Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Les pendules à l’heure > Ecole : l’Etat veut sa fin

Ecole : l’Etat veut sa fin

vendredi 27 juin 2014, par Nicolas Lecaussin

Dans une étude publiée en septembre 2013, l’IREF montrait que les pays les mieux classés pour ce qui est des résultats scolaires, sont aussi ceux qui accordent la plus grande liberté à leurs écoles.

Ce n’est malheureusement pas le cas de la France, où le ministre Benoît Hamon en vient même à souhaiter supprimer les notes scolaires. C’est une nouvelle initiative qui va enlever aux enfants le peu de repères qui leur restent.
Les notes servent à les stimuler et à leur faire comprendre que, sans travailler, il est difficile d’obtenir de bons résultats ! A l’évidence, nos politiques ne le savent pas encore. (ou ne l’ont pas encore compris)

https://fr.irefeurope.org/Publications/Les-pendules-a-l-heure/Ecole-l-Etat-veut-sa-fin

Vos commentaires

  • Le 30 juin 2014 à 06:06, par cricri En réponse à : ECOLE

    Pour ce qui est des notes je pense qu'il serait frustrant de les supprimer cela aide les enfants à prendre conscience de leur niveau , ceux qui travaillent bien sont valorisés cela doit également motiver les plus faibles à combler leurs lacunes et les inciter à persévérer dans la bonne voix

  • Le 30 juin 2014 à 11:15, par Francis Weyrich En réponse à : notes et chômage

    Supprimer les notes ne sera qu'une mesure stupide de plus.
    Tôt ou tard on donnera le BAC à tous, puis on s'étonnera de voir le chômage augmenter quand
    la première notation se fera en entreprise lors d'une demande d'embauche de gens qui ne savent ni écrire sans un minimum de fautes, ni calculer de tête.
    J'étais chef d'entreprise. Je n'ai jamais embauché de personne dont l'orthographe risquait de discréditer mon entreprise aux yeux de mes clients.
    L'égalité entre tous n'existe pas et n'existera jamais, c'est un refus des réalités. Il y a des malades et des gens bien portants comme des travailleurs et des fénéants.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière