Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Les priorités successives du gouvernement

Les priorités successives du gouvernement

par
981 vues

Face à la fronde agricole, Gabriel Attal vient de promettre de mettre l’agriculture “au-dessus de tout le reste”. Il disperse aux frais du contribuable un peu d’argent, il s’engage à alléger des contraintes sur les jachères ou la gestion de l’eau et à en augmenter d’autres sur les industriels et distributeurs agroalimentaires dont il exige qu’ils achètent plus cher pour vendre meilleur marché.

Il y a un mois, c’est l’éducation qui devait être « la mère de toutes les batailles » alors que la nouvelle ministre en charge de l’éducation abandonnait à la vindicte gauchiste l’enseignement privé qui devrait servir de modèle à l’enseignement public pour l’aider à sortir de ses bas-fonds.

Début 2023, M Macron voulait sauver l’hôpital public et désengorger les urgences qui sont, un an plus tard, sur le point de craquer : les soins se dispensent dans des bungalows préfabriqués tandis que des patients meurent sur des brancards qui font la queue.

Les priorités successives sont aussi peu crédibles que les fidélités successives sont fidèles.

Il est temps de comprendre que le problème, général, tient à la collectivisation progressive et pernicieuse de la société avec ses fonctionnaires omniprésents, ses normes et réglementations fixées d’en haut, ses interdits et injonctions surabondants… Rendez la liberté aux professionnels, aux familles, aux agriculteurs, aux écoles, aux hôpitaux… Ils sauront mieux faire ce qu’ils doivent faire que l’Etat qui s’arroge indument le droit de décider pour les autres.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

6 commentaires

Jean-Aymar de Sékonla 27 janvier 2024 - 7:51

Bien vu.
Pb N°1: L’éducation: « La mère de toutes les batailles »
Pb N°2: L’agriculture: « Au dessus de tout »
Pb N°3: La réindustrialisation: « Au dessus de toutes les batailles’
Pb N°4: La santé: « La mères de tout »
etc.
C’est beau un politique en action: « quand on n’a pas la chose on a les mots ! » c’est ce qu’on leur apprend !

Répondre
BELLEDENT 27 janvier 2024 - 8:14

Dans les années 80 avec les lois de décentralisation et de déconcentration du pouvoir , nous avons assister à redonner aux territoires la gouvernance, aujourd’hui nous assistons à une récentralisation du pouvoir jacobin dans un triangle parisien ( Élysée -Matignon – Bercy )
Les paysans sortent les fourches
Les enseignants se font décapiter.
Les soignants sont menacés de burnout
Les fonctionnaires sont empêchés par le politique
La France qui bosse souffre !!!

Répondre
CALY 27 janvier 2024 - 8:56

Le en même temps du gouvernement et son fameux cap !.. Dans les faits, c’est une girouette permanente d’où ne sort aucune action concrète sauf celles de restreindre en permanence nos libertés et celles d’appauvrir la France dans tous les domaines. !

Répondre
Almaviva 27 janvier 2024 - 12:11

Tout devient urgent dans notre beau pays ! Depuis Hollande et maintenant « Jupiter » notre pays va à la dérive et nos politiques se contentent d’annonces de différentes meurettes pour tenter de calmer la colère légitime de tous les français dont les agriculteurs. Tout ceci provient du fait que nos dirigeants sont totalement soumis au dictat européen qui a été toute souveraineté aux états membres ! D’où l’importance des élections européennes de juin prochain : il faut Faire venir des députés souverainistes qui refusent ce dictat et qui veulent que les nations reprennent leur souveraineté propre.

Répondre
VEDUN 27 janvier 2024 - 12:27

Votre vision du libéralisme m’évoque un certain archaïsme, un défaitisme voire de l’anarchisme ; à ce compte là on peut remettre en question la norme sociale qui fait que c’est le gouvernement qui décide et non pas l’IREF ou moi !

Si ce gouvernement tenait la route il soulèverait le vice de concurrence déloyale qui nous empêche tout développement durable et signe l’impuissance de Bruxelles ; je ne parle même pas du gouvernement qui n’est là que pour le show.

Votre lettre est apparue spontanément dans les courrier indésirables aujourd’hui.

Bien à vous

Répondre
AlainD 29 janvier 2024 - 4:50

Hélas notre belle France est en passe d’être défigurée par une politique spectacle qui tente de parer au plus pressé après avoir fat la sourde oreille aux grondements d’une population laminée par une fiscalité abusive sans que s’améliore le solde de la dette qui au contraire ne cesse de grossir avec un ministre de l’économie qui se borne à faire des additions et majorer les taxes. Le président de la république se préoccupe bien peu de la France et des Français, qui est aller faire du tourisme en Inde et va se rendre sans tarder en Suède… Comment sommes-nous tombés si bas ???

Répondre