Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » L’audition Bréchet sur la perte de souveraineté et d’indépendance énergétique de la France : la vérité sans concession

L’audition Bréchet sur la perte de souveraineté et d’indépendance énergétique de la France : la vérité sans concession

par
3 892 vues
Yves Bréchet, ancien Haut-commissaire à l’Energie atomique et membre de l’Académie des sciences, a été auditionné le 29 novembre par la commission d’enquête parlementaire visant à établir les raisons de la perte de souveraineté et d’indépendance énergétique de la France.

Une audition de plus de deux heures, qui sort de l’ordinaire et qui, au-delà du désastre, pointe sans langue de bois un certain nombre d’erreurs et de responsabilités, notamment chez un Président qui, depuis plus de dix ans, n’a jamais raisonné qu’en terme de communication, d’ambiguïté et de voix pour assurer son pouvoir, où l’intérêt national ne semble pas toujours prioritaire.

L’audition est tellement riche, tellement percutante que nous avons préféré, plutôt que de les paraphraser, reproduire directement en italique les propos de Monsieur Brèchet qui constituent donc le corps de cet article, auquel nous avons simplement ajouté en caractères droits les transitions et conclusions nécessaires.

Les fonctions de l’intervenant

Monsieur Brèchet se revendique comme un scientifique et un ingénieur, spécialiste de science des matériaux en général et de métallurgie en particulier et son pedigree est impressionnant, qu’on en juge plutôt :  

Il a fait l’essentiel de sa carrière (1987-2012) dans le monde universitaire, Il est membre de l’Académie des sciences, ainsi que de plusieurs académies étrangères et professeur associé au Canada et en Australie. Il a occupé la fonction de Haut-Commissaire à l’Energie Atomique de 2012 à 2018, soit deux mandats de trois ans et il déclare clairement qu’il n’a pas souhaité être renouvelé en 2018 Il ajoute qu’il s’agit d’un poste prévu par la loi, poste de conseil scientifique auprès du gouvernement et de l’administrateur général du CEA, sur les missions du CEA et en particulier les missions concernant le nucléaire civil et militaire, ainsi que les questions liées à l’énergie en général. Il précise qu’il est positionné au sein du CEA, mais or la hiérarchie du CEA, ce qui lui assure une totale liberté de travail. Conseiller de l’exécutif pour les questions scientifiques et techniques concernant l’énergie nucléaire, il est membre du Comité de l’énergie atomique qui examine toutes questions relatives au CEA. Il est le conseiller scientifique et technique de l’Administrateur général du CEA pour l’orientation générale scientifique et technique du CEA. Il est responsable de la chaîne de sécurité pour l’intégrité des moyens concourant à la dissuasion et ne relevant pas du ministre de la Défense. Il est garant de la gestion patrimoniale des matières nucléaires nécessaires à la défense. Il préside le conseil scientifique de Framatome depuis 2019. Enfin, il souligne qu‘il est essentiel de comprendre que le poste qu’il a occupé au CEA est un poste de conseiller sans pouvoir décisionnel, le pouvoir de décision restant entre les mains de l’administrateur général.

L’arrêt de la FNR

Certes l’audition est riche, mais un grief capital émerge loin devant les autres : l’abandon en rase campagne de la filière à neutrons rapide qu’il présente très simplement comme savent le faire les grands scientifiques :  La clé de voûte de cette stratégie était, identifiée dès les années 70, c’était la filière à neutrons rapides qui permettait, le moment venu, de requalifier des déchets en ressources, et d’assurer l’indépendance du pays en termes de ressources en uranium. On a alors un « nucléaire durable », qui n’utilise aucune ressource naturelle par définition épuisable, et résout la question des déchets. Un système circulaire pratiquement parfait et à émission de gaz à effet de serre minimal, Cette filière à neutrons rapides où la France était pionnière vient d’être abandonnée (en 2018) par une décision à courte vue qui restera dans l’histoire comme un modèle de stupidité ou de cynisme. Il est donc important de comprendre comment la cohérence d’une stratégie industrielle a cédé la place à l’opportunisme d’une stratégie de communication.

Cette décision, faisant suite à une série de renoncements concernant le parc électronucléaire, est emblématique de la disparition de l’Etat stratège en matière énergétique, et de la transition d’un « État stratège » vers un « État bavard ». Elle est aussi révélatrice d’une désinformation continue concernant cette filière, désinformation acceptée par l’État, quand elle n’est pas organisée par lui. La politique énergétique du pays a été décidée par un « canard sans tête », la chaine de décision publique est désastreuse. L’analyse scientifique des dossiers était systématiquement ignorée, broyé par un effet de cour qui était au service des gouvernants plus qu’au service du pays.

L’arrêt du programme ASTRID a été pris au plus haut niveau de l’exécutif (Président de la République et Premiers Ministres). Toutes les informations étaient disponibles, et ont été sciemment ignorées. Je ne sais pas si c’est pour des questions budgétaire (faire un investissement dont l’utilité de fera sentir d’ici une ou deux décennies) ou des raisons idéologiques (pari de pouvoir sortir du nucléaire, et donc inutilité du nucléaire durable). Dans le premier cas, c’est un raisonnement de chef comptable (les comptables n’ont jamais eu bonne presse !) qui n’est pas à la hauteur de politiques devant avoir une vision à long terme. Dans le second cas, c’est de l’inconscience de « sauter d’un avion en pariant qu’on aura tricoté le parachute qui évitera de s’écraser au sol ».Quelle que soit la cause de cette décision, elle relève pour moi d’une faute historique grave contre les intérêts de notre pays, une destruction de souveraineté énergétique patente, puisque les réacteurs à neutrons rapides, en brulant les 300 000 tonnes d’Uranium enrichi, nous auraient assuré des siècles d’indépendance énergétique…/…L’abandon de la filière avec l’arrêt d’Astrid est plus qu’une erreur, c’est une faute grave. Il est très important de comprendre que la filière à neutrons rapides est la clé de la fermeture du cycle, que la fermeture du cycle est la clé d’un nucléaire durable et indépendant en termes de ressources, qu’à ce titre c’est un outil de souveraineté nationale du point de vue énergétique et du point de vue industriel. Et surtout on comprend bien pourquoi les Verts n’en voulaient à aucun prix, puisqu’il leur retirait définitivement l’argument de peur et de culpabilité attaché au sort des déchets. 

Les incohérences

La doctrine de libéralisation des marchés appliquée à un produit (l’électricité) dont la nature non stockable est à ce jour encore incontournable, et la démission des États européens face au besoin pourtant croissant de fournir à tous les citoyens une énergie à bon marché, a conduit à une déstructuration qui a pour conséquence une situation économiquement et politiquement intenable (prix négatifs, déstabilisation des réseaux)…/…La gestion de l’intermittence des Énergies renouvelables et leur déploiement massif conjugué avec la perte de capacités pilotables, à plusieurs fois signalée par l’Autorité de Sûreté Nucléaire, conduit à une dépendance grave vis-à-vis du gaz, au niveau européen, qui présente un risque géopolitique grave.

L’histoire récente nous en donne la preuve. L’électricité générée par le nucléaire est essentiellement décarbonée. Dans une optique de lutte contre le réchauffement climatique, il est absurde de dépenser des milliards pour décarboner une électricité déjà décarbonée…/… Ces constatations sont autant de signes que l’analyse scientifique et technique a déserté les rouages décisionnels de l’État.

Les responsables  

Le prix à payer pour ces erreurs historiques sera lourd. La destruction, à l’heure même de l’urgence climatique, de ce qui a été un fleuron industriel du pays et qui constitue un de ses meilleurs atouts dans la lutte contre le dérèglement climatique, l’absence de stratégie claire dans le domaine électronucléaire en ce qui concerne le remplacement du parc, le sacrifice d’outils industriels amortis et au fonctionnement sûr …/.., relèvent au mieux de l’ignorance , au pire de l’idéologie…/…Elle est aussi révélatrice d’une désinformation continue concernant cette filière, désinformation acceptée par l’État, quand elle n’est pas organisée par lui. Cette filière à neutrons rapides où la France était pionnière vient d’être abandonnée (en 2018) par une décision à courte vue, qui restera dans l’histoire comme un modèle de stupidité ou de cynisme. 

Inversement, la procrastination sur toutes les décisions concernant le nucléaire, la politique d’annonce dans l’attente des décisions concrètes de mise en chantier, montre une ignorance stupéfiante de l’inertie intrinsèque des industries lourdes et de la nécessité d’une vision stable à long terme pour conserver au bon niveau un outil industriel. Les causes ? La première est l’inculture scientifique et technique de notre classe politique. La seconde est le rôle des « conseillers techniques » dans les cabinets ministériels.  Quel que soit le prestige de leur diplôme, ils se retrouvent à conseiller sur des sujets qu’ils ne maitrisent généralement pas un ministre qui ne se pose même pas la question. Leur premier souci sera trop souvent de ne dire à leur ministre que ce qu’il a envie d’entendre pour ne pas nuire à leur carrière à venir. Il n’est guère surprenant que lesdits conseillers n’aient qu’un enthousiasme limité à réunir un comité à l’énergie atomique qui aurait tôt fait de mettre à jour leur lacunes.

La politique énergétique du pays a été décidée par un « canard sans tête », la chaine de décision publique est désastreuse. L’analyse scientifique des dossiers était systématiquement ignorée, broyée par un effet de cour qui était au service des gouvernants plus qu’au service du pays. L’arrêt du programme ASTRID a été pris au plus haut niveau de l’exécutif (PR et PM). Toutes les informations étaient disponibles, et ont été sciemment ignorées…/. On doit admettre que les tergiversations multiples des gouvernements successifs dans la politique nucléaire ont grandement endommagé la réputation de la France comme partenaire fiable.

Les Français responsables, vraiment ? 

Assurément le réquisitoire, aussi argumenté que documenté, est accablant. Il souligne notamment sur de très longues années (avant d’être élu Président de la République, E. Macron avait en effet conseillé son prédécesseur durant tout son mandat) un défaut total de logique industrielle et de bon sens tout court. Avec le souci prioritaire pour capter et conserver l’appui des Verts de « casser » la souveraineté énergétique, du pays en installant à marche forcée les chimères d’une nouvelle énergie, dont le caractère renouvelable ne saurait cacher qu’elle est surtout non pilotable. Ce qui en fait au mieux une énergie d’appoint puisque chaque éolienne, chaque panneau solaire suppose dissimulé un peu plus loin et même parfois beaucoup plus loin, l’existence d’un complément thermique ou nucléaire destiné à compenser leurs inévitables à-coups.

Apte à capter le pouvoir et à le conserver, notre Président n’est visiblement pas à l’aise dans la manière de l’exercer. On y discerne trop souvent un manque criant de stratégie, que favorise, c’est vrai, le fameux « en même temps » : en tout cas, l’arrêt de la filière Astrid n’est pas la seule lampe qui clignote en rouge sur le tableau de son passif où tout ce qui touche au régalien figure en bonne place. Certes le Président n’est pas responsable les désordres révélés sur certaines tubulures sensibles des réacteurs, mais quand elles affectent brusquement plus de la moitié de notre parc nucléaire, on peut s’interroger sur la qualité et la vigilance de la maintenance mise en place. On peut aussi se demander pourquoi en pleine crise énergétique on a laissé, sans prendre les réquisitions nécessaires, perdurer la grève d’une poignée d’électriciens, qui non seulement ont coûté 2€ milliards de pertes au pays, mais l’ont exposé sciemment en outre à un risque supplémentaire de coupures pendant l’hiver à venir. On ne comprend pas davantage comment, en récompense de ce forfait, le personnel de l’entreprise a obtenu illico une augmentation de près de 9,50% de la masse salariale, comme si le pouvoir de nuisance comptait plus dans notre République que le respect du service fait. Sur un autre plan, mais avec des effets également désastreux, la fermeture définitive de Fessenheim, a été une faute grave que n’excuse pas la double servilité de notre Président face au chantage des Verts et aux injonctions de la Chancelière Merkel qui, elle ne se gênait pas pour empuantir l’Europe avec ses centrales à charbon. Enfin, les désordres et les délais incroyables qui se sont accumulés sur l’EPR de Flamanville, comme sur l’EPR d’Olkiluoto en Finlande, confirment bien qu’il manquait un pilote dans l’avion.

Par ailleurs on remarque que sur le double plan de la démagogie et du défaut total d’anticipation, les deux derniers Présidents de la République, mais aussi Elisabeth Borne, avant qu’elle ne devienne Première Ministre (l’encart ci-dessous montre qu’elle sait toujours prendre le sens du vent), comme tous les Premiers Ministres qui l’ont précédée ces dix dernières années, comme aussi les Verts et leur phobie idéologique du nucléaire, tout ce beau monde courait vaillamment dans la même équipe qui réclamait stupidement une énergie décarbonée, comme si le plus sûr moyen de décarboner une énergie était de la supprimer. Ajoutez-y la dose qu’il faut de conseillers techniques incompétents, apeurés et courtisans que dénonce sans concession le Haut-Commissaire et vous obtiendrez une sorte de longue mise en berne   de notre outil nucléaire, dont nous n’avons pas fini de payer le prix.

Alors les fautes sont tellement nombreuses et tellement graves qu’une fois de plus, le pouvoir refuse à la fois de les reconnaître et partant d’en assumer la responsabilité, même si son récent revirement à 180 degrés confirme bien qu’il était auparavant dans l’erreur et le déni.  Mais comme toujours, il a trouvé un bouc émissaire, toujours le même : le peuple, c’est-à-dire vous et moi qui, face aux coupures à venir (lesquelles, soit dit en passant, ne devaient jamais arriver, le Président nous l’avait assuré), devons-nous montrer une fois de plus responsables ! De quoi, me direz-vous ? Allons réfléchissez un peu, faites un effort, souvenez-vous, ce n’est pas si vieux : qui donc un dimanche de printemps en 2017 et en 2022 a élu et réélu ce Président de la République, précisément parce qu’il avait solennellement promis au peuple de le protéger ?

LA TRIBUNE DU MONDE 21 FÉVRIER 2020 SALUANT L’ARRÊT DE FESSENHEIM    

Le Monde, qui -comme on le sait- n’en est pas à une tribune près, publiait le 21 février 2020 un texte signé de plusieurs Ministres et Parlementaires appuyant courageusement la décision du Président Macron de fermer la centrale alsacienne. Pour faire bonne mesure et sans doute aussi pour convaincre le lecteur du caractère irréversible de leur engagement, ces importants personnages déclaraient sans emphase aucune : la mise à l’arrêt de la centrale de Fessenheim incarne l’écologie de responsabilité que nous portons. On trouvait parmi ces écologistes intrépides rien que du beau monde dont notamment Élisabeth Borne, Ministre de la Transition écologique et solidaire, devenue Première Ministre.

 

Vous pouvez aussi aimer

15 commentaires

Laurent46 9 décembre 2022 - 7:42

Macron est un irresponsable et il n’y a personne pour l’arrêter. Il lui reste encore 4 ans pour finir son travail et pour nous trouver dans une situation irréversible dont il faudra très longtemps pour s’en sortir si cela reste possible sans dégâts ou beaucoup de nos enfants et petits enfants ne s’en sortiront pas.

Répondre
SIGNOL 9 décembre 2022 - 7:53

Bonjour et merci,
voilà une information qui devrait être diffusée aux heures de grande écoute sur toute les chaînes nationales.
Comment mettre ceci sous le nez des imbéciles ou naïfs qui soutiennent les ayatollahs écologistes ?
Encore bravo pour ce que vous faites.

Répondre
Nicolas Lecaussin 9 décembre 2022 - 9:08

Merci à vous !

Répondre
Duhamel 11 décembre 2022 - 5:53

Le seul soucis de nos dirigeants c’est leur élection , leurs privilèges .Que ne feraient ils pas pour gagner quelques votes écolos ? au risque de plonger le pays dans une pénurie d’électricité .!

Répondre
Pontabry 9 décembre 2022 - 9:13

Vu l incompétence de nos gouvernants pour le refus du nucléaire au delà de 50% et d Astrid ils devraient être jugés et démissionner s ils étaient honnêtes et courageux

Répondre
Astérix 9 décembre 2022 - 9:54

Quand une majorité de français vote pour des irresponsables l’on a le résultat. Hollande et Macron sont des socialoverdos. Dès lors, rien d’étonnant.
Comme je l’ai déjà écrit, la France est cuite et sera reprise par le FMI et la Banque Mondiale afin d’être gérée comme il convient.
Aucune autre issue possible car le mal est fait.

Répondre
Bernard GUILHON 9 décembre 2022 - 10:35

«Les serial killers détruisent les familles alors que les psychopathes au sommet de la politique et de la finance ruinent les sociétés». C’est naturel de la part d’un psychopathe narcissique et immature qui a décroché je ne sais comment le pouvoir suprême.

Répondre
Pays pluvieux 9 décembre 2022 - 10:55

M. Bréchet est trop bon, il n’évoque pas la première vilénie socialiste, lorsque M. Jospin, pour de basses raisons électoralistes, a laissé Mme Voynet fermer Superphénix en 1998, premier réacteur à neutrons rapides. Un désastre financier, puisque les milliards investis ont été perdus, plus ceux qu’il a fallu payer aux pays étrangers qui avaient investi à nos côtés, plus les coûts du démantèlement, qui n’est pas terminé à ce jour ! Un désastre scientifique puisque ce réacteur expérimental était très en avance, et que nous avons réinvesti dans la même filière quelques années plus tard, pour abandonner de nouveau, pendant que d’autres pays profitent de nos recherches.

Répondre
Astérix 10 décembre 2022 - 8:42

Jospin, Voynet, étaient des socialistes, rien d’étonnant donc…. Et ces abrutis de Français qui ont continué à voter pour ces incapables auxquels, maintenant, il faut ajouter les écolos ….!
Regardez le résultat !
La France est morte.

Répondre
Marie-Thérèse Bouchet 9 décembre 2022 - 2:19

Excellente tribune, et excellents commentaires. Je vais diffuser sur internet.

Répondre
JVdR 10 décembre 2022 - 11:22

J ajouterai , comme l’a très bien noté M. Brechet, que ce que nous voyons n’est que la partie émergée de l’iceberg de la désindustrialisation de la France . Avec la baisse du niveau scientifique des ingénieurs dans l’industrie où les procédures d’assurance qualité ont remplacé la compréhension des problèmes à résoudre

Répondre
AlainD 10 décembre 2022 - 6:16

Merci pour cet excellent article dont la conclusion pourrait être que nous sommes gouvernés par une poignée de crétins opportunistes dont la seule ambition est de remporter les élections en caressant les moutons dans le sens de la laine.

Répondre
B.GERMAIN 11 décembre 2022 - 10:55

J’attends avec impatience qu’une « grande » chaîne publique ou privée OSE organiser un vrai et profond débat avec Yves Bréchet sur ce sujet essentiel face au dévoiement intellectuel, politique (plutôt des politicards) et l’immense responsabilité de nos crétins bien nourris et logés au chaud. Mais l’incompétence habituelle et leur lâcheté,
y compris celle des petits syndicalistes morveux de nature borné et psychiatrique feront tout pour bloquer une telle initiative, et SURTOUT nous aurons droit au misérabilisme intellectuel des Verts qui sortiront leur discours habituel indigent. Remarquons que le « bon peuple », comme d’habitude, préfèrera plutôt regarder un match de foot !!! car ils s’en foutent !!

Répondre
ER38 11 décembre 2022 - 6:46

La parabole de la bible s’applique bien à notre pays : qu’avons nous fait de nos talents ?
La grandeur de nos dirigeants serait reconnaitre leurs erreurs.
Et de reprendre le projet ASTRID malgré le temps perdu.
Et les Français d’arrêter de se prosterner devant la doxa politiquement correcte des écolos bobos.
En les renvoyant dans les poubelles de l’histoire.

Répondre
Dupond 18 décembre 2022 - 2:51

https://app.electricitymaps.com/zone/FR
voir le résultat des énergie renouvelable imposée par écolos bobos et nos dirigeants
Les citoyens ont élus des incapables , corrompus . C’est le fruit des campagnes truquées par les grands médias .
Mauvais choix qu’il va falloir assume
r.

Répondre

Laissez un commentaire