Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » SNCF : de nouveaux privilèges accordés aux agents sur le dos des contribuables !

SNCF : de nouveaux privilèges accordés aux agents sur le dos des contribuables !

par
5 039 vues

C’est passé pratiquement inaperçu. Pour éviter des grèves, Jean-Pierre Farandou, président-directeur général de la SNCF, vient d’accorder toute une série de privilèges aux agents de la société nationale. Ainsi, jusqu’ici, ils pouvaient bénéficier pendant douze mois (six mois travaillés à 100 % et six mois sans travail) d’une formule avant le départ à la retraite où ils touchaient 60 % de leur salaire. À partir de 2025, ils auront droit à une CAA (cessation anticipée d’activité) plus longue (18 mois) avec une rémunération plus confortable (75 % de leur salaire). En ce qui concerne les emplois « pénibles » comme celui de conducteur, la durée de la CAA est portée à 30 mois contre un an et demi aujourd’hui. Avec une rémunération à 100 % pendant les quinze premiers mois travaillés et 75 % pour les quinze mois suivants non travaillés. Les agents qui ne peuvent plus tenir un poste pénible, et donc toucher les primes qui vont avec, recevront un « coup de pouce financier pour amortir le choc » : 3000 euros la première année, 2500 euros la deuxième et 2000 euros la troisième. La SNCF va aussi créer un grade supplémentaire dans la grille salariale pour permettre aux agents de 55 ans d’avoir encore la possibilité de percevoir un plus gros salaire sans changer de fonction. Tandis que les contrôleurs, responsables de la dernière grève en février, seront récompensés : leur cessation anticipée d’activité ira jusqu’à 36 mois avec 18 mois non travaillés rémunérés à 75%.

Les syndicats ont dit qu’ils signeraient cet accord avec la direction. Sans s’émouvoir du fait que c’est le contribuable qui va payer… encore une fois. Car déjà, sur les 20 milliards d’euros de subventions publiques que reçoit la SNCF (2022), 3.3 milliards sont consacrés aux pensions des agents. Ce sont donc les contribuables qui financent aujourd’hui, comme l’a montré l’IREF, plus de 60 % de la pension d’un agent SNCF. Des hausses de salaires et des primes en pagaille, des avantages financiers, de confortables fins de carrière, de plus en plus de privilèges dans une entreprise qui affiche une dette de 24,4 milliards d’euros et qui ne tient que grâce à l’argent public. Il est curieux qu’en France, on s’indigne du salaire d’un PDG de haut vol qui ne coûte rien au contribuable et rapporte beaucoup au pays, alors que l’on accepte docilement que des agents censés servir la nation et le public leur coûtent des fortunes pour des résultats plus que médiocres.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

18 commentaires

louis 18 avril 2024 - 8:12

les français acceptent tout et sans broncher a la grande surprise selon ses proches de macron !

Répondre
Farid 28 avril 2024 - 9:37

Les français sont peut-être comme les japonais qui acceptent tout, mais qui, quand la limite est atteinte, explosent tout dans une rage incroyable.
Alors les têtes roulerons.

Répondre
Almaviva 18 avril 2024 - 8:32

Absolument scandaleux ! Ceci est de la très mauvaise gestion le tout sur le dos des contribuables ! Nouvelles dépenses qui creuseront un peu plus le trou des pertes publiques !

Répondre
Bôme nicolas 20 avril 2024 - 7:45

Quel honte ce gouvernement, et ces syndicats qui valident …ou est l égalité.. fraternité. Honte à eux..

Répondre
Saturne 18 avril 2024 - 9:14

Depuis 1937 la SNCF ne fait qu’accumuler les grèves, surtout au moment des vacances . Elle accumule aussi les pertes d’exploitation. A combien en est-on maintenant, après 75 ans de fonctionnement ? Traduit en endettement, le montant total atteint-il quelle somme? 100 milliards ou plus?

Répondre
JANDEL 18 avril 2024 - 10:06

Il faut licencier ce Jean-Pierre Farandou

Répondre
BARBARAY 18 avril 2024 - 10:21

Nous vivons dans un monde ouvert au libéralisme, et comme tout libéralisme qui se respecte, chaque entreprise décide des avantages qu’elle octroie à son personnel.
Il serait très, très intéressant de faire le tour de tous les avantages existants dans TOUTES les entreprises pour connaître le gagnant.

Répondre
Nicolas Lecaussin 18 avril 2024 - 10:57

On se fiche des avantages dans les entreprises privées ! La SNCF vit sur le dos des contribuables !

Répondre
JANDEL 18 avril 2024 - 11:48

Tout à fait d’accord.
Il revient aux contribuables de s’inquiéter du devenir de leurs contributions fiscales et non pas de la rémunération de Mr TAVARES, qui ne concerne que les actionnaires de STELLANTIS.

Répondre
yenamarre 21 avril 2024 - 11:34

En attente de la prochaine avant les JO……
Car vous pouvez être certain qu’il y en aura une autre.
Leurs moyens de pression et de nuisance sont considérables avec cet évènement et ils vont bien en profiter !

Répondre
BUCHSENSCHUTZ 18 avril 2024 - 10:53

C’est dingue ! Il est urgent de revoir le droit de grève, en particulier dans les transports et dans tous les services ( de plus en plus nombreux) susceptibles de bloquer la vie du pays ainsi que la possibilité de déposer un droit de grève de plusieurs mois par anticipation, « au cas où ». Que se passe-t-il demain si internet est bloqué ? ou le téléphone ? ou les banques et les cartes de crédit ?

Répondre
Jeannine Vaillant 18 avril 2024 - 4:52

Merci pour cet article et pour vos lettres en général que je lis avec beaucoup d’intérêt .Ces mesures sont scandaleuses et inacceptables .Que peut on faire pour résister et montrer qu’il existe encore des français qui ne sont pas des moutons ?

Répondre
jean cossin 19 avril 2024 - 6:20

Tout simplement se déplacer pour aller voter à chaque fois qu’on nous demande notre avis.

Répondre
Aquilina gerald 21 avril 2024 - 8:10

Le vote , oui , mais dans un pays où certains sont prêts à renationaliser et donner toujours plus d’argent et plus d’avantages au public et d’autres qui ont peur de toucher à ce secteur pour cause de blocage général de la France . ….

Répondre
Duhamel 18 avril 2024 - 5:44

Nos gouvernants ne sont pas a la hauteur Ils n’ont pas la carrure d’hommes d’etat , ni plus ni moins que des marchands de tapis .

Répondre
Fascio 21 avril 2024 - 8:54

C’est une infamie, la lâcheté de la macronie est sans limite car le decideur c’est bien lui Mr Farandou n’étant que l’exécuteur des basses œuvres.

Répondre
PALON Annie 28 avril 2024 - 10:42

La poursuite de la dérive !

Répondre
lecotre 29 avril 2024 - 6:52

Bravo a Macron pour sa reforme de retraite !!!!! , Il a bien entuber les ouvriers, Un tel spectacle ne merite qu' »une sanction.
0 pointé a la clique de Macron.

Répondre