Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Articles > Cop 26 pour le climat : un nouveau « sommet » de gaspillage de temps et (...)

Cop 26 pour le climat : un nouveau « sommet » de gaspillage de temps et d’argent

lundi 1er novembre 2021, par Nicolas Lecaussin

Six ans après la COP 21 et la signature de l’accord de Paris, la COP 26 (conférence des parties) doit permettre de dresser un premier bilan de ce texte fondateur et d’ « accélérer les efforts contre le réchauffement climatique dont les effets se font de plus en plus ressentir ».

L’introduction a fermement posé les jalons. Le président de la COP 26, le Britannique Alok Sharma, a rappelé les enjeux dans son discours. "Le rapport du Giec a été une piqure de rappel. Tous les signaux sont au rouge. Il y est clair que l’activité humaine est sans ambiguïté la cause du réchauffement climatique, a-t-il déclaré. On sait que la planète que nous partageons change pour le pire".

Avant ce sommet, il y en a déjà eu 25 autres. A chaque fois, on annonce encore plus de dépenses et de réglementations

Des ambitions qui enflent, des aides financières qui gonflent… Le Wall Street Journal l’écrit très bien dans un récent éditorial. Contrairement à la COP 21, cette 26e édition ne doit pas aboutir à un accord. Les pays doivent « revoir à la hausse des objectifs de réduction de gaz à effet de serre nettement insuffisants pour respecter l’accord de Paris ». Avant ce sommet, il y en a déjà donc eu 25. C’est comme au poker : on renchérit sans cesse. Sauf que pour les COP, il s’agit de l’argent des contribuables. Le plus incongru peut-être est que celle-ci se déroule au moment où le monde est victime d’une effroyable pandémie et où les prix de l’énergie battent des records. Nous en subissons les conséquences tous les jours. Et le pire est à venir avec l’hiver qui approche.
D’ailleurs, le président Biden supplie l’OPEP de produire plus de pétrole et la Chine met en marche ses centrales au charbon. Dans ce contexte, l’engagement d’atteindre « zéro » émission de gaz à effet de serre d’ici 2050, et de convaincre les pays développés de payer les pays pauvres pour qu’ils fassent plus d’efforts en vue de réduire leurs émissions de CO2, c’est à la fois de l’utopie et de l’inconscience. En tant qu’organisateur du sommet, le Premier ministre britannique Boris Johnson envisage de s’impliquer fortement pour la cause. Les autres leaders ne voudront pas être à la traîne et feront presque certainement leurs propres propositions, presque certainement aussi plus irréalisables que les unes que les autres.

Les engagements des pays en voie de développement sont encore plus fragiles et dépendent de l’argent des pays riches. L’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (Asean) a appelé cette semaine à davantage d’aide internationale pour financer les réductions d’émission : environ 100 milliards de dollars par an, dont 367 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années rien que pour les membres de l’Asean. Aux Philippines par exemple, sur les 75 % de réduction des émissions de carbone que le pays prévoit d’atteindre d’ici 2030, 72 % dépendent de l’aide étrangère. Les pays riches avaient promis 100 milliards de dollars… en 2009. L’argent n’est toujours pas là.

Xi Jinping promet ce qu’il veut et Poutine se réjouit de la crise énergétique

Plus encore, deux grands leaders « pollueurs » ne sont pas présents à cette COP : le Russe Vladimir Poutine et le Chinois Xi Jinping. Le dirigeant de Pékin a promis de réduire les émissions de CO2, mais seulement après 2030. Pour le moment, la Chine construit davantage de centrales au charbon parce que la croissance économique est une priorité bien plus importante. Le Kremlin, lui, ne peut pas se passer de la production de pétrole et de gaz, et M. Poutine se réjouit de voir l’Europe de l’Ouest louer à qui mieux mieux les énergies renouvelables tout en consommant, par simple nécessité, plus d’énergies fossiles.

Le ministre de l’Environnement de Delhi a affirmé cette semaine que son gouvernement ne signerait pas l’engagement vers zéro émission. Avec plusieurs centaines de millions d’habitants vivant toujours dans la pauvreté, l’Inde a besoin de plus d’énergie provenant des combustibles fossiles, comme toute l’Afrique d’ailleurs.

Ce sommet reprend les arguments apocalyptiques que les médias se font un plaisir de diffuser. Or, le climat s’est réchauffé de 1,1 degré Celsius depuis le 19e siècle, et l’ampleur du réchauffement futur est incertaine. Il en va de même des conséquences potentielles, comme l’a reconnu le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat des Nations Unies. On ne sait pas exactement ce qui se passe et les modèles climatiques ne permettent pas de le savoir avec précision, a aussi écrit Steve Koonin, scientifique et ancien conseiller climat d’Obama. Dans ces conditions, la lutte contre le réchauffement ne dépend pas d’un accroissement des aides financières ou, encore moins, d’une prolifération de réglementations, mais d’une accélération de la recherche et des innovations dans le domaine énergétique.

https://fr.irefeurope.org/Publications/Articles/article/Cop-26-pour-le-climat-un-nouveau-sommet-de-gaspillage-de-temps-et-d-argent

Vos commentaires

  • Le 2 novembre à 07:05, par Dalmont Michel En réponse à : Cop 26 pour le climat : un nouveau « sommet » de gaspillage de temps et d’argent

    Bonjour,
    Pourquoi personne ne parle jamais des "paramètres de Milankovic", dans les causes du réchauffement climatique ? ça me paraît pourtant essentiel !

    Cordialement,

    Michel Dalmont

  • Le 2 novembre à 08:12, par JR En réponse à : Cop 26 pour le climat : un nouveau « sommet » de gaspillage de temps et d’argent

    Bonjour, certes, les paramètres de Milutin Milankovic on une importance prépondérantes et régissent les différents cycles de notre système solaire. Mais dans un cycle considéré, c’est l’activité solaire (le nombre de tache) qui détermine la température sur terre et non pas la présence de trace de C02 (0,04 %/0,03 %). Les GAIR (Gaz Absorbant les Infra Rouge) dont la vapeur d’eau est le premier, n’interviennent que de façon infinitésimal sur l’influence de la température sur terre. Il ne faut pas confondre avec les ilots de chaleur, conséquence d’une urbanisation. Notez que le vocable utilisé a migré en dérèglement et non plus systématiquement en réchauffement..., ainsi ils ne prennent plus de risque. Cette fiche, image bien le phénomène "le ciel va nous tomber sur la tête" qui existe depuis la nuit des temps : https://www.climato-realistes.fr/le-climat-a-toujours-change/ . Ce qui compte est bien de capter les 90 000 Mds de $. Il s’agit sans aucun doute du "casse du siècle". A ce propos, que veut insinuer J.Biden quand il annonce : le RC est une "chance inespérée pour l’économie" ? Pour qui, pour quelle économie, au profit de qui ? . Merci. Bien à vous. JR citoyen contribuable

  • Le 2 novembre à 08:13, par JR En réponse à : Cop 26 pour le climat : un nouveau « sommet » de gaspillage de temps et d’argent

    Bonjour, certes, les paramètres de Milutin Milankovic on une importance prépondérantes et régissent les différents cycles de notre système solaire. Mais dans un cycle considéré, c’est l’activité solaire (le nombre de tache) qui détermine la température sur terre et non pas la présence de trace de C02 (0,04 %/0,03 %). Les GAIR (Gaz Absorbant les Infra Rouge) dont la vapeur d’eau est le premier, n’interviennent que de façon infinitésimal sur l’influence de la température sur terre. Il ne faut pas confondre avec les ilots de chaleur, conséquence d’une urbanisation. Notez que le vocable utilisé a migré en dérèglement et non plus systématiquement en réchauffement..., ainsi ils ne prennent plus de risque. Cette fiche, image bien le phénomène "le ciel va nous tomber sur la tête" qui existe depuis la nuit des temps : https://www.climato-realistes.fr/le-climat-a-toujours-change/ . Ce qui compte est bien de capter les 90 000 Mds de $. Il s’agit sans aucun doute du "casse du siècle". A ce propos, que veut insinuer J.Biden quand il annonce : le RC est une "chance inespérée pour l’économie" ? Pour qui, pour quelle économie, au profit de qui ? . Merci. Bien à vous. JR citoyen contribuable

  • Le 2 novembre à 08:17, par bernard barthet En réponse à : Cop 26 pour le climat : un nouveau « sommet » de gaspillage de temps et d’argent

    bonjour , je ne suis pas specialiste de climatologie , donc je ne parle que de ce que je connais . Sommes avec cette peur , dans meme veine , que pour le sujet qui nous occupe depuis deux ans ......creer peur , peur , on va tous mourrir

    belle journee a tous

    B:Barthet

  • Le 2 novembre à 08:24, par Astérix En réponse à : Cop 26 pour le climat : un nouveau « sommet » de gaspillage de temps et d’argent

    Ces réunions, parfaitement inutiles, servent surtout à dépenser l’argent des contribuables.

  • Le 2 novembre à 08:24, par Bernard GUILHON En réponse à : Cop 26 pour le climat : un nouveau « sommet » de gaspillage de temps et d’argent

    @Dalmont Michel : Personne ne parle des paramètres de Milankovic pour deux raisons :
    1/ Ca ne rapporte rien.
    2/ Au contraire ça risque de coûter un bras. "Quand les gouvernements jettent l’argent par les fenêtres, il importe de se placer au premier balcon.". Ex : les Philippines dont 72% du coût de la lutte anti-CO2 doit être réglé par l’Occident. Pour quelle raison ? Ignorerait-on les feux de brousse et la cuisine au charbon aux Philippines ?

  • Le 2 novembre à 10:32, par dominique En réponse à : Cop 26 pour le climat : un nouveau « sommet » de gaspillage de temps et d’argent

    Le climat, le réchauffement, tout le monde en parle, depuis quelques années c’est devenu un dogme. Tous ceux qui émettent des doutes sont qualifiés d’hérétiques et interdits d’intervention sur les médias. Souvenons-nous de l’affaire Philippe Verdier viré de France 2 en 2015.
    Le marché carbone mis en place après le protocole de KYOTO en 1998, aurait dû interpeller car lorsque la finance spéculative, se jette dans l’arène, on doit s’attendre au pire.
    Comment ne pas répéter encore une fois, que, la plupart des mesures prises depuis 20 ans et particulièrement les taxes liées au CO2 soit disant anthropique, ne sont qu’une immense fumisterie qui a abouti à une financiarisation spéculative, qui ne profite même pas aux pays qui devraient en être affectataires. Car ce qui se cache derrière ce système complexe aux visées prétendument vertes, c’est ni plus ni moins que la marchandisation de l’atmosphère. Il s’agit d’un problème d’ordre moral qui nous concerne toutes et tous. C’est pourquoi il faut à tout prix éviter que les termes de ce débat soient monopolisés par les experts tous azimuts. Il faut refuser ce système qui, en se généralisant et s’étendant à la biodiversité, à l’eau et aux services écosystémiques, accentue de manière exponentielle la privatisation de la nature. Spéculer sur la nature pour la sauver est une fausse bonne idée.
    L’argument CO2 anthropique est une véritable imposture.
    Entre 1910 et 1940, et entre 1970 et 2000 (2 périodes de 30 ans donc statistiquement significatives sur le plan de l’évolution du climat), on a observé le même réchauffement de 0.5°C environ (respectivement 0.47 et 0.48°C selon les données HADCRUT3), alors que :

    ● De 1910 à 1940 :
    - L’homme n’a émis (en cumulé) que 30 GTC, les émissions annuelles passant de 0.8 à 1.2 GTC (50%)
    - La concentration de CO2 a augmenté de 295 à 308 ppmv soit 4%
    .
    ● De 1970 à 2000 :
    - L’homme a émis 170 GTC soit 5.7 fois plus que sur la période [1910 - 1940]
    - Les émissions ont augmenté de 70% passant de 4 à 6.8 GTC
    - La concentration de de CO2 a augmenté de 14% passant de 325 à 370 ppmv
    .
    Conclusion : Aucune corrélation entre réchauffement et émissions ou concentration de CO2. (1)
    Données sur le CO2 :

    http://data.giss.nasa.gov/modelforce/ghgases/Fig1A.ext.txt
    .
    Données sur les émissions de CO2
    http://cdiac.ornl.gov/ftp/ndp030/global.1751_2011.ems
    .
    Températures :
    http://www.woodfortrees.org/plot/hadcrut3vgl/compress:12/from:1880/plot/hadcrut3vgl/mean:120/from:1910/to:1940/plot/hadcrut3vgl/mean:120/from:1970/to:2000

  • Le 2 novembre à 11:14, par Henri En réponse à : Cop 26 pour le climat : un nouveau « sommet » de gaspillage de temps et d’argent

    Je pense qu’il serait vain, dangereux et même ridicule de se lancer dans une controverse scientifique dans ce domaine comme dans d’autres. Utiliser les déclarations d’un scientifique complètement "déviant" par rapport au consensus est ridicule.
    Souvenons nous des polémiques de M. Raoult et de l’hydroxychloroquine !!!!!!, beaucoup ce sont brûlés les doigts.
    Par contre sur le plan des mesures prises, des incohérences désastreuses notamment des "écologistes" il y a largement matière à critiquer et proposer.
    Cordialement,

  • Le 2 novembre à 14:16, par Nicolas Carras En réponse à : Cop 26 pour le climat : un nouveau « sommet » de gaspillage de temps et d’argent

    Pour le socialisme mondialisé... Génial !

    "Bienvenu à Babylone", comme disait un rastafarien.

    Ces gens ont récupéré la cause pour l’environnement qui n’a jamais eu besoin d’eux, pour nous faire de l’étatisme, de l’interventionnisme à l’échelle mondiale.

    Il faut les combattre. Leur monde de demain, c’est un monde orwellien. De bureaucratie atroce.

    Bureaucratie exponentielle. Voir ce que devient la Californie.

    Qui appauvrit, tant économiquement, que culturellement, que spirituellement.

    Et ces gens vont classer les États-Unis comme deuxième pays au monde le plus polluant par rapport à ses émissions de CO2.

    Mais le CO2 n’étant pas un polluant... Il y a comme un problème dans cette logique délirante.

    Récupération idéologique.

    Les phénomènes naturels engendrant des augmentations ou diminution de CO2 n’ont pas cessé avec la Révolution industrielle.

    Et l’activité humaine n’est pas plus puissante que les forces terrestres et cosmiques.

    C’est un genre de narcissisme, d’anthropocentrisme, que de placer l’Homme au centre des phénomènes naturels.

    Et c’est complètement dingue que de faire croire aux enfants que l’Homme aurait la possibilité de contrôler la météorologie, ce qu’ils appellent le climat (au passage, la planète n’est pas un climatiseur.).

    On nage en plein délire et des gosses y croient. Ça n’est vraiment pas leur rendre service.

    Strictement aucune étude ne prouve par A+B qu’il y a corrélation entre CO2 anthropique et augmentation des températures, qu’une augmentation du CO2 serait une catastrophe, qu’une augmentation des températures seraient une catastrophe.

    Bref, c’est n’importe quoi.

    Depuis l’Antiquité, nous savons que les taches solaires ont un impact sur les récoltes.

    Et il y a tout un tas de choses venant du cosmos qui a bien un grand impact sur les phénomènes météorologiques, phénomènes d’une extrême complexité.

    Nous sommes entrées dans de l’obscurantisme, purement et simplement. Nous avons à faire à des obscurantistes qui ont réussi à pénétrer nos institutions libérales et démocratiques pour les détruire de l’intérieur.

    Les sciences humaines sont gangrénées par ces gens, le monde universitaires également. Aux États-Unis, nous avons à faire à des idéologues qui endoctrinent toute une partie de la jeunesse américaine depuis des décennies. Le monde de l’Art et de la culture dont je fais partie aussi, avec un prêt-à-penser, de la pensée unique, avec des gens soutenant tout un tas de choses sans savoir exactement d’où cela provient. Des gens qui pensent des choses sans savoir exactement pourquoi ils les pensent. Répétant comme des perroquets ce qu’il se dit dans leur environnement social sans plus aucun esprit critique. C’est déroutant. J’ai grandi dans le monde de la culture, j’y suis né, j’ai été toute ma vie confronté à ces gens, qui ont l’air très gentil, souvent habillés "cool", mais qui deviennent très méchant dès que l’on remet en question toutes leurs interprétations délirantes du monde, des évènements.

    C’est un courant profondément sectaire, il faut les combattre. Ils détruisent le pluralisme nécessaire à la pensée.

    Un ami spécialiste de la préhistoire m’a dit qu’il y avait même des gens travaillant dans son domaine affirmant que les premiers hommes étaient des collectivistes.

    HA HA HA ! Ils chantaient l’Internationale et évitaient de faire du feu pour ne pas polluer l’atmosphère, mangeaient des graines, de la "street food" végétale pour ne pas faire de mal aux animaux.

    Je ne sais plus s’il faut en rire ou en pleurer. Ils sont exaspérants, désespérants.

    Et en plus, ils n’hésitent pas à vous attaquer violemment, ils sont spécialistes en terrorisme intellectuel, l’objectif étant de vous détruire socialement dès qu’ils en ont la possibilité.

    Une secte.

    Des sectaires-obscurantistes.

  • Le 2 novembre à 14:31, par lombled En réponse à : Cop 26 pour le climat : un nouveau « sommet » de gaspillage de temps et d’argent

    Qui a parlé de fumisterie ? Il s’agit tout simplement d’une nouvelle idéologie pour capter un maximum de fric, en vendant tout un tas de merde qui pollue encore plus, mais c’est tabou, ça rapporte gros.

  • Le 2 novembre à 14:47, par PhB En réponse à : Cop 26 pour le climat : un nouveau « sommet » de gaspillage de temps et d’argent

    Toutes ces belles explications, montrant une action limitée de l’activité humaine sur le changement climatique ne doivent pas être un prétexte pour fournir un "blanc seing" aux pollueurs pour qui seul le profit compte et qui n’en ont rien à faire de tout le reste.
    C’est à tous les échelons qu’il faut faire un effort, question de RESPECT pour cette belle planète qui nous accueille et nous nourrit.
    Et contrairement à ce que vous venez de rédiger, monsieur Lecaussin :
    "Le ministre de l’Environnement de Delhi a affirmé cette semaine que son gouvernement ne signerait pas l’engagement vers zéro émission. "
    On apprenait tout à l’heure, dans le journal de 13h sur France Inter que l’Inde complètement engluée dans tous ses problèmes "s’engageait" quand même à arriver à la neutralité carbone pour .... 2070.
    C’est loin certes mais pour eux ça représente beaucoup plus d’efforts que pour nous pays industrialisés avec des objectifs vers 2040 - 2050.
    Je ne pense pas qu’ils y arriveront mais au moins, ILS ONT l’INTENTION DE SE BOUGER LES FESSES pour améliorer la situation.
    Leur mentalité les poussent à plus respecter la Nature que nous occidentaux pour qui ça nous est dû !
    Sans être un illuminé écologiste, avec un comportement raisonnable, en faisant quelques efforts, il y a moyen d’améliorer au moins un tout petit peu la situation.
    Vos réactions sont un peu semblables au gars glisse sur une pente enneigée l’amenant
    inexorablement vers le précipice, qui courre pour aller plus vite se jeter dans le trou.
    Prenons exemple sur l’Inde.

  • Le 2 novembre à 23:13, par AlainD En réponse à : Cop 26 pour le climat : un nouveau « sommet » de gaspillage de temps et d’argent

    J’espère simplement que ces messieurs-dames auront jeûné pendant la manifestation et surtout qu’ils auront fait le voyage par un mode de transport écologique...
    C’est à peine croyable que tout ce beau monde essaie de nous faire croire qu’il est pétri de bonnes intentions sans rire...

  • Le 4 novembre à 07:27, par JR En réponse à : Cop 26 pour le climat : un nouveau « sommet » de gaspillage de temps et d’argent

    Bonjour, en réponse à PhB ; Bonjour, en réponse à Phb ; Certes, mais de quoi parlons-nous en France : https://static.climato-realistes.fr/2021/01/FicheACR9-1.pdf
    De plus "Zéro émission" ne signifie rien, Zéro émission de quoi ? Par ex un véhicule électrique est 4 x plus polluant qu’un véhicule thermique, si l’on considère leurs durées de vie respective. Aussi, une étude Japonaise récente démontre qu’il est plus respectueux pour l’environnement de faire durer un véhicule thermique existant, plutôt que d’en produire un nouveau, qu’il soit électrique ou non. Ce qui semble rapidement compréhensible. Ce qu’il faut retenir, c’est que le train est devenu fou et que le dogme l’emporte sur la technologie, la science et même la démonstration. Merci. JR

  • Le 4 novembre à 07:31, par JR En réponse à : Cop 26 pour le climat : un nouveau « sommet » de gaspillage de temps et d’argent

    Bonjour, c’est tout de même un secret de polichinelle, l’existence de la COP sous l’égide de l’ONU, dans le pur sillage du club de Davos est une tentative non masquée d’imposer une gouvernance mondiale, la France y court... CDG au secours ! A bon entendeur. Merci. JR

  • Le 4 novembre à 07:48, par JR En réponse à : Cop 26 pour le climat : un nouveau « sommet » de gaspillage de temps et d’argent

    Bonjour Nicolas, votre vécu est parfaitement bien résumé et je vous rejoins. Il n’est plus possible d’entamer la moindre discussion, réflexion ou doute qui ne serait dans le moule de la "prison unique", sans être taxé de révisionniste. L’éducation est devenue l’inverse de ce que l’on y apprenait ; la liberté de penser et l’obligation de réfléchir. J’ai aussi découvert ces gens d’apparence "cool" qui sont en fait, des vrais méchants, ne supportant pas une argumentation étayée sans piquer une petite crise. Le drame c’est que nos gouvernants actuels ressemblent à cela...Merci. JR

  • Le 8 novembre à 10:52, par Dudufe En réponse à : Cop 26 pour le climat : un nouveau « sommet » de gaspillage de temps et d’argent

    En trois mots : Ah ces écolos ...!

  • Le 24 novembre à 09:49, par Jean-Pierre Bardinet En réponse à : Cop 26 pour le climat : un nouveau « sommet » de gaspillage de temps et d’argent

    Les politiques climat-énergie ne se justifient que si les thèses hypothétiques du GIEC sur l’action supposée mesurable du CO2 sur la TMAG (température moyenne annuelle globale) sont exactes, alors qu’elles ne sont pas scientifiquement prouvées. Or, nous sommes, depuis une bonne trentaine d’années, entrés dans une période folle de lyssenkisme mondialisé qui déclare que nos émissions de CO2 ont une action réchauffante et impose des politiques récessives et mortifères, principalement aux pays occidentaux (la Chine et l’Inde, pas folles, n’en ont rien à cirer de nos délires). Jacques Monod 1948 : « Comment Lyssenko a-t-il pu acquérir assez d’influence et de pouvoir pour subjuguer ses collègues, conquérir l’appui des médias, recevoir l’approbation du Comité Central du Parti et de Staline en personne, au point qu’aujourd’hui la « Vérité » dérisoire de Lyssenko est encore la vérité officielle garantie par l’Etat, que tout ce qui s’en écarte est irrémédiablement banni de la science Soviétique, et que les opposants qui défendent la vraie science sont honteusement cloués au pilori ? Tout cela est insensé, démesuré, invraisemblable. C’est pourtant vrai. » Nous sommes dans un délire identique, mais planétaire. Si l’on remplace dans le propos de Jacques Monod « Lyssenko » par « Maurice Strong » et ses successeurs, le Comité Central du Parti par l’ONU et la Commission, Staline par les secrétaires généraux du Grand Machin, on a l’idéologie du réchauffement climatique anthropique.

  • Le 25 novembre à 08:58, par Jean-Pierre Bardinet En réponse à : Cop 26 pour le climat : un nouveau « sommet » de gaspillage de temps et d’argent

    Les absurdes politiques climat-énergie ne se justifient que si les thèses hypothétiques du GIEC sur l’action supposée mesurable du CO2 sur la TMAG (température moyenne annuelle globale) sont exactes, alors qu’elles ne sont pas scientifiquement prouvées. Or, nous sommes, depuis une bonne trentaine d’années, entrés dans une période folle de lyssenkisme mondialisé qui déclare que nos émissions de CO2 ont une action réchauffante et impose des politiques récessives et mortifères, principalement aux pays occidentaux (la Chine et l’Inde, pas folles, n’en ont rien à cirer de nos délires). Jacques Monod 1948 : « Comment Lyssenko a-t-il pu acquérir assez d’influence et de pouvoir pour subjuguer ses collègues, conquérir l’appui des médias, recevoir l’approbation du Comité Central du Parti et de Staline en personne, au point qu’aujourd’hui la « Vérité » dérisoire de Lyssenko est encore la vérité officielle garantie par l’Etat, que tout ce qui s’en écarte est irrémédiablement banni de la science Soviétique, et que les opposants qui défendent la vraie science sont honteusement cloués au pilori ? Tout cela est insensé, démesuré, invraisemblable. C’est pourtant vrai. » Nous sommes dans un délire identique, mais planétaire. Si l’on remplace dans le propos de Jacques Monod « Lyssenko » par « Maurice Strong » et ses successeurs, le Comité Central du Parti par l’ONU et la Commission, Staline par les secrétaires généraux du Grand Machin, on a l’idéologie du réchauffement climatique anthropique.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière