Accueil » L’incroyable battage médiatique anti-Le Pen

L’incroyable battage médiatique anti-Le Pen

par François Turenne

Soyons clair, il n’est ici pas question de faire l’apologie du programme de Marine Le Pen dont l’IREF a critiqué à plusieurs reprises les mesures étatistes. ll est, cependant, inacceptable, dans un pays démocratique, qu’un candidat quelconque  subisse un battage médiatique aussi caricatural et malveillant durant cet entre-deux tours. Il ne se passe pas un jour sans que tous les journaux nationaux ne dénoncent « la haine », « le danger » de son programme ou le risque d’un « Frexit » si elle est élue. Les médias jouent avec la peur des électeurs, un peu comme l’extrême-droite ou l’extrême-gauche. Curieusement, le candidat Macron ne bénéficie pas des mêmes inimitiés de la part du Monde, de Libération ou du Figaro. Difficile, en effet, de critiquer un candidat sans programme. Pourtant, pas un mot dans les grands titres de presse sur sa minuscule déclaration de patrimoine. Pas un mot, non plus, sur ses discours tous les jours, un peu plus démagogiques et sans queue ni tête qui laissent l’impression qu’Emmanuel Macron ne prend pas cette campagne au sérieux. L’agressivité semble avoir cependant changé de camp car il ne cesse d’attaquer son adversaire et les médias se précipitent pour répéter ses éléments de langage. Pour un électeur de Marine Le Pen, cette couverture médiatique est insupportable et doit le conforter dans son choix. En se comportant de la sorte, Emmanuel Macron et les médias ne respectent pas les électeurs qui sont au moins 20% à voter pour la candidate du RN à chaque élection depuis 2012. Ce mépris pour une grande partie des Français se répète d’élection en élection sans que les politiques et les médias ne soient en mesure de poser un diagnostic clair sur les raisons qui poussent des habitants du Nord, du Sud et de l’Est de la France à voter Marine Le Pen. Les Français voteront en leur âme et conscience le 24 avril prochain. Certains, en bons « Gaulois réfractaires » pourraient être tentés de voter pour l’éternel perdant Poulidor plutôt que pour l’arrogant Anquetil…

You may also like

19 commentaires

Laurent46 20 avril 2022 - 4:26

Avant le premier tour l’homme à abattre était Zemmour et ces mêmes médias ont fait ce qu’il fallait maintenant c’est le retour de Le Pen .. C’est cela la nouvelle Démocratie ! Mais quant une majorité de la population devient stupide il devient aussi difficile de parler de démocratie ce qui laisse les portes grandes ouvertes à toutes les organisations mafieuses devenues mondiales avec l’argent public qui va ou il ne faut pas et que plus rien n’est en état de fonctionner dans un pays. Devenu mondialiste, cette situation mafieuse ne peut apporter que misère et sang.

Répondre
Serge CIBOXER 20 avril 2022 - 5:53

LE SYSTÈME électoral et le suffrage universel sont une tromperie, une mascarade, un leurre, UNE ESCROQUERIE, une IMPOSTURE, réduisant la notion de démocratie à un mot vide de sens, qui fait « bien pensant ».
Les « élus » ne représentent pas, sur le fond, ni le peuple, ni, pire, leurs électeurs.
Le cocufiage est un concept bien établi dans les moeurs, et la manipulation est à son paroxysme.
En l’état, voter est l’acte par lequel le citoyen pérennise le système qui l’aliène. Il collabore. Pas moi.

Répondre
JEAN LUC RIVIERE 20 avril 2022 - 6:50

En effet, je voterai pour Poulidor. Les ajouts quotidiens de programme font que le programme de Macron qui raccole le vote des Khmer-Verts et de l’extrême-gauche néo-stalinienne nous prépare une dictature écolo-islamogauchiste qui nous mènera dans un ruineux Absurdistan où pousseront les éoliennes, actives 10% du temps mais dont les coûts d’installation seront faramineux, pour le plus grand bonheur des fabricants (tous étrangers) de ces sinistres engins. Et bien sûr, faute de majorité de l’association de parvenus et d’opportunistes venant à la soupe nommée LREM au Parlement, les élus écologistes et mélenchonistes voteront avec enthousiasme ces mesures à la fois ruineuses et liberticides. Et ce n’est qu’un exemple qui s’accompagnera de la progression de l’écriture islamogauchiste dite inclusive, de la multiplication des « quoi qu’il en coûte » à tout va (la prime « alimentation » en est un premier exemple), de la dictature des minorités sexuelles et de celle des imams et autres autorités islamofascistes (il faut bien qu’ils gagnent, eux aussi, quelque chose en échange de leur soutien) . Certes on peut se dire que Macron considère, on l’a vu, que les promesses n’engagent que ceux qui y croient (ce qui n’est pas son cas, puisqu’il ne croit en rien sinon qu’il a toujours raison), mais sous la pression, on ne sait pas ce qui peut arriver et il nous précipitera alors dans un mélange de 1984 orwellien et de « Brave New World ».

Répondre
Astérix 20 avril 2022 - 7:29

La presse que vous citez est à la botte du pouvoir; une sorte de dictature en somme.
Ces gens là montrent bien leur façon de s’asseoir sur leur déontologie et l’étique !
J’ai souhaité compenser un tout petit peu en adressant le commentaire suivant à l’IREF:
« Je recommande vivement : Charles Gave : « Ceux qui voteront Macron sont idiots ! » »
J’ai été censuré !?

Répondre
Mahesa 20 avril 2022 - 7:50

Même si je n’ai pas plus confiance en MLP qu’en E.M, je partage votre avis et attends avec impatience de voir les réactions des journalistes en cas de victoire de MLP. En 10 ans de pouvoir à différents postes, Macron a bousillé tout ce qu’il a touché, sauf ses profits et ceux de ses copains. MLP ne pourra pas faire pire, et bien entourée, elle peut faire mieux. Alors, un peu d’audace et moins de snobisme. Appelons un chat un chat, et Macron un voyou, car je suis polie. Et qu’il rende des comptes.

Répondre
JR 20 avril 2022 - 9:38

Bonjour, en phase avec votre commentaire. Et je ne pleure plus sur le sort des LR qui ont eut ce qu’ils méritent, ils sont morts de l’intérieur. Rappelons que V. Pécresse prétendait vouloir régler le climat », c’est dire le niveau ! La conclusion est, tout sauf Macron à 80 km/h, taxes Carbone, malus, super malus, malus aux poids. Merci. Bien à vous

Répondre
Astérix 20 avril 2022 - 9:19

Merci M. Turenne d’avoir publié mon commentaire.

Répondre
Pierre Bouchet 20 avril 2022 - 9:21

Il est un journal qui se distingue particulièrement dans ces attaques systématiques contre Marine Le Pen, et qui ne dit rien des incongruités dites par Emmanuel Macron, c’est « Les Echos », qui formate beaucoup de cadres d’entreprises, et cette fois-ci dans un sens unique indécent!

Répondre
JR 20 avril 2022 - 2:34

Bonjour, je confirme « Les échos » est devenu un amplificateur de la pensée unique. Merci

Répondre
en fait 20 avril 2022 - 10:03

Débat ou tir à zéro ?. Car, connivence(s), cooptation(s), entre soi, influence(s), juteuses subvention(s), . .. …., ?
C’ est la très classique reprise d’une très antique Technique évoquée dans l’ancien Testament, utilisée le jour du grand pardon, elle permet de désigner le bouc émissaire, avant de le chasser vers le désert.
Mais, vis à vis de Tous les citoyens de plus de 18 ans de la France UNE et . .. …., le 10 04 2022, E.M. a eu 0.18 du UN et M.L.P. a eu 0.15 du UN, soit un modeste global de 0.33 du UN.
Aussi, compte tenu des très brillants résultats produits depuis 1981 par les présidents, il faudrait être beaucoup plus humble. Pour les Grecs déjà « les tonneaux creux font le plus de bruit ».
Il faudrait aussi et surtout adapter la logique des Trois du Golgotha au 21 ° siècle.
Il est aussi possible, le diable se cachant toujours dans le détail, que compte tenu de – notre – situation, la volonté cachée soit de faire élire le bouc émissaire M.L.P. ?

Répondre
Obeguyx 20 avril 2022 - 10:06

Ca fait 50 ans que ça dure. Ca marche. Les Français sont contents et comme disait mon père, s’ils sont cons tant mieux, moi je continue mon business et je crois bien que c’est le fond de la devise de nos politiques à la gamelle !!!

Répondre
Dudufe 20 avril 2022 - 11:09

Après l’écriture inclusive « v’la t’y pas » qu’ils nous mettent la pub inclusive. En effet pas une pub à plusieurs personnages sans y voir un noir et/ou un arabe de service !!!
Est-ce réellement un bien pour ces 2 races ???

Répondre
Richard 20 avril 2022 - 11:11

Ne vous plaignez pas… Il est étonnant que le PNF n’enquête pas encore sur les détournements de fonds supposés du RN au Parlement européen. Le Pen n’est ni Ferrand et ses mutuelles de Bretagne, ni Macron et ses copains de McKinsey, ni etc… A moins que : il reste encore 3 jours pour bien faire avant le 2eme tour ! Cela dit, c’est vrai que le programme autarcique de Le Pen n’est pas attrayant… Et comme Macron, elle ignore que les taux d’intérêts montent et vont ruiner le pays très vite…

Répondre
pascal gillardin 20 avril 2022 - 12:23

Macron le boutiquier. En 2017, coincée entre les deux grandes enseignes traditionnelles de la Gauche et de la Droite, toutes deux en faillite, son échoppe affichait, selon un opportunisme inspiré d’une vieille blague du Petit Farceur, « Entrée Principale ». Le stratagème médiatique par manque de stratégie politique. Rebelotte en 2022, avec une nouvelle astuce de camelot. Cela pourra encore fonctionner quelques jours. Mais avant cinq ans, les successeurs devront trouver d’autres réponses à une aggravation annoncée de la crise, qu’une proportion croissante de l’électorat attribuera à des choix bureaucratiques hasardeux, tant au niveau de la France que de l’UE. En 2027, Le Pen ne proposera toujours pas de réponse au marasme mais en bonne populiste, en désignera encore plus facilement les fautifs. La croissance quasi linéaire de son score tous les 5 ans interpelle, ainsi que son empreinte géographique par département. Qui pourra alors annoncer un vrai projet, face à un contexte qui subira de plein fouet les effets destructeurs de la guerre ukrainienne et des chimères du Green Deal, entre autres ? Cette problématique ne se limitera pas à la France. Si l’UE ne se débarrasse pas d’urgence des arrivistes planqués à qui elle a été abandonnée, chaque nation se retrouvera seule face à son propre panel de populismes (au sens péjoratif) … dont le plus sournois se dévoilera enfin : le populisme vert. Le « ver(t) » dans la pomme, qui par les intrigues (pacte pré-électoral avec von der Leyen pour le Green Deal, activisme démagogique tentaculaire, etc.), finit partout par participer aux décisions, alors que du strict point-de-vue démocratique, il ne représente, hors Allemagne, qu’une part négligeable de l’électorat. Il ne s’agit donc pas étymologiquement d’un « populisme » en termes quantitatifs de représentativité. Cette lacune de légitimité populaire se voit alors compensée par un artifice rhétorique idéologique : la représentativité anticipée de « l’Humanité future », voire de l’ensemble de la biosphère (pourquoi pas ?) … qui, à ce jour, ne bénéficient pourtant pas (encore !) légalement d’un droit de vote susceptible d’être cédé par procuration. Notons ici pour l’humour qu’une telle procuration pourrait être en théorie revendiquée par n’importe quel acteur politique. Mais cette représentativité fantasmée (en nette contradiction avec les urnes), prêchée dans la rue et les réseaux sociaux par l’activisme vert, fonde bien son utopie révolutionnaire et guide ses multiples intrigues (politiques ou autres … comme l’actuel projet scolaire d’un cours d’une « écologie » plus idéologico-religieuse que scientifique, projet lisiblement anti-laïque), intrigues qui rongent effectivement les rouages de la démocratie et en constituent un danger, au même titre que les extrémismes de gauche et de droite. Pour l’anecdote, cette dérive « populiste verte » doit être discernée d’une hypothétique « écologie scientifique », dont le projet reste à construire, pour autant que la complexité infinie du domaine y permette le plein exercice rationnel des méthodes scientifiques. Enfin, un autre parasite, vert/rouge, né de la postmodernité et du recul des institutions religieuses prémodernes, ronge aussi l’Europe par l’Ouest. Ce travail de sape inclut principalement la dérive idéologique (entretenue par le mercantilisme bobo) de « Réenchantement du Monde » et la mouvance moins formelle des « Créatifs Culturels ». Ces résurgences de l’obscurantisme quasi-religieux désacralisent les droits humains individuels pour déifier la Nature et titillent les atavismes grégaires vers de possibles dérives totalitaires (cristallisées par des paranoïas collectives entretenues : climat …). Ces mouvances idéologiques s’appliquent aussi à détourner certaines thèses à la mode (Elinor Ostrom) pour promouvoir un écolo-gauchisme égalitariste utopique et liberticide. Proches de lobbies comme Green Peace, elles ont aussi participé à la démilitarisation unilatérale de l’Europe, dont on constate l’ineptie historique.

Répondre
JR 21 avril 2022 - 9:53

Répondre
Golfy25 24 avril 2022 - 6:22

À lire les nombreux commentaires, il est rassurant de ne pas être seul à constater la décrépitude du monde médiatico politique qui s’occupe de nous avec une ferveur mafieuse renouvelée. Le déclassement est là, je ne sais pas si les français supporteront 5 ans de plus, à moins que la soumission soit devenue réalité. Bon dimanche.

Répondre
Roullé 24 avril 2022 - 7:29

Mon Père disait :  » On vit comme on vote, souvent on vivote.  » Je crains que cette fois, une majeure partie des électeurs n’ait, même pas, les moyens de vivoter.

Répondre
Henri 24 avril 2022 - 10:01

Il est quand même étonnant pour ne pas dire plus que l’IREF et beaucoup de ses lecteurs encensent MLP.
Il n’y a pas de programme plus étatiste, plus anti libéral et pour résumer plus ringard que celui de MLP au 21ème siècle. C’est vraiment un modèle
Cette attirance ne serait elle pas liée plutôt aux positions de cette candidate sur l’immigration!!!!!!!!!!

Répondre

Laissez un commentaire