Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » L’OTAN ou les bénéfices de la concurrence dans l’armée : le PDG de la division défense, espace et sécurité (BDS) confirme notre analyse

L’OTAN ou les bénéfices de la concurrence dans l’armée : le PDG de la division défense, espace et sécurité (BDS) confirme notre analyse

par
795 vues

Dans un article du 18 juin pour le Journal du dimanche, Theodore Colbert III, PDG de la division défense, espace et sécurité (BDS) de Boeing Global Services, défend l’idée d’une industrie de défense transatlantique. Dans un contexte d’insécurité régionale en Europe et de menaces liées à la cybersécurité, l’intelligence artificielle (IA) et l’informatique quantique, il explique qu’aucune nation, armée ou base industrielle ne peut survivre en vase clos. Dans le domaine militaire par exemple, la coopération transatlantique favorise l’innovation, ainsi qu’une « disponibilité immédiate et à grande échelle ». C’est ce que nous pouvons constater au Salon International de l’Aéronautique et de l’Espace, qui a lieu cette semaine au Salon du bourget et présente les dernières innovations technologiques en matière d’aviation, fruit d’alliances entre différents pays.

Ces propos confirment la dernière analyse de l’IREF sur l’OTAN en tant qu’organisation de concurrence militaire : la mise en concurrence de ses armées permet de mobiliser les équipements les plus performants, alors qu’à l’inverse, les armées très centralisées comme en Russie ont pris un retard considérable au point d’avoir développé une forte dépendance à l’innovation occidentale depuis la guerre froide. Theodore Colbert III illustre son argumentaire avec les hélicoptères américains Chinook, utilisés par la Royal Air Force britannique et équipés d’un système de détection des menaces développé par le français Thales ; le Boeing américain E-7, dont le système de propulsion haute efficacité a été mis au point par le franco-américain CFM International ; ou encore le programme ABILITI du groupe Boeing, un partenariat créé en 2019 avec l’Espagne, l’Italie, le Royaume-Uni et la France pour aider l’OTAN dans le développement des capacités militaires fournies par sa flotte d’avions. Pour l’expert, la sécurité transatlantique va de pair avec la coopération, l’investissement et l’expérimentation.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

7 commentaires

Henryk Paszt 22 juin 2023 - 6:07

Drôle vous n’êtes pas au courant des nouvelles armes israélienne ?
Ou bien cela ne vous intéresse point 👉

Répondre
Nicolas Lecaussin 22 juin 2023 - 7:57

Notre article concerne l’OTAN.
Cordialement

Répondre
Jean-François Geneste 22 juin 2023 - 8:28

Vous persistez dans l’erreur! L’OTAN, via le conflit ukrainien, montre un retard technologique profond sur la Russie: matériels désactivés à distance, inefficaces, trop sophistiqués pour un champ de bataille, etc.
Par ailleurs, il semble que vous n’avez pas travaillé dans l’industrie de l’armement. La coopération y coûte très cher, permet de vassaliser les potentiels concurrents et impose des philosophies de développement contre-culturelles à des entités qui, sinon, seraient beaucoup plus performante.
Bref! Vous avez tout faux!

Répondre
Nicolas Lecaussin 22 juin 2023 - 11:43

Visiblement, vous avez des informations secrètes car vous voyez des choses que personne ne voit. Ou alors, vous êtes bien la voix de Moscou. Je penche beaucoup plus vers la deuxième hypothèse…
NL

Répondre
Jean-François Geneste 22 juin 2023 - 2:57

J’ai juste travaillé pendant 40 ans dans l’industrie de l’armement et ai été le directeur scientifique d’EADS pendant 10 ans! Vous repasserez!

Répondre
Nicolas Lecaussin 22 juin 2023 - 3:13

Alors nous serions ravis de publier un article ou une Note argumenté(e) sur ce que vous avancez.
Cordialement

Répondre
Jean-François Geneste 22 juin 2023 - 5:22

Pas de problème, je prépare cela!

Répondre