Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


Flashcode 2 url IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/5190

par ,

La droite française la plus collectiviste du monde

La politique joue à fronts renversés. Au Sénat, après avoir retoqué la privatisation de la Française des Jeux en commission, Les Républicains se sont associés aux socialistes pour voter en séance, le 5 février, contre la privatisation d’ADP. « Moi qui suis un libéral, je considère que privatiser un monopole, c’est donner une rente financière au privé indûment », avait déclaré Bruno Retailleau, le patron des sénateurs LR.

L’argument de la droite a été que la privatisation des autoroutes en 2006 aurait conduit à une hausse importante des tarifs de péage. Mais pour Pierre Coppey, vice-président de l’Association des sociétés françaises d’autoroutes, il s’agit de contrevérités : « Non, les tarifs de péage n’augmentent pas plus vite depuis la privatisation des sociétés d’autoroutes. Ils ont augmenté en moyenne de 1,5 % par an entre 2007 et 2019, contre 2,1 % par an entre 2000 et 2006, lorsque ces sociétés étaient publiques. Et la hausse du 1er février 2019 est inférieure à l’inflation constatée depuis un an : 1,8 % en moyenne, contre 1,94 %. Les tarifs de nombreux modes de transport, y compris à gestion publique, ont augmenté bien plus vite ces dix dernières années... » (Les Echos, 22-23/02/19). Les sociétés privées d’autoroutes ont investi depuis 2006 plus de 24 milliards d’euros que l’Etat n’aura pas eu à dépenser. La droite ne peut pas vouloir réduire les dépenses publiques et continuer de vouloir un Etat obèse.

La droite française n’a pas compris non plus que la concurrence et le libre marché sont meilleurs pour le contribuable et pour l’Etat lui-même que la nationalisation des activités économiques. La concurrence est créatrice, productrice de richesses par essais et erreurs pour sélectionner ce qui réussit. Elle ajoute plutôt qu’elle ne retranche. Bien sûr, les conditions de la concurrence pure et parfaite ne sont jamais réunies ; la concurrence parfaite est un mythe pour des modèles d’économistes. Mais c’est dans cette imperfection que la comparaison continue permet d’améliorer le système si les hommes y sont libres de choisir. La concurrence remplit aussi une fonction de mobilisation et de diffusion de l’information nécessaire au bon fonctionnement des économies de marché. Elle constitue, à cet égard, un processus de découverte des solutions les meilleures, ou plutôt sans doute les moins mauvaises. Et quelle que soit la bonne volonté des entreprises d’Etat, celles-ci sont moins habiles à évoluer, à réagir, à innover parce qu’elles sont astreintes, surtout en France, à des règles relatives à leur personnel, à la prise de risques, à l’utilisation de leurs fonds, à leurs investissements, à la distribution de leurs profits… qui brident l’ingéniosité humaine et la créativité.

Au demeurant, la privatisation n’empêche pas l’autorité publique de fixer des règles pour éviter les dérives aux frontières dans les aéroports ou dans les familles risquant de devenir dépendantes aux jeux du sort.

Le débat au Sénat «  prouve une chose, c’est que la recomposition politique française nous réserve encore bien des surprises », aurait ironisé Bruno Le Maire le 5 février. La sénatrice Nathalie Goulet (UDI) aurait même ajouté : « Si François Fillon avait demandé la privatisation d’ADP, les LR l’auraient votée ! » (Le Monde, 21/02/19). Elle avait sans doute raison. Il est temps que la droite française retrouve un socle doctrinal solide et non démagogique. Il peut être conservateur, mais à la condition, s’il veut être fort, cohérent et dynamique, qu’il soit aussi libéral, ce qu’elle n’a manifestement pas encore compris.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Privatisation de la Française des jeux : rien ne va plus !

Autoroutes : quand l’anti-capitaliste Thomas Porcher reconnaît les bienfaits des privatisations


L’Etat, gestionnaire de fait de Renault

Aéroports de Paris : comment privatiser ?



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (3)

Depuis quand y a t'il une "droite francaise" ?

le 26 février, 11:11 par yuropp

Ça fait des années que leur "programme politique" tient en deux points :
1) s'étriper pour savoir "kicékelchef"
2) psalmodier le mantra "soyons unis derrière le chef car s'il y union nous ne serons pas désunis et s'il y a désunion nous ne serons pas unis alors qu'il faut être unis derrière le chef".

C'est un peu court, je trouve, mais ils s'en satisfont très bien. Et le fait qu'ils aient encore des électeurs avec un tel programme montre assez la nullité de leurs opposants "institutionnels".
Dans cette ambiance enthousiasmante, pas étonnant qu'un Macron ait pu donner l'illusion d'un espoir… Ou le couple infernal Mélanchon / Le Pen, tant il est vrai que "l'homme qui se noie s'accroche à un serpent"

- Répondre -

en matière de privatisation la droite peut se fixer des priorités

le 26 février, 16:20 par HUBIN

La seule excuse de ce refus de privatisation exprimé par la droite c'est que le gouvernement pourrait utilement commencer par privatiser ce qui n'est pas monopolistique ,alors qu'il fait l'inverse ;
Pourquoi encore l'Etat comme actionnaire de Engie , EDF , Renault ? Peugeot encore je crois ? etc..

27 février, 22:24 - Jean philippe Delsol

Excellente observation que je partage. Mais ça n’excuse ps la position de la droite sur la privatisation d’ADP qui n’est pas un monopole au demeurant sinon de fait territorialement.
Jean-Philippe Delsol

28 février, 18:48 - Dominique

Je rejoint l'avis de mr HUBIN et suis très étonné de votre position mr DELSOL,depuis des années que je vous lis et apprécie vos idées.
Par contre en ce cas pourquoi privatiser à tout prix ce qui peut rapporter de l'argent à l'état et qui est de toute façon en position de monopole (même territorial), puisque l'on ne peut pas concurrencer ADP, ni Nice ni Toulouse, etc.... Il y a peut-être d'autres secteurs qui n'auraient pas du être privatisés par ailleurs, les ondes,donc la téléphonie par exemple. France Télécom aurait pu garder un monopole au lieu de gaver messieurs DRAHI et NIEL. On a beau être libéral on peut se poser certaines questions.

- Répondre -

privatisation des autoroutes et aéroports

le 3 mars, 15:24 par lefebvre

un vraie scandale. l'état ferait mieux de vendre ses nombreuses participations dans nos industries renault air france...La socialisation de nos industries est un gouffre financier pour notre économie. l'état ferait mieux de s'occuper de sa gestion (déficit de 100% du pib.....)
maurice lefebvre

- Répondre -

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies