Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Envoyer un colis de France en Allemagne coûte 4 fois plus cher que l’inverse

Envoyer un colis de France en Allemagne coûte 4 fois plus cher que l’inverse

par
1 166 vues

Savez-vous que la Commission européenne publie les tarifs de livraison transfrontière de colis ? Un règlement fait obligation aux prestataires de services de 50 salariés ou plus, ainsi qu’à ceux qui sont établis dans plus d’un pays de l’Union européenne, de communiquer à leur autorité réglementaire nationale des tarifs nationaux et transfrontières pour un maximum de 15 services de livraison de colis de base. Les différentes autorités nationales compétentes communiquent ensuite ces tarifs à la Commission européenne qui les publie sur un site internet.

Si vous souhaitez envoyer un paquet de 500 grammes dans une enveloppe d’Allemagne vers la France, vous avez le choix entre 21 prestataires qui factureront le service entre 1,09 € et 7 €, la moyenne s’établissant à 3,72 €.

Pour l’opération inverse – envoyer le même paquet de la France vers l’Allemagne – il vous en coûtera entre 12,50 € avec La Poste et 71,19 € avec DHL ! Précisons qu’il n’y a, en France, que trois prestataires à proposer ce service. Ceci expliquant sans doute cela.

Envoyer ce même colis à l’intérieur du territoire français vous sera facturé 5,82 € par La Poste. En Allemagne, vous aurez le choix entre 23 opérateurs qui vous prendront, en moyenne, 1,47€.

Indéniablement, la concurrence fait baisser les prix. Il est dommage pour le porte-monnaie des Français que leurs gouvernants n’aient pas encouragé davantage la concurrence postale et aient voulu conserver à tout prix une entreprise publique nationale détenue par l’État (34 %) et par la Caisse des dépôts et consignations (66 %). Résultat : la qualité des services postaux se dégrade de jour en jour et leur coût ne fait qu’augmenter.

Une privatisation de La Poste, avant la libéralisation totale du marché, aurait assurément changé la donne pour les clients. Et pour les contribuables qui y ont injecté, en moyenne, plus de 610 millions d’euros par an ces dernières années. Malgré cela, la Cour des comptes estime que le déficit de l’entreprise publique pourrait atteindre 1 milliard d’euros à l’horizon 2030 !

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

2 commentaires

ORILOU 24 janvier 2024 - 12:54

Bien qu’il s’agisse de coûts inévitables y compris à l’ère du tout digital Il y a belle lurette que la poste augmente abusivement ses tarifs tout en réduisant ses prestations sans que personne ou presque s’en préoccupe.
Entre autres :
– suppression du tarif pour plis à 50 grammes, ce qui fait passer bon nombre de lettres du tarif 20 grammes (1.29 €) au tarif 100 grammes (2.58 €). Enveloppe préaffranchie à l’unité 1.49 € pour le 20 grammes, 2.94 € pour l’enveloppe 100 gramme. Chère l’enveloppe. ! Sachant qu’ au delà de 2 feuilles DIN A 4 (21 X 29.5) plus enveloppe, on est au dessus de 20 grammes, facile d’évaluer le bénéfice pour la poste. De mauvaises langues prétendent qu’en prenant la décision, les têtes d’oeufs de la poste ont eu tôt fait de repérer le profit facile
-pour les envois en groupes (p. ex. brochures) des quantités minimum requises pour en profiter sont telles… qu’elles sont dissuasives ! etc etc.
Outre qu’elle permet d’assurer une belle vie à des ronds de cuir employés dans des sites « stratégiques » pas forcément utiles, une centralisation à outrance ne laissant guère d’initiative aux gens de terrain achève de paralyser le mammouth.

Répondre
Mathieu Réau 25 janvier 2024 - 5:20

J’entends l’attaque de la Poste, mais pourquoi pas un mot contre DHL ?
D’accord, 12,50 €, c’est assez cher… Mais les 71,19€ pratiqué par votre champion privé de la distribution postale, ça ne vous choque pas ?
Il est où, le bénéfice de la concurrence, là ? Qu’est-ce qui empêche vos vertueux champions du privé de doubler la Poste et de pratiquer les mêmes prix que du côté allemand ? Y a de la marge, quand même ; me dites pas qu’ils n’y feraient plus aucun profit. Parce que là, manifestement, ils ne se bousculent pas beaucoup pour donner aux Français le sentiment qu’ils ont besoin de clients…
Et, d’ailleurs, ça tombe bien : vu les prix que pratique DHL, je n’ai pas besoin d’eux non plus.

Répondre