Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Le modèle social français n’est pas soutenable

Le modèle social français n’est pas soutenable

par
2 322 vues
Les Français, par leurs votes, ont opté majoritairement pour un modèle social qui repose sur une conception très large du « service public », confiant à l’État de nombreuses missions : la production d’un service de santé de qualité, l’éducation, la garantie d’un logement, les retraites, des revenus minimum ou encore la promotion de la culture. C’est le « modèle social à la française » qui a fait rêver plus d’un étranger. C’est aussi le modèle que beaucoup de Français – et donc les politiques qui les représentent – continuent de plébisciter. Pourtant les faits sont là : ce modèle est insoutenable.

 En quoi l’est-il ? La question doit être traitée avec attention si l’on veut éviter les débats stériles du type de ceux qui se sont tenus autour de la réforme des retraites. Certes, de la même façon qu’il n’était pas faux d’affirmer la possibilité de « sauver » notre système des retraites, il est possible de « sauver » notre modèle social. Mais il faudrait pour cela accepter de payer plus (et plus longtemps) et de recevoir moins. N’est-il pas tout simplement réaliste de dire d’un modèle qui requiert des sacrifices toujours plus grands pour des bénéfices de plus en plus faibles, qu’il est insoutenable ? Je pense que oui.

Que notre modèle social coûte cher ne fait aucun doute. Les données de l’OCDE nous le rappellent : la France est parmi les pays développés ou le ratio des dépenses publiques sur le PIB est le plus fort. Nous sommes même bien souvent le pays avec le ratio le plus élevé. Et clairement, si en 2021 ce ratio est de 59,05% pour la France contre 51,25 en Allemagne, 44,94 aux US ou encore 35,92 en Suisse, c’est parce que nous nous reposons plus lourdement sur l’État. Mais peut-on à partir de ces seules observations conclure que le modèle français est insoutenable ? Certainement pas. Après tout, si l’on a confié plus de missions à l’Etat il est normal qu’il dispose de plus de moyens.

Dépenses publiques générales en pourcentage du PIB pour quelques pays de l’OCDE, 2007, 2020, 2021

Source : OCDE, Statistiques des comptabilités nationales

Oui mais… Ces statistiques, parce qu’elles s’expriment en pourcentage de PIB, cachent une partie importante de la réalité : notre PIB rapporté au nombre d’habitants est moins élevé que chez bon nombre de pays voisins. Pour faire simple, le Français est moins riche que nombre de ses voisins.

Dépenses publiques générales par habitant pour quelques pays de l’OCDE, 2007, 2019, 2020

Source : OCDE, Statistiques des comptabilités nationales

Ainsi, alors que nous sommes leader du premier classement – celui qui donne le ratio des dépenses publiques sur le PIB – nous ne sommes qu’à la septième place dans le classement des dépenses publiques par habitant (outre le Danemark, la Belgique et la Suède qui figurent dans notre tableau, nous devancent également le Luxembourg, la Finlande, l’Autriche et la Norvège). Dit autrement, bien qu’étant recordman de la pression fiscale, nous sommes bien loin d’être recordman dans la catégorie des sommes réellement dépensées par l’Etat pour chacun des citoyens. Ainsi, les Suédois ont un ratio dépenses publiques/PIB plus de 12 points inférieurs au nôtre (Suède 46,6%, France 59,05%), pourtant l’Etat suédois a dépensé en 2021 la somme de 29754 euros par habitant, soit presque autant que la France.

Ces observations suffisent-elles maintenant à établir que le modèle social français est insoutenable ? Pas encore. Mais elles devraient nous mettre la puce à l’oreille… Car elles corroborent une théorie, qui relève du bon sens, selon laquelle un système basé sur la redistribution n’incite guère à la création de richesse. Et cela surtout lorsque cette redistribution est coercitive.

Cependant, au-delà de cette prise en compte de la nature humaine, il est une autre raison pour laquelle notre modèle social est insoutenable : l’inefficience de la dépense publique. Là encore le phénomène est bien connu. Milton Friedman l’a baptisé du nom de « Loi de Gammon ». Voici l’extrait de son texte:

« Il y a quelques années, je suis tombé sur une étude du Dr Max Gammon, […] comparant les entrées et les sorties dans le système hospitalier socialisé britannique. Prenant le nombre d’employés comme mesure d’entrée et le nombre de lits d’hôpitaux comme mesure de sortie, il a noté que […] les intrants avaient fortement augmenté, alors que la production […] avait en fait chuté. […] Selon ses propres termes, “dans un système bureaucratique […] l’augmentation des dépenses s’accompagnera d’une baisse de la production. […] De tels systèmes agiront plutôt comme des ‘trous noirs’ dans l’univers économique, absorbant les ressources tout en diminuant les ‘émissions’ de production. J’ai longtemps été impressionné par le fonctionnement de la loi de Gammon dans le système scolaire américain : les intrants […] augmentent depuis des décennies, et les résultats, qu’ils soient mesurés en nombre d’élèves, en nombre d’écoles ou, plus clairement, en qualité, ont baissé. »

Il y a fort à parier que cette loi de Gammon est à l’œuvre aujourd’hui dans le « modèle social » français. Une étude IREF de 2020 montrait que la qualité de notre système de santé est moindre que dans les pays au développement économique comparable au nôtre. Sur les 5 classements répertoriés par l’étude, un seul plaçait la France parmi les dix meilleurs pays, et encore c’était à la 9ème place ! La bonne nouvelle est que ces pays qui font mieux que nous qualitativement proposent un système de santé différent du nôtre. Une alternative prometteuse existe donc bien. Mais pour aller de l’avant il faudra d’abord sortir du mythe d’un modèle social français qui aurait toutes les vertus du monde.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

4 commentaires

Fabre Roland 21 juin 2023 - 6:10

Le système social français s’épuisera par lui même.

Répondre
Albatros 21 juin 2023 - 7:52

Bonjour.
Vous avez omis la nationalisation de la production d’électricité, qui va peser son poids dans la faillite, tellement l’incompétence des dirigeants en la matière est crasse depuis les années 80, et tellement l’énergie est au centre des mutations actuelles de nos sociétés.
J’ai bien envie de donner des noms mais je vais me contenter des fonctions où des incompétents notoires se succèdent depuis: présidence de la CRE, direction générale de l’énergie (et du climat, parce qu’en France un fonctionnaire dirige le climat !), présidence d’EDF, etc.
Courage à nous !

Répondre
Gilles Vedun 21 juin 2023 - 10:08

Aucun des modèles français n’est soutenable et ce n’est pas l’objectif cher professeur. En tant que professeur d’économie vous devriez savoir que la France est déjà morte économiquement.

Bien à vous

Répondre
montillot dominique 21 juin 2023 - 7:10

non ! on n’a pas voté pour un « modèle social  » !

Répondre