Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
Banner
Home » Ukraine : comme les anciens dictateurs soviétiques, Poutine teste l’Amérique

Ukraine : comme les anciens dictateurs soviétiques, Poutine teste l’Amérique

par Nicolas Lecaussin

Comme le faisait l’Union soviétique lorsqu’elle envahissait d’autres pays, la Russie de Poutine a massé plus de 100 000 soldats à la frontière ukrainienne en prétextant un « danger imminent » de la part de ce pays. Pour anticiper le « danger », l’URSS avait l’habitude d’envahir ses vassaux. Le président Poutine s’inspire régulièrement des pratiques soviétiques. Avec ces manœuvres militaires, il veut aussi tester la capacité de réaction des Occidentaux et des Américains en particulier. Pour le moment, le secrétaire d’État, Antony Blinken, a fait des déclarations très claires en condamnant fermement les opérations militaires et aussi les tentatives de déstabilisation de l’Ukraine.
M. Biden a rencontré l’autocrate Poutine en juin, espérant de meilleures relations avec Moscou. Il a même cédé face à Poutine dans le dossier du gazoduc Nord Stream2. Mais plus l’Occident lui tend la main, plus Poutine le provoque et le menace. La Russie a testé sans avertissement un missile antisatellite qui pourrait être utilisé contre du matériel américain. La Biélorussie, avec le soutien de Moscou, a fait venir des milliers de migrants le long de la frontière de l’Union européenne. En Crimée et en mer Noire, les opérations militaires se multiplient.
En fait, M Poutine veut recréer l’Union soviétique en reconstituant les anciennes frontières. Il cherche à savoir jusqu’où il peut aller. La meilleure réponse, c’est de réagir fermement et de défendre l’Ukraine. Sinon, d’autres pays vont suivre…

You may also like

3 commentaires

Tibus 54 3 décembre 2021 - 8:17

Ukraine : comme les anciens dictateurs soviétiques, Poutine teste l’Amérique
Les Russes ont déjà testé Blinken qui était aux responsabilités sous Obama Biden quand ils ont avalé la Crimée et « pre-digere » le Dombass où une grosse partie de la population à déjà choisi un passeport russe.
Le pire est à craindre pour l’Ukraine…

Répondre
Obeguyx 4 décembre 2021 - 10:22

Ukraine : comme les anciens dictateurs soviétiques, Poutine teste l’Amérique
Il n’y a rien de pire que de se ranger aveuglément derrière la politique US. Etre dans l’OTAN est déjà une erreur monumentale et une haute trahison de la France à son particularisme qui en faisait sa force. Il ne faut pas inverser les torts. Ce sont les US qui ont commencé la bagarre dite « diplomatique ». A-t-on pris des sanctions contre les US lorsqu’ils ont envahis l’Irak sans fondement réel ? Non. La nouvelle réflexion française est du pain béni pour ces politicards de caniveaux que sont aujourd’hui les américains !!!

Répondre
PAK 4 décembre 2021 - 11:13

Ukraine : comme les anciens dictateurs soviétiques, Poutine teste l’Amérique
L’Ukraine à la difference des « vassaux de l’URSS » comme le Hongrie mise au pas en 1956 ou la Tchécoslovaquie en 1968 est indépendante de la Russie, la comparaison n’est pas bonne.C’est la « Sainte Russie » qui interesse Poutine pas l’ex URSS.

Les russes considèrent l’Ukraine comme faisant partie historiquement de l’empire russe et son indépendance depuis la chute de l’URSS passe mal.C’est plutôt la reintégration de cette province des marches de l’empire qui pourrait être visée. A cela s’ajoutent les troubles qui mettent aux prises les ukrainiens entre eux avec un très forte minorité, voire majorité à l’est, de russes ou de russophones – que la Russie veut protéger- avec des affrontements qui n’en finissent pas et des accords de cessez le feu jamais respectés. Et l’activisme US pour entrainer l’Ukraine vers l’Otan passe très mal.
Après le désastre afghan, Poutine peut se dire que les USA lacheront très vite Kiev s’il décide d’intervenir. Ou si il fait peser une menace suffisement forte pour faire comprendre aux dirigeants ukrainiens que la guerre entre est et ouest doit cesser. Et ces derniers doivent se dire que leur allié américain n’est pas fiable du tout et que la puissance de tutelle qu’ils le veuillent ou non c’est la Russie.

Répondre

Laissez un commentaire