IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


Flashcode 2 url IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/5829



Les biais de l’égalitarisme débridé
En taxant plus les riches on n’enrichit pas les pauvres !

Deux chercheurs (Félix Paquier et Michaël Sicsic) respectivement de la Drees (ministère des Solidarités) et de l’Insee, ont produit une étude qui évalue les effets, sur les inégalités de niveau de vie et les finances publiques, de la transformation de l’ISF en IFI et de la mise en place du Prélèvement forfaitaire unique – PFU - à 30 % sur les revenus mobiliers en France en 2018.
Leurs conclusions se résument ainsi : à court terme, l’effet positif de ces réformes sur les niveaux de vie est très concentré dans le haut de la distribution, même si les gains sont limités par la hausse de la CSG. Le coût théorique pour les finances publiques aurait été de 3,5 milliards d’euros par an correspondant à un gain pour les contribuables de 3,5 Md€ au titre de l’ISF et de 1,7 Md€ au titre de l’IFU compensée par une perte d’autant (1,7 Md€) au titre de l’augmentation de 1,7% de la CSG sur les revenus du patrimoine.

La plupart des commentateurs n’ont retenu que les conclusions des auteurs selon lesquelles ces mesures avaient favorisé l’accroissement des inégalités. « Des riches plus riches et des pauvres plus pauvres : voilà malheureusement un bon résumé de l’évolution des niveaux de vie, tel que mesuré par l’Insee » conclut Alternatives Economiques.
La réalité est bien différente. Car cette étude est partielle et donc partiale. Elle ne prend pas en compte l’augmentation de CSG (1,7%) sur les retraites qui n’a pas été compensée, sauf cas particuliers.
Certes, certains retraités ont bénéficié d’une exonération de cette hausse de CSG, mais pas les plus riches. Le rapport sur l’application des mesures fiscales – présenté le 18 juillet 2018 à la commission des Finances de l’Assemblée nationale par le rapporteur général du budget, Joël Giraud (LREM) – a montré qu’en 2018, 6 400 000 ménages retraités étaient encore frappés par l’augmentation de la taxe (c’est-à-dire les ménages percevant une pension égale ou supérieure à environ 1 300 € par mois pour une personne seule et 2 000 € par mois pour un couple, l’exonération des ménages ayant un revenu inférieur à 2 000€ par moi n’étant entrée en vigueur qu’au 1er janvier 2019). Et le même rapport de M. Giraud précise que 82,6 % des retraités appartiennent aux sixième à dixième déciles les plus élevés. Soit une augmentation de la charge fiscale/sociale pour ces foyers de l’ordre de 4 Md€, sensiblement supérieure au montant du gain sur l’ISF et l’IFU, estimé par nos chercheurs à œillères, de 3,5Md€.
Ajoutons que les 20% les plus riches n’ont pas bénéficié de la réduction de taxe d’habitation. Globalement, il y a donc eu un accroissement de l’imposition des plus riches et une réduction des prélèvements sur les plus modestes via le dégrèvement progressif de la taxe d’habitation. L’inverse de ce que dit l’étude de MM Félix Paquier et Michaël Sicsic.
Cette étude recèle d’ailleurs de nombreux biais dans ses méthodes. Les auteurs exposent qu’il leur manquait diverses données pour procéder à leur analyse et qu’ils ont du faire des suppositions sur le PFU qui n’a touché qu’une partie des revenus concernés de l’année étudiée (2018). Ils ont évalué prioritairement les effets des réformes à comportements inchangés et à court terme sans prendre en compte les effets de long terme. Ils ont reconstitué de diverses manières les patrimoines et les revenus ainsi que leur distribution pour leur appliquer ensuite de manière hypothétique les dispositions fiscales et sociales de l’année 2017, puis celles de l’année 2018 et faire ressortir la différence. Beaucoup d’hypothèses, de supputations et de simulations successives permettent-elles d’arriver à un résultat crédible ? Ce n’est pas certain. C’est évidemment beaucoup de travail, payé par les contribuables, et beaucoup d’incertitudes pour arriver à la conclusion que les riches exonérés d’ISF avaient eu intérêt à la réforme ! En oubliant qu’on en a demandé à beaucoup d’entre eux la contrepartie et au-delà, autrement.
En outre, l’étude de ces deux chercheurs souligne que le coût pour les finances publiques des réformes de l’ISF et du PFU n’aurait été finalement que de 2,9 milliards d’euros. Un chiffre bien inférieur à celui qui était anticipé dans un rapport d’octobre 2019 par France Stratégie - institution rattachée au gouvernement – et qui évaluait à l’époque le coût de ces mesures à 5,1 milliards d’euros. Ce qui montre tout à la fois la faiblesse de toutes prévisions et l’importance des mesures sur le comportement des Français. Car ce qui s’est passé est que les entreprises ont profité de la baisse des prélèvements obligatoires sur les dividendes pour distribuer plus de bénéfices, ce qui a augmenté les ressources des actionnaires, mais aussi les produits de l’impôt sur les dividendes : la baisse du taux de l’impôt a conduit à une hausse du produit de l’impôt !
Une fois encore, l’idéologie l’emporte dans l’analyse. Et prévaut l’idée bien française que l’important serait que les riches gagnent moins plutôt que de vouloir que les pauvres gagnent plus. Peu importe aux idéologues que cette obsession d’abaissement de la richesse des riches contribue en fait à la paupérisation des pauvres. Car abaisser les riches au-delà d’un niveau raisonnable, c’est les inciter à fuir la France, à cesser d’innover, d’entreprendre, d’embaucher, d’investir…, donc cesser d’enrichir les autres.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Fiscalité locale : faire confiance aux élus locaux et les rendre responsables !
Victor Fouquet,

Fiscalité locale : faire confiance aux élus locaux et les rendre responsables !

TVA réduite sur les « produits de première nécessité » : une prétention illusoire
Victor Fouquet,

TVA réduite sur les « produits de première nécessité » : une prétention illusoire


Le pis-aller de la défiscalisation des heures supplémentaires et la perversité de l’impôt progressif
Victor Fouquet,

Le pis-aller de la défiscalisation des heures supplémentaires et la perversité de l’impôt progressif

Derrière le Covid-19, le spectre d’un front fiscal uni contre les « riches » ?
Victor Fouquet,

Derrière le Covid-19, le spectre d’un front fiscal uni contre les « riches » ?



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (2)

Qui gagne ? Qui perd ?

le 16 septembre, 08:48 par JJNK

> Il faut arrêter avec cette opposition riche / pauvre et avec cette excitation de la jalousie des uns envers les autres.
> Oui, nous avons besoin d'une redistribution des revenus, pour la cohésion du pays, pour que nous ayons tous le sentiment d'être intéressés aux fruits de notre économie.
> Et oui, nous avons besoin d'égalité.
> Dans le dispositif de redistribution, cela doit se traduire par une double égalité : égalité dans ce que nous recevons (en valeur absolue) mais aussi égalité dans notre contribution pour financer la redistribution (en valeur relative, en taux de prélèvement).

- Répondre -

Hausse CSG

le 16 septembre, 12:55 par Jidé

Article très informé,malheureusement erreur classique relative à l'augmentation de la CSG due à la confusion récurrente,même aux plus hauts niveaux, entre points et %. Non la CSG n'augmente pas de 1.7% mais de 1.7 POINT !
En pourcentage elle augmente de presque 26 % ( 8.3/6.6 = 1.257)ce qui fait une sacrée différence !

16 septembre, 17:00 - theano

Vous m'avez devancée, j'allais poster la même chose. Effectivement, 1.7% et 1.7 points ce n'est pas exactement la même chose.

16 septembre, 23:01 - Essentielliste

Votre remarque sur les 1,7 % au lieu des 1,7 points est exacte mais l'auteur de l'article qui a employé la formule employé par le gouvernement n'a pas fait l'erreur que vous dénoncez puisqu'il nous donne le montant de 4 milliards que représente ce surcroît d'impôts pour les retraités dits "riches"

- Répondre -

 css js



FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies