Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Impôt sur le revenu : les concubins doivent-ils faire l’objet d’une déclaration commune ?

Impôt sur le revenu : les concubins doivent-ils faire l’objet d’une déclaration commune ?

par
117 vues
Avec l’allègement des droits de succession, il s’agit de l’autre grande promesse faite par Emmanuel Macron en matière de fiscalité des particuliers lors de la dernière élection présidentielle : permettre aux couples de concubins de déclarer leurs revenus comme les couples pacsés ou mariés.

Déposé par Mathieu Lefèvre et Aurore Bergé, un amendement au projet de budget pour 2023 vise précisément à traduire l’engagement de campagne du chef de l’État. Dans l’exposé de leur amendement, les deux députés du groupe Renaissance écrivent : « L’impôt sur le revenu des personnes en union libre doit pouvoir faire l’objet d’une déclaration commune afin que celles-ci puissent payer leurs impôts conjointement, si elles le souhaitent. Alors que seules les personnes pacsées et mariées peuvent bénéficier d’un tel avantage, il apparaît nécessaire de revoir notre système fiscal pour prendre en compte les situations de concubinage. Cette évolution, concluent-ils, engendrera un gain de pouvoir d’achat pour tous les concubins qui souhaitent déclarer leurs impôts conjointement. »

Le législateur fiscal doit-il se désintéresser du mode de conjugalité pour n’appréhender que l’état de couple ? La justice fiscale implique-t-elle un traitement uniforme des couples, indépendamment de leur forme juridique ?

Pour les couples mariés, le mécanisme de la déclaration commune est la conséquence logique des droits et devoirs nés du mariage, lesquels se traduisent, pour les époux, par la mise en commun des ressources et des charges. L’unité d’imposition, à travers l’application du quotient conjugal et, éventuellement, du quotient familial, répond ici à l’unité économique du foyer fiscal.

Pour les couples pacsés, le législateur, méfiant vis-à-vis d’éventuels « pacs blancs », avait d’abord conditionné le bénéfice de la déclaration commune à l’impôt sur le revenu à la stabilité de l’union (alors caractérisée par une durée de trois ans suivant l’ancien article 6 du Code général des impôts), avant d’abandonner ce critère à compter de l’imposition des revenus de 2004.

La situation des couples pacsés est toutefois différente de celle des couples de concubins. Le pacte civil de solidarité est un engagement, source de droits et de devoirs (les partenaires pacsés doivent notamment, aux termes de l’article 515-4 du Code civil, s’apporter « une aide matérielle et une assistance réciproques », et ils « sont tenus solidairement à l’égard des tiers des dettes contractées par l’un d’eux pour les besoins de la vie courante »). La convergence fiscale progressive du pacs sur le mariage, autrement dit l’alignement du statut fiscal des couples institutionnels, se conçoit dès lors aisément.

Il en va différemment du concubinage. Là où le mariage et le pacs sont sources de droits et de devoirs, le concubinage n’engage pas, quand bien même est-il animé par un lien affectif. Par principe, les concubins rejettent le cadre matrimonial ainsi que les charges et les obligations qui en découlent ; ils ne sauraient par conséquent en revendiquer le corollaire fiscal que constituent la déclaration commune à l’impôt sur le revenu et l’application du quotient conjugal.

L’existence d’une union par définition instable étant nécessairement difficile à prouver, la spécificité du statut fiscal des concubins se justifie de surcroît par l’importance du risque de fraude. On rétorquera que l’impôt sur la fortune immobilière (et, avant lui, l’IGF puis l’IFI) retient l’imposition commune en cas de « concubinage notoire ». Mais cette innovation, introduite lors de la création en 1982 de l’impôt sur les grandes fortunes, s’expliquait justement par la nécessité de parer aux risques d’évasion fiscale susceptibles de provoquer des divorces de complaisance…

Contrairement à celle visant les droits de succession, Emmanuel Macron et les députés Renaissance seraient bien inspirés de renoncer à cette autre promesse.

Vous pouvez aussi aimer

3 commentaires

Serge GRASS 28 octobre 2022 - 5:55

Même le PACS ne devrait pas bénéficier du même statut que le mariage, car les obligations ne sont pas les mêmes. Sauf évolution que j’ignore, le pacs peut être dénoncé par l’un ou l’autre des pacsés ce qui limite la solidarité. Par le mariage la solidarité conduit à ce que, en fin de vie, c’est le conjoint survivant qui s’occupe de son conjoint ce qui est autant de charges collectives d’économisées.

Répondre
Adam 28 octobre 2022 - 2:37

Que fait on pour les veuves et veufs !!!!!!!pourquoi monsieur Sarkozy a t il supprimé la demie part des veuves Il est certain qu il ne se sent pas concerné, il manipule la vie des gens comme bon leur semble c est une honte .

Répondre
maxens 29 octobre 2022 - 7:52

La promesse de réduction des droits de succession, est une….promesse. Un premier budget est présenté, et on n’y a pas vu l’once d’une avancée sur cette réduction. Cette promesse risque bien de subir le même sort que feu la retraite à point égalitaire, bien vite oubliée pour revenir à une banale reforme de la retraite avec encore plus d’inégalités

Répondre

Laissez un commentaire