Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Environ 300 migrants renvoyés de Mayotte vers… les Yvelines

Environ 300 migrants renvoyés de Mayotte vers… les Yvelines

par
1 103 vues

Le site d’information Mahorais « l’info Kwezi » révélait que 300 migrants, dont la majorité est originaire de la région des Grands Lacs en Afrique, allaient être transférés de l’île de Mayotte vers la métropole. Une information confirmée par le député LR Mansour Kamardine.

C’est donc au château de Thiverval-Grignon, dans les Yvelines, que les 308 personnes admises sur le territoire national au titre du droit d’asile (seules 14 ont été déboutées), vont être installées, l’État finançant l’opération qui devrait coûter la coquette somme de 300 000 €.

Entassés dans le stade de Cavani, à Mamoudzou, des clandestins venus de toutes les parties de l’Afrique ont choisi Mayotte comme porte d’entrée de l’Europe : une situation très mal vécue par les locaux qui multiplient les barrages routiers, les « décasages » (opérations organisées contre les constructions illégales habitées par des immigrants clandestins comoriens à Mayotte) et les violences car l’État, impuissant, a juste été capable  de déplacer le problème.

Un an après le déclenchement de l’opération Wambushu et seulement quelques semaines après l’annonce de Gérald Darmanin d’une future réforme de la constitution pour supprimer le droit du sol à Mayotte (une mesure d’ailleurs réclamée à cor et à cri par les habitants de l’île), la nouvelle ne manque pas de sel.

Derrière les déclarations musclées, le ministre de l’Intérieur a également discrètement annoncé la fin des visas territorialisés qui permettaient jusqu’ici aux titulaires des nouveaux visas de se déplacer librement, non plus seulement à Mayotte, mais sur le reste du territoire national, créant, de fait, les conditions d’un gigantesque appel d’air qui vient de la France métropolitaine et non du continent africain.

Outre le détournement permanent du droit d’asile, cette situation illustre l’incapacité notoire des pouvoirs publics à maitriser les flux migratoires et l’abandon d’un territoire ultramarin à son triste sort.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

5 commentaires

pierre-georges thomas 29 février 2024 - 2:54

Une seule question, au vu de l’incapacite de l’etat qui ne protege plus rien je me demande si ceux qui fraudent le fisc ne sont pas dans le vrai
Car payer pour que des clandestins voyagent a mes frais en avion puis sont loges en chateau tout compte fait…

Répondre
DEL 29 février 2024 - 3:37

Ils nous mentent sur toute la ligne et chaque fois qu’ils annoncent une nouvelle mesure c’est pour mieux nous berner.

Répondre
Almaviva 29 février 2024 - 6:50

Lamentable ! Rien ne change, au contraire, tout s’amplifie !

Répondre
Le chat perché 1 mars 2024 - 1:08

Alors là, après les annonces tonitruantes, on vient juste de brancher l’aspirateur…

Répondre
Duhamel 5 mai 2024 - 2:48

L’émigration est voulue . Les lois votées ne sont pas appliquées car contredites par plus puissante que l’assemblee nationale : la ligue des Droits de l’homme.

Répondre