Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Ces aides publiques qui affaiblissent la France

Ces aides publiques qui affaiblissent la France

Jean-Philippe Delsol dans Entreprendre

par
386 vues

Par la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire (AGEC) du 10 février 2020, l’Etat a instauré un bonus réparation déployé depuis décembre 2022. Il s’agit d’attribuer aux Français une aide financière pour les inciter à réparer à moindre coût leurs appareils du quotidien, du four à micro-ondes au sèche-cheveux en passant par le lave-linge, le vélo électrique, les drones et autres…

Les montants sont variables de 15 à 60 € par appareil selon la trentaine de types de produits électriques et électroniques qualifiés pour bénéficier de l’aide. Le produit doit être réparé chez un réparateur labellisé et le montant de l’aide est déduit directement de la facture.

La liste des produits bénéficiaires s’étendra ensuite chaque année, pour couvrir jusqu’à 68 équipements électriques ménagers d’ici à 2025. Au surplus depuis novembre 2023, un autre bonus réparation sur le textile et les chaussures a été mis en place par le Gouvernement selon le même principe de réparation chez un réparateur labellisé.

Les gens sont ainsi incités à réparer, mais déjà les prix des réparations concernées ont augmenté.

Bonus réparation

Début 2023 un représentant de la firme Boulanger estimait que le bonus réparation amènerait des augmentations de prix de l’ordre de 15%.  C’est confirmé aujourd’hui par l’association de consommateurs CLCV  qui après avoir vérifié les prix de plus d’une centaine de milliers de réparations,  « constate une tendance à la hausse du coût moyen de la réparation avec une augmentation allant de 10 à 15% pour les équipements les plus réparés » alors même que selon elle « Le bonus réparation permet de couvrir, en moyenne, 17 % du coût total de la réparation soit un bonus moyen de 23 € sur une facture moyenne de 136 €. »

Lire la suite

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

1 commenter

Caroline 29 janvier 2024 - 11:43

Comme toujours le prix des prestations qui sont subventionnées augmente, au détriment des consommateurs, et au détriment des prestataires qui deviennent moins concurrentiels, comme par exemple le prix des loyers depuis que tous les étudiants reçoivent les APL, merci aux technocrates qui ont inventé tous ces dispositifs d’incitation pour expliquer aux français ce qu’ils doivent faire avec l’argent gagné.

Répondre