Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » L’Assemblée nationale vote la suppression du plafond de 50 % d’énergie nucléaire dans le mix électrique

L’Assemblée nationale vote la suppression du plafond de 50 % d’énergie nucléaire dans le mix électrique

par
675 vues

Nous ne pouvons que nous en réjouir : la semaine dernière, l’Assemblée nationale a adopté en première lecture le projet de loi sur la relance du nucléaire, et a supprimé le plafond, instauré sous François Hollande, de 50 % d’énergie nucléaire dans le mix électrique. L’objectif de la réforme est de simplifier la construction de six nouveaux réacteurs EPR en France d’ici 2035.

La crise énergétique a mis en lumière le caractère nuisible des politiques écologistes menées ces dernières années. Dans le sillage d’autres pays comme l’Allemagne, les gouvernements français successifs ont progressivement enterré la filière nucléaire après la catastrophe de Fukushima en 2011. La loi sur la transition énergétique pour la croissance verte (LTECV) a ainsi été votée le 22 juillet 2015 afin de réduire à 50 % la part d’énergie nucléaire d’ici 2025.

Reportée à 2035 sous le quinquennat Macron, cette loi et ses conséquences potentiellement désastreuses n’ont jamais été sérieusement remises en question jusqu’à aujourd’hui. Les plans de fermeture de nos centrales, adoptés dans certains cas pour des raisons davantage politiques que techniques – comme en témoigne l’exemple de Fessenheim en 2020 – se sont soldés par la relance de centrales à charbon pour compenser la perte en électricité, diminuant considérablement nos capacités de production. En 2020, la production nucléaire était à son plus bas niveau depuis 1993 (-11,6 % à 335 TWh) et la production nette d’électricité s’élevait à 510 TWh (-6,8 % par rapport à 2019).  Aujourd’hui, le nucléaire ne représente plus que 63 % de notre production d’électricité – contre 70 % habituellement. Sans oublier les problèmes de gestion d’EDF liés aux injonctions contradictoires de son actionnaire majoritaire, l’État, entre nécessité d’entretenir le parc (ce qui implique notamment des recrutements) et anticipation de la fermeture des centrales. Il a donc fallu une crise énergétique majeure pour que nos responsables politiques se réveillent. Mieux vaut tard que jamais.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

3 commentaires

LOUVEL Yannick 21 mars 2023 - 8:38

Bravo : enfin l’énergie nucléaire reconnue de nouveau pour son efficacité écologique, à condition de poursuivre la recherche sur l’élimination des déchets de longue vie, grâce au surrégénateur pour lequel la France était en pointe il y a plus de 40 ans…

Répondre
LEBLOND 21 mars 2023 - 12:56

C’est une très très bonne chose car les écolos commencent à nous courir sur la tige filetée, traduction ils nous emm…

Répondre
Saturne 21 mars 2023 - 2:20

Aucun responsable de cette situation désastreuse pour les Français n’a encore été mis en cause : Edith Cresson sous Mitterand, Lionel Jospin, LCR sous Chirac, Jean-Marc Ayrault et Bernard Cazeneuve sous Hollande,
On passe sous silence les Ecologistes de tout type : communistes recyclés, anarchistes attardés et nihilistes.
Pourvu que le Purgatoire existe, qu’ils payent leurs erreurs…enfin.

Répondre