendance la plus haute et la moins contestable. Pour suivre le dossier de l'ancien Ministre Macron, elle va en effet nommer un ancien administrateur du Ministère voisin, alors que la référence à des cultures professionnelles diverses dont s'enorgueillit la Haute Autorité lui permettait sans nul doute de choisir sur le dossier Macron un référent nettement plus distant de Bercy.

D'ailleurs, la Charte même de la HATVP précise en son article 3 : ?"Prévention des conflits d’intérêts à l’égard des déclarants : Les situations suivantes constituent un lien d’intérêt impliquant le déport du membre, du rapporteur ou du membre du personnel concernant un dossier– un lien de parenté, y compris par alliance ; ?– une relation professionnelle directe, qu’il s’agisse d’une relation hiérarchique ou non ; ?– l’appartenance à un même corps de la fonction publique ; ?– l’appartenance à un même organisme public ou privé à but lucratif ou non". Or , depuis le regroupement en septembre 2016 sous l'Autorité d'un seul Ministre, le même Michel Sapin, des deux Ministères des Finances et de l'Économie, Monsieur Margotte se trouve depuis huit mois appartenir au même organisme public que celui que dirigeait Monsieur Macron. Pour éviter toute polémique ou toute espèce de soupçon et au moins depuis la fusion des deux Ministères, Monsieur Margotte aurait donc dû être prudemment écarté du contrôle du dossier Macron, ou se déporter spontanément s'il en avait été chargé par inadvertance, l'importance et la richesse des effectifs de la HTVP écartant tout risque d'empêchement technique. En outre, on sait que la HATVP peut également être consultée par les élus sur des questions de déontologie et de conflits d'intérêts relatifs à l’exercice de leur fonction, ce qui ajoute encore aux exigences d'indépendance et de parfaite neutralité de ses propres missions. Et il n'est pas moins troublant encore que le lendemain même du rejet de la demande d'Anticor, une décision du 24 mars 2017 du Président Nadal portant délégation de signature dispose dans son article 1 : "Délégation permanente est donnée à M. Sébastien Margotte, chef de pôle, pour signer, dans la limite de ses attributions et au nom du président de la Haute Autorité, tous actes préparatoires aux décisions de la Haute Autorité".

Entendons-nous, les juristes pourront sans doute discuter à l'infini pour savoir si Monsieur Margotte se trouvait ou non effectivement en délicatesse avec la charte précitée, alors surtout que cette dernière précise expressément que la liste précédente n'est pas limitative : "Chaque membre, rapporteur et membre du personnel doit prendre en compte, pour estimer si un lien d’intérêt est de nature à engendrer un déport, l’intensité du lien, sa nature et ses effets au regard des missions et des valeurs de la Haute Autorité, telles que précisées à l’article 1ER". Il reste qu'indépendamment des qualités personnelles de l'intéressé, le choix par la HATVP de Monsieur Margotte pour suivre le dossier Macron pose un réel problème à tous ceux qui estiment qu'on ne doit jamais transiger, ni barguigner

> ni avec la notion d'indépendance qui doit toujours demeurer stricte et à son plus haut,

> ni avec les risques -fûssent-ils minimes- de conflits d'intérêts.

Surtout lorsque le législateur vous a confié la mission ambitieuse d'établir une parfaite transparence dans la vie publique.

17 avril, 23:01 - Martinie Michel

Un bel exposé qui éclaire notre lanterne, mais...l'élection est dans 6 jours !
HATVP, PNF, Procureur du Parquet Général de Paris...mais que fait la Justice, si empressée d'ouvrir une enquête préliminaire pour un candidat ?

- Répondre -

2 poids 2 mesures

le 17 avril, 14:11 par Geffroy Yvon

Macaron malhonnête !

- Répondre -

Macron protege de la gauche

le 17 avril, 23:34 par De broucker

Tant que hollande et la gauche seront au pouvoir rien ne sera entrepris pour faire la lumiere sur toutes ces incoherences voire ces mensonges...le parquet financier restera muet !!!

- Répondre -

de peu d'intérêt, je parle du personnage en lui-même

le 19 avril, 21:05 par puech

enfant trouvé à l'angle de la rue Solférino, éduqué dans le sérail financier et propulsé sur scène par son père spirituel, aussi fourbe et menteur que Mitterrand, Hollande, afin de tenter de sauver le socialisme ou ce qu'il en reste, les héritiers afin de ne pas perdre les avantages liés à la mandature se rallient comme les désespérés du radeau de la Méduse à Macron. Un beau bordel. On a ce con mérite !

- Répondre -

Macron Ministre fictif en 2016 ???

le 20 avril, 14:55 par PDG

... en 8 mois il a dépensé 500€ par jour pendant 8 mois pour ses frais de bouche... en fait pour préparer "en marche"... difficile de faire en plus son travail de Ministre ... pour lequel bien sur il était grassement payé...

- Répondre -

INTOX

le 20 avril, 16:31 par VERONIQUE

Puisque vous savez compter et que c'est votre métier donnez donc les réponses !

- Répondre -

D'un transfert de patrimoine interne au couple Macron

le 20 avril, 21:14 par Menuel

L'actif net de M Macron est de l'ordre de 270000 euros . Dans la mesure où le couple est assujetti à l'ISF, le patrimoine net de Mme Macron doit être largement supérieur à 1000000 euros ... Il serait utile pour le débat de connaître le montant exact avec l'évolution sur les 5 dernières annees . Nous pourrions alors aisément vérifier si M Macron a fait donation ( déguisée ...) à son epouse ...

21 avril, 08:42 - Cmoi

Les yeux dans les yeux : je vous jure que tout est normal.

Candidat " en marche "

- Répondre -

Dissimulations Macron

le 21 avril, 10:14 par Deponthieu

Que la vérité sur TOUS les biens et les comptes de Mr Macron soit dite

- Répondre -

Il y a sûrement des explications

le 23 avril, 14:44 par Daniel26

Peut-être que ces avoirs plus que probables ont été donnés à des nécessiteux en échange d'un lot de vieux costumes dans l'attente de leur restitution ? Ou bien ont-ils été discrètement glissés sous la gourmette qu'un membre suppléant aurait laissée sur la table de chevet après son service ?
Imagine-t-on le Général De Gaulle se faisant offrir ses tenues de fantaisie par ses troupes, ou oubliant ses bijoux de famille chez des intimes ?

- Répondre -

honteux

le 24 avril, 15:46 par olivier

et après on parle de transparence , Macron est un arriviste et nous apportera a nous en tant qu'ouvrier que régression a notre pouvoir d'achat.Cette homme veux nous faire croire le changement alors qu'il a fait parti du gouvernement Hollande et l'a trahi ensuite, il veut uniquement le pouvoir pour sa propre personne.

- Répondre -

N'importe quel quidam peut-il se porter partie civile ?

le 25 avril, 20:44 par sicard

Peut-on se porter partie civile pour obliger à une enquête du parquet ?

26 avril, 13:26 - Martinie Michel

Même question destinée à Me Delsol

28 avril, 11:11 - evelyne

comme les autres, un escrot

- Répondre -

Désarroi...

le 9 mai, 15:09 par Beuquillon

J'ai lu la déclaration de patrimoine d'Emmanuel Macron. Quel belle illustration d'une démocratie mourante !!!

- Répondre -

Macron pas clair du tout !!

le 22 mai, 11:18 par Lang Brigitte

Mr Macron doit justifier son patrimoine ET ses énormes frais de campagne comme tout le monde !
Souvenez vous de l'acharnement contre le Président Sarkozy. ...

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
F E R M E R

Newsletter hebdomadaire
Recevez gratuitement nos publications