Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Le redémarrage des réacteurs nucléaires annoncé cet hiver a été retardé

Le redémarrage des réacteurs nucléaires annoncé cet hiver a été retardé

par
159 vues

La moitié du parc nucléaire français est constituée de centrales vieillissantes et les EPR, qui devraient les remplacer, n’entreront pas en service avant 2035. Affectés par des problèmes de corrosion, une trentaine de réacteurs sont à l’arrêt, ce qui conduit à la situation ubuesque où notre pays, autrefois exportateur d’électricité, doit importer 25% de sa consommation en provenance de Grande-Bretagne, de Belgique, d’Allemagne, d’Italie et d’Espagne.

Initialement, les réacteurs à l’arrêt cet été devaient être progressivement remis en service pour faire face aux besoins en électricité de la période hivernale, mais à la fin du mois de septembre, la mise en service de quatre réacteurs a été reportée à la mi-novembre.

Il y a quelques jours, le redémarrage des réacteurs Bugey 4 et de Flamanville 2 a été décalé d’un et deux mois, ce qui représente un manque de 6 gigawatts. Au mois d’octobre, pour ne rien gâcher, une grève à EDF a même causé une baisse de production de 1,4 gigawatt supplémentaire.

La France se retrouve donc dans une bien curieuse situation : en pointe dans la technologie nucléaire avec l’EPR, elle manque d’électricité à cause du recarénage bien tardif de ses centrales. La nécessité de rénover les réacteurs est connue depuis de nombreuses années, mais elle a été sans cesse retardée, faute d’investissements que la crise énergétique rend désormais incontournables.

Le Gouvernement tente d’accélérer la mise en service des EPR et va présenter en fin d’année un projet de loi destiné à lever les obstacles juridiques à la construction de centrales. Mais les effets de cette mesure ne se feront pas sentir à court terme.

Gouverner c’est prévoir, mais, une fois de plus, les pouvoirs publics ne réagissent que lorsqu’ils sont au pied du mur, sans jamais anticiper.

Vous pouvez aussi aimer

8 commentaires

Roven 12 octobre 2022 - 5:25

Hi hi, ce n’était pas difficile à prévoir, la France en pointe avec un gouvernement versatile et sa confortable administration EDF ? Trop rigolo…

Répondre
Astérix 12 octobre 2022 - 7:30

Nos dirigeants ne cessent de mentir ! Quand les français vont-ils réagir ? l’on voit bien qu’il est impossible de leur faire confiance !

Répondre
Bernard GUILHON 12 octobre 2022 - 8:43

Le problème est simple, donc la solution aussi. Encore faut-il le poser dans ses termes. La construction de nouvelles centrales prendra au moins 10 ans (si l’on ne se perd pas en route) durant lesquelles la France sera en pénurie. Il faut donc faire la soudure. Ça tombe bien, nous sommes à la pointe pour les petits réacteurs utilisés par la Marine Nationale. Lançons un vaste programme de construction et de dissémination, en prévoyant un réacteur pour 100 000 habitants. Avantages multiples : emprise réduite, construction rapide, sécurité facile, maintenance réduite, accidents éventuels rapidement circonscrits, que du bonheur. Inconvénient : on s’attaque directement au bastion centralisateur du monopole EDF.

Répondre
Astérix 12 octobre 2022 - 11:28

+++

Répondre
Dudufe 12 octobre 2022 - 10:07

Il me semble que pourtant la centrale de Feissenheim fonctionnait bien ?
PS très curieux j’ai voulu vérifier l’orthographe de cette centrale nucléaire et n’arrive pas à la retrouver sur internet ! Peut-être m’y suis-je mal pris ?

Répondre
PhB 12 octobre 2022 - 9:29

C’est Fessenheim!
Elle ne fonctionnait pas si bien que ça. Un des deux réacteurs était toujours en arrêt depuis plus de dix ans.
Nos voisins suisses et allemands ne la voyaient pas d’un bon œil: étant aux premières loges en cas de problème majeur!
Tout ça pour des raisons de maintenance et mises à jour non effectuées.

PhB d’Illkirch-Graffenstaden, très bien placé pour parler de la chose contrairement à certains de la France profonde qui ne vivent pas les choses de près et racontent ce que la presse leur dit.
Pour Info, ça fait depuis 1975-77 qu’elle nous produit du courant électrique.
Sa construction a démarré en 1970 quand j’avais 15 ans, bref ça fait longtemps qu’elle fait partie de notre décor.
Je précise que nous les alsaciens n’étions pas pour son démantèlement avec toutes les pertes d’emplois que ça génère.
Mais, étant située sur une faille sismique, le matériel doit être irréprochable: il ne faut pas « tirer le diable par la queue »

Répondre
chenebeau 12 octobre 2022 - 11:18

Il faudrait une enquête parlementaire sur tout ce bazar… et mettre publiquement au pilori tous ceux qui ont balancé contre le nucléaire !

Répondre
Obeguyx 12 octobre 2022 - 12:39

Je vote pour la solution GUILHON, avec la réserve que ces petites centrales soient exclusivement fabriquées en France et pour les Français. Dans mon monde, je défends d’abord ma vie; ensuite celles de mes enfants, puis de ma conjointe et enfin de ma famille. Lorsque tout cela est en ordre, je pense à mes amis, puis ceux de ma commune. Arrivé à ce stade, je passe à l’échelon de mon département, puis ma région et enfin mon pays. Vous vous rendez compte du « boulot » que ça représente, alors L’Europe je m’en « tape », sauf si tout va pour le mieux AVANT.

Répondre

Laissez un commentaire