Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


Flashcode 2 url IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/5250

par ,

Pour un impôt payé par tous, selon ses moyens !
La proposition de l’IREF dans Les Echos

Dans le fouillis du Grand Débat, il y a bien entendu ceux qui demandent de rendre l’impôt plus progressif. Mais ceux qui proposent une taxation proportionnelle des revenus, la flat tax, sont nombreux aussi. En janvier 2019, selon un sondage Harris 53% des Français y étaient favorables. Plusieurs parlementaires LREM, Bénédicte Peyrol et Roland Lescure, et la ministre Jacqueline Gourault ont évoqué une réforme en ce sens. Certains veulent simplement tailler dans les niches, mais derrière chacune, il y a un chien prêt à mordre sauf si cette suppression s’inscrit dans une réforme globale de l’impôt.

L’impôt proportionnel permettrait de supprimer toutes les niches fiscales dont seuls les foyers imposés profitent et surtout les plus aisés. Ces « dépenses fiscales », représentent 100 Md€ dont le tiers au titre de l’impôt sur le revenu. Avec près de 200 niches, parfois fantaisistes, l’impôt sur le revenu est mité et incompréhensible. Ces privilèges accordés aux uns au détriment de tous les autres favorisent l’inattendu comme le “Crédit d’impôt pour les entreprises de création de jeux vidéo », ou l’improbable comme le « Prélèvement libératoire à taux réduit sur les produits de placement à revenus fixes abandonnés dans le cadre d’un mécanisme d’épargne » … Le dernier rapport d’évaluation de ces régimes, en 2011, concluait déjà que sur les quelque 340 niches évaluées, 125 étaient totalement inefficaces et 99 « peu efficientes ».

Les plus malins et les plus riches jonglent le mieux avec les niches. A juste titre, les Français ne le trouvent guère justifié. Ils devinent aussi que lorsqu’il est excessif, l’impôt sur le revenu décourage l’effort au travail, à l’initiative et à l’investissement. En France aujourd’hui les revenus fonciers peuvent être taxés, au taux marginal supérieur, à 66,5%, CSG et autres taxes sociales comprises. L’impôt sur le revenu est supporté à raison de 70% par les foyers du décile supérieur. 57% des Français en sont exonérés (contre 36% en 1983) et il serait dommageable pour la démocratie d’accroître leur proportion.

L’impôt « plat » a le mérite de laisser à chacun ses choix de consommation ou d’épargne. Il est simple, incitatif, neutre. Il favorise une optimisation des affectations individuelles du revenu qui elle-même contribue à une rationalisation économique. Il est également juste en ce sens qu’il prend à chacun en proportion de son revenu et évite l’arbitraire de la progressivité qui ne connait pas de limites. Enfin il rassemble puisque tous sont contribuables, participent par l’impôt direct à la dépense publique et ainsi en mesurent mieux la charge.

La question est celle de la faisabilité sur laquelle le gouvernement est réticent. Pourtant il suffirait de fusionner l’impôt sur le revenu et la CSG, non pas pour que la CSG devienne progressive, mais pour que l’impôt sur le revenu devienne proportionnel. La solution consisterait à élargir l’assiette de l’impôt sur le revenu à celle de la CSG qui, sans niches, est de 40% supérieure. L’impôt serait perçu au taux actuel de la CSG majoré, au-delà d’un abattement fixé à 17 000€ par part, de 15%. Ainsi, personne ne serait perdant sauf ceux qui profitent des niches inutiles. Le produit de l’impôt serait au moins équivalent, voire supérieur. Il ne s’agirait que de généraliser la flat tax sur les revenus mobiliers qui depuis début 2018 a déjà démontré son efficacité avec un rendement sensiblement supérieur à celui qui était attendu.

Jean-Philippe Delsol,
Avocat, Président de l’IREF

Ce commentaire de Jean-Philippe Delsol est publié dans Les Echos du 5 avril.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Éolien en mer : des subventions publiques supérieures à 4 Mds d'euros pour une électricité trois fois plus chère

La révolte fiscale
de Victor Fouquet et Jean-Baptiste Noé


Quand la France était un paradis fiscal
au même titre que la Suisse

Racket de l’impôt écologique caché ?



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (3)

Idiotie

le 8 avril, 16:46 par Laurent46

C'est déjà le cas avec la fameuse CSG taxe provisoire qui dure et qui gonfle.
Avant de proposer des idiotie regardez ce que tout le monde paye comme taxes et impôts.

# Re : Idiotie

8 avril, 16:48 - Nicolas Lecaussin

Faudrait lire jusqu’à la fin avant de commenter...
Cordialement,
NL

8 avril, 17:05 - Laurent46

Quel que soient les médias ils n'ont qu'une chose à proposer "des augmentations des prélèvements" on magouille un peu par-ci, un peu par là et on augmente la CSG qui était provisoire pour une courte durée au moment de sa mise en place. La France est un pays irrécupérable et la grande majorité des Français ne souhaite qu'une place dans les services publics. Il y a une raison. C'est cela le gros problème "Les services publics" et rien d'autre Et arrêter de magouiller les taxes existantes elles sont toutes trop élevées. Le problème est dans la génération des 35/45 qui ne recherchent que l'argent facile dans le public comme dans le privé et les escrocs à col blanc sont tous resté ou passé dans la politique ou dans les bonnes écoles mafieuses. Malheureusement la France n'est pas le seul pays dans cet état c'est un phénomène mondial que l'on retrouve un peu partout même en Allemagne lorsque cette même génération prend la succession du public et du privé et ce qui suit n'est pas mieux. Cela laisse entrevoir de gros conflits pour les prochaines années.

- Répondre -

Impots pour tout le monde

le 8 avril, 17:59 par Michel30

Bonjour,
Je crois qu’il existe plusieurs pays où l’impot est dû dès le premier centime gagné.
Et l'état, qui joue vraiement son role, redistridue à ceux qui en ont besoin. Il ne se < gave > pas en conseils bidules.

- Répondre -

Quand va t'on enfin regarder le problème en face !?

le 9 avril, 09:33 par Astérix

Mais Bon Dieu, QUAND VA T'ON ENFIN BAISSER LES DÉPENSES PUBLIQUES DONC LES IMPÔTS ET TAXES au lieu de faire l'inverse et de se trifouiller le citron pour savoir comment ponctionner encore un peu plus le contribuable, déjà exsangue ?

- Répondre -

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies