Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » La rouge-verte Sandrine Rousseau récidive avec le « droit à la paresse »

La rouge-verte Sandrine Rousseau récidive avec le « droit à la paresse »

par
1 624 vues

On peut tout dire d’elle, mais certainement pas qu’elle n’a pas de la suite dans les idées. Voilà des années maintenant que, à tout propos, Sandrine Rousseau se fait l’émule de Paul Lafargue et de son célèbre « droit à la paresse ».

La députée EELV s’y était déjà référée lors de la réforme des retraites. A la tribune de l’Assemblée, le 6 février 2023, elle avait, sur fond de lutte des classes, dit « oui à la diminution du temps de travail, oui au partage de la richesse, oui au ralentissement, on a atteint les limites de la planète », avant de conclure par un vibrant : « Oui au droit à la paresse, oui au droit à la retraite à 60 ans ». Le lendemain, elle avait expliqué sur BFMTV que le « droit à la retraite à 60 ans » était « légitime », « même avant j’ai envie de vous dire ».

Or, dans sa déclaration de politique générale, Gabriel Attal a prétendu que personne ne revendiquait un droit à la paresse en France. Que n’avait-il dit ? Sandrine Rousseau n’a pas manqué de réagir sur LCI (1er février 2024). Au journaliste, quelque peu incrédule, qui lui demandait s’il s’agissait d’un droit opposable (comme le « droit au logement » par exemple), elle a répondu étrangement par la négative en centrant une nouvelle fois son propos sur la nécessaire diminution du temps de travail : « On a le droit de ne pas être productif. La vie ne se résume pas au travail ». Il est à noter que ces paroles faisaient suite à une analyse très marxienne de la crise agricole : « Qui prend la plus-value sur le travail des agriculteurs aujourd’hui ? C’est la grand distribution et l’agro-alimentaire ».

Le « logiciel » de Sandrine Rousseau reste celui de l’écolo-marxisme contemporain : pour sauver notre planète, il faut promouvoir la décroissance, ce qui permettra de substituer au temps de travail le temps « de prendre soin de soi » et ainsi de moins polluer.

Manifestement, il faut apprendre à notre députée que ce n’est pas en détruisant le capitalisme que l’on pourra « prendre soin de soi » puisque c’est justement lui qui a permis de libérer du temps libre en assurant la prospérité à ceux qui, jusque-là, mouraient de faim ou devaient continuellement s’affaire pour subsister.

Lorsque les rouges-verts délaisseront vraiment le rouge pour s’occuper du vert, peut-être pourront-ils enfin prétendre à devenir écologistes.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

10 commentaires

Filouthai 5 février 2024 - 7:49

Les idiots ont-ils droit à la parole dans les médias ?
Voilà un sujet de débat !
En tout cas , dans la France de Macron, il n’y a qu’eux qui s’expriment dans les médias de grand chemin. Triste époque ! Etonnez vous, après cela , que les français deviennent de plus en plus bêtes ….

Répondre
Photini 5 février 2024 - 8:52

« Qui prend la plus-value (sic) sur le travail des agriculteurs aujourd’hui ? C’est la grand distribution et l’agro-alimentaire ». Cette femme est sotte mais sur cette phrase je suis d’accord avec elle. En effet, quand j’apprend qu’on importe sans frais de douane du poulet d’Ukraine où le salaire est 10 fois inférieur à nos salaire je me demande qui profite de cette différence des salaires. Logiquement, on devrait trouver du poulet ukrainien à 1 € sur nos marchés. Je n’ai jamais vu du poulet à 1 €. Et jamais vu, non plus, du poulet étiqueté « Ukraine ». Qui empoche cette différence?

Répondre
nanard 5 février 2024 - 10:13

MMe. Rousseau oublie qu’avant les monnaies, c’était le troc….. et pas de troc sans avoir un bien manufacturé pour un éventuel échange. On peut donc facilement comprendre que le travail c’est de l’argent. Hélas le « modernisme » de nos sociétés nous a fait oublier les fondamentaux, alors le droit à la paresse conduit inévitablement à la pauvreté. Les mécanismes de solidarité collectifs occultent ces réalités couvertes par des idéologies … L’argent est aussi devenu « un bien de consommation », d’autant plus qu’il n’y a plus de référence à une valeur telle que l’or, même si ce système était imparfait.

Répondre
Jean-Aymar de Sékonla 5 février 2024 - 10:44

La meilleure façon de faire la promotion du droit à la paresse serait qu’elle se l’applique à elle même…!

Répondre
JEAN LUC rv 5 février 2024 - 10:45

Il faut la comprendre, elle n’a jamais rien fait de sa vie. Comment une ex-maitre de conférence en économie qui prétend (cf sa conférence de Louvain) que Ricardo a été influencé par Darwin (qui avait 14 ans à la mort de Ricardo) a-t-elle pu avoir quelque diplôme que ce soit sinon par copinage politique (ce n’est pas la seule) ?

Répondre
Oncpicsou 5 février 2024 - 10:51

« Rouge vert »… c’est le nom que l’on donne à une technique destinée à améliorer l’efficacité d’un processus. Cela consiste à réduire les taches qui ne sont pas nécessaires au résultat, « rouge », au profit de celles, « vert », qui y concourent directement. Si on l’appliquait en politique, la gauche disparaîtrait !

Répondre
Duhamel 5 février 2024 - 11:56

Mme Rousseau , vous avez raison , on a le droit d’etre fainéant a condition d’accepter le revenu proportionnel au travail effectué . Je n’ai rien contre dans ces conditions .

Répondre
louis 8 février 2024 - 9:02

pas croyable ce qu’un fonctionnaire avec un q.i. a un chiffre peut débiter comme conneries en peu de temps 🙄

Répondre
AlainD 11 février 2024 - 11:31

Elle dit : » on a le droit de ne pas être productif » Je comprends que c’est son credo, a t elle jamais produit autre chose que du baratin dans toute sa vie ? Quand je pense que cette femme est enseignante, je comprends mieux pourquoi le niveau scolaire baisse depuis tant d’années. Nous vivons dans un monde de fonctionnaires qui ne tourne pas comme le nôtre…

Répondre
Duhamel 25 février 2024 - 11:31

Si on détruit les entreprises du Privé , ou l’etat trouvera t’il le pognon pour payer les glandus paresseux et les fonctionnaires ??????

Répondre