Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/4749

par ,

Réduction de la vitesse : le débat continue !

En réaction à l’article « Réduction de la vitesse, la bourse ou la vie ? », plusieurs commentaires nous ont été proposés. Ils enrichissent notre argumentation, nous souhaitons donc les publier. A ces réactions, nous voulons ajouter quelques idées qui ont guidé la rédaction de l’article ou qui rejoignent les commentaires dans leur esprit.

Concernant les infrastructures routières, elles sont aujourd’hui de la responsabilité de l’Etat. Qu’il l’assume. A l’inverse, les comportements des automobilistes sont de leur propre responsabilité et il est dangereux de transférer la responsabilité de notre conduite à l’Etat. Ainsi donc, à chacun sa responsabilité, l’Etat doit intervenir prioritairement sur la qualité des axes routiers. Comme nous le suggère un lecteur, les règles routières qu’il est de son ressort de veiller à faire respecter doivent être établies en lien avec ceux qui utilisent la route (vrais usagers de la route, routiers, taxis, conducteurs lambda volontaires, représentant de la presse spécialisée).

Ceci nous amène à deux points supplémentaires :

> Le code de la route, les signalisations routières, les infrastructures étaient conçus pour aider les conducteurs dans leurs déplacements. Elles deviennent aujourd’hui des empêchements à se déplacer. Qui n’a vu des chicanes, des ralentisseurs, des trottoirs ajoutés pour empêcher les déplacements efficaces ? Evidemment, la question de la vitesse est du même acabit. Il s’agit maintenant d’entraver le déplacement plutôt que de le faciliter. Ce type de règlement ne peut être favorablement reçu ni donc accepté.

> Nous esquissions cette proposition en fin d’article, certaines réponses insistent sur ce fait. Alors que les usages viennent à changer, notamment grâce à la voiture autonome, les règlementations doivent s’adapter. Les voitures reconnaitront de mieux en mieux les signalisations. Les signalisations doivent pouvoir reconnaitre l’état du trafic pour s’adapter à lui. Il est très facile d’’établir des limitations de vitesse dynamiques et probablement très efficaces.

Voici la réaction de « balizy91 » :

La vitesse toujours la vitesse, la vitesse vous-dis-je...
PRESENTATION
J’ai 84 ans. J’ai conduit Jeep et 203 break en terrain privé avant même d’avoir mon permis en 1959. Depuis j’ai dû parcourir environ 1 500 000 km avec nos voitures successives : Traction 11cv, 203, 403, 404, R 16, R16 TS, R 20 , trois R 25 dont 2 limousines, 806, 607 3l v6 es, 607 v6 HDI double turbo, 508 (24000km cette année), et trois « deuch », sans parler de la Méhari immatriculée en province, et des voitures de mon épouse 104, deux 205, 306 d, 306/ 1600 es.
Professionnellement de 1980 à 1993, J’ai utilisé des voitures de service R5, R12,…abonné Avis, j’ai utilisé toutes sortes de véhicules en province, en Suisse, en Belgique, surtout des R25 GTS mais aussi BMW, Mercédès, XM, Opel…aux 4 coins de l’Hexagone comme disent les présentateurs télé !
J’ai roulé en Grande Bretagne soit avec mes voitures, soit avec des camping-cars, (pardon des Motors-Home) avec la conduite à droite. J’ai roulé en Italie, en Grèce, en Hongrie, en Allemagne, Bénélux Espagne, Portugal……au Maroc, en Californie, en Louisiane. Je pense donc bénéficier d’une certaine expérience et de comparaisons autres que statistiques : La pratique sur le terrain !
Je n’ai aucun accident corporel avec ma responsabilité engagée, j’ai eu des responsabilités partagées dans divers accrochages sans blessures. J’oscille en permanence entre 8 et 10 points. Les deux premiers ayant été perdus sous l’ancienne loi (3 ans sans nouvelle infraction, je pense que je ne les récupérerai jamais !!
Vous devinez bien que lorsque j‘entends ou je lis tout et n’importe quoi à propos de la vitesse je suis abattu, furieux, surpris que des gens réputés intelligents soit se laissent abuser, soit ont des intérêts particuliers mais essayent de nous mettre en situation d’accusés, ou font des comparaisons de situations tellement différentes.
Dans les années soixante, lorsque je suis allé en Ecosse j’étais admiratif devant les très nombreux ronds-points. De Douvres à Inverness, tous fléchés à l’identique : même graphisme, même simplification du langage « SLOW NOW », « the NORTH, the SOUTH, RING ROAD », panneaux implantés aux bons endroits, de même dimension, etc engendrant une fluidité naturelle de circulation. Cela n’exclut pas la saturation mais dans l’ordre et la méthode. Entre Strasbourg et Karlsruhe côté Allemand une autobahn refaite complètement il y a vingt ans en élargissant les ponts, les voies, les sorties, mais quand elle passe en vitesse limitée à proximité des villes, c’est justifié par la densité de circulation : tout le monde redescend de 150 à 90 sans problème, etc, etc….Coté France la A 35 ses radars, ses gendarmes et un accès curieux à partir de la sortie A4.( on dit accidentogène, ça fait bien)
Vous en connaissez beaucoup à l’Etranger des aménagements du genre Petit-Clamart ?
Vous en connaissez beaucoup des routes des Landes droites mais piégeuses par endroits qui mériteraient de sérieux travaux ? Des sorties de A28 comme à Alençon ? Des raccordements D444/D36/A10 comme à Palaiseau ? Et les petites routes de Charente Maritime ? Et le pont d’Aquitaine à 5 voies ?et des sorties d’ESCOTA comme Cagnes ?
Je sais que la volonté et l’obligation d’installer l’assainissement partout n’a pas arrangé les revêtements des chaussées, je sais que le rebouchage est souvent mal fait et que tout le monde s’en moque,
Je propose donc que la vitesse soit imposée sur tout le territoire à 5 km/h et en marche arrière pour éviter les chocs frontaux si meurtriers. ….Soyons sérieux…
Nous avons connu dans la famille un très grave accident, avec hospitalisation de 6 mois de la conductrice et décès du passager. Future route 2x2 où pour l’instant seul un côté est utilisé en double sens : Certes le conducteur du véhicule en face était alcoolisé plus stupéfiants, mais un séparateur de voie en dur au lieu d’une ligne blanche peinte aurait évité le pire : Oui les pouvoirs publics par leurs manques, leur manque de moyens, leur indifférence à voir la vérité sont responsables de morts qui pourraient être évitées et que récupèrent les anti-vitesse pour s’en faire un fonds de commerce.
Merci pour votre article. Puisse-t-il être lu (et compris) par le 1er ministre et les autres rigolos d’énarques et d’X-ponts avec chauffeurs.

Cendu ajoute :

Depuis l’origine des temps, combien de morts évités simplement grâce aux déplacements sur des routes ; et plus ils sont rapides, plus on économise des vies, on augmente considérablement les progrès dans tous les domaines ainsi que le niveau de vie.
Enfin, l’automobile rapporte des sommes considérables à l’Etat qui n’en utilise qu’une infime partie - en diminution constante depuis quelques années - pour entretenir les routes.

Enfin Lexxis, concernant l’état des routes :

Or il est clair que l’État, qui réclame lui-même tant d’efforts des automobilistes, n’est pas du tout prêt à se plier lui-même à la discipline qu’il impose aux autres. La dégradation partout constatée de la voirie française, le scandale jamais sanctionné des ralentisseurs non conformes et dangereux, le maintien quasiment en l’état irresponsable et sans aménagements significatifs depuis plusieurs décennies de la route Centre Atlantique à partir de Moulins en direction de la Saône et Loire désignée sous le nom de route de la mort et rebaptisée fort justement "la route de la honte" par l’antenne locale de France Bleu, tout ceci montre que l’attention n’est pas la même portée aux morts de la vitesse des automobilistes que celle attachée aux morts de la négligence publique qui sévit depuis fort longtemps de manière endémique à tous les échelons et avec un sens accompli de l’irresponsabilité.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Systèmes de santé : la France mal classée en Europe

Abaisser les limitations de vitesse : coûteux et inefficace


Crise du lait et émission « Cash Investigation » :
incompétence journalistique ou malhonnêteté intellectuelle ?

Réduction de la vitesse : La bourse ou la vie ?



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (5)

Ils veulent nous ralentir.

le 23 janvier, 08:56 par Picot

Bonjour,
L'état veut nous ralentir, à tous points de vue. Sur les routes, avec réglementations de plus en plus ahurissantes, sans oublier de nous faire les poches au passage. A l'école avec une instruction en dessous de tout, un bac qui ne veut plus rien dire, le QI de notre jeunesse ayant, nous dit on, baissé de 10 points en quelques décennies. Même constatation pour les capacités physiques. Il s'agit de nous abrutir, de vérifier notre soumission. Une population peu instruite, peu résistante et bien contrôlée est plus facile à soumettre que si elle était cultivée, résistante et rebelle. Quelques pas de plus, donc, vers un régime autoritaire, facilité par la disparition bien organisée de la démocratie en France : démonstration évidente lors du référendum de 2015.

- Répondre -

Raison garder

le 23 janvier, 09:09 par Philippe

Il faut tout de même relativiser les choses, certes un mort de plus est un mort de trop, mais il y a environ un million de décès par an sans compter 200 000 avortements, il y a peut être des choses plus efficaces pour éviter 200 à 400 décès subodore, car à mon sens la limitation excessive va inciter à plus de dépassements dangereux cause majeure d’accidents sur deux voies.

- Répondre -

Réduction de la vitesse

le 23 janvier, 13:49 par Gilbert CLARET

Mon expérience de la conduite depuis cinquante ans, en France et à l'étranger, sans jamais d'accident grave, rejoint les impressions et constatations de vos commentateurs (en particulier M.balizy91). La persécution par l'Etat des conducteurs d'automobiles est alimentée par une association fantomatique,ligue luttant soit-disant contre la violence routière, animée par une porte-parole dogmatique devant laquelle nos gouvernants et média s'agenouillent en chœur sans débat digne de ce nom, en invoquant des preuves scientifiques que personne ne peut jamais examiner, sur les effets bénéfiques pour diminuer la mortalité routière de la diminution de la vitesse : la diminution de 1% de la vitesse moyenne entraînerait la baisse de 4% du nombre d'accidents mortels. J'ai tenté de me renseigner sur cette étude suédoise, citée par le journal Le Monde le 23 décembre 2017. Je la cherche toujours mais ne l'ai pas trouvée !

- Répondre -

Mon petit grain de sel

le 23 janvier, 16:06 par Philippe HERREMAN

Tout à fait en accord avec balizy91.
Je lui dois le respect avec mes 68 ans, mais moi aussi j'ai 50 ans de conduite régulière (permis obtenu le lendemain de mes 18 ans après 5 séances d'une heure d'auto-école) ...
J'ai aussi conduit de nombreuses voitures de la 4cv (ma 1ère voiture) à une Alfa Roméo 3 litres V6 de 220 ch.
J'ai du faire aussi pas loin d'1.500.000 kms dans ma vie et jamais un accident grave responsable (je touche du bois ... !).
L'élément principal que j'ai retenu du code de la route, c'est :"Il faut ADAPTER sa vitesse aux conditions de circulation". Cà me semble loin ...
Je pense, qu'au delà de l'état des routes, il y souvent un problème de formation et d'éducation des automobilistes.
Pour finir, je pense que la limitation à 80 kmh est complètement inadaptée, surtout avec nos voitures actuelles hyper (trop ?) sécurisées : inattention, distraction, somnolence, voilà ce que va engendrer cette mesure imbécile.
Sans compter, à mon avis, une augmentation des conducteurs sans permis ...
Les organismes et animateurs de stages de récupération de point de permis peuvent se frotter les mains à l'avance. Va falloir embaucher !!!
Bon courage, ne lâchons pas ...

- Répondre -

logique de menteur

le 23 janvier, 20:19 par Touteninox

Si l'état voulait réellement réduire le nombre de morts (et non se remplir les poches) il rendrait gratuites les autoroutes au lieu d'obliger les automobilistes à aller prendre beaucoup plus de risques sur les routes à double sens.

- Répondre -

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies