Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Geopolitical Intelligence Services > La Cour de Karlsruhe est le dernier rempart contre la monétisation de la (...)

La Cour de Karlsruhe est le dernier rempart contre la monétisation de la dette

jeudi 22 avril 2021, par Samuele Murtinu

Le jugement du 5 mai 2020 de la Cour constitutionnelle fédérale allemande de Karlsruhe fut sévèrement critiqué par les médias.

La Cour avait lancé une plainte constitutionnelle concernant l’approbation par la Bundesbank du programme d’achat du secteur public (PSPP) de la Banque centrale européenne (BCE). Selon la Cour, le PSPP violait potentiellement le principe de proportionnalité qui veut que les mesures prises soient adéquates, nécessaires et adaptées aux besoins, et mettait ainsi en péril la capacité de la BCE (et donc de la Bundesbank) à remplir son mandat de stabilité des prix. En juin 2020, la BCE a fourni à la Cour de Karlsruhe des documents comprenant des considérations détaillées sur la proportionnalité derrière le PSPP. Même si ces documents ont répondu aux exigences de la Cour de Karlsruhe, la BCE sera néanmoins contrainte de reconsidérer la question de la proportionnalité beaucoup plus attentivement lorsqu’elle achètera des obligations d’État à l’avenir.

En effet, la BCE devrait s’en tenir aux clés de répartition du capital des États membres : c’est-à-dire qu’elle devrait acheter une combinaison d’obligations d’État qui reflète les parts du capital de la BCE souscrites par les banques centrales des États membres. En revanche, l’achat d’un montant supérieur à la clé de répartition du capital d’un pays ressemble à un financement monétaire discrétionnaire des dépenses publiques de certains États membres, ce qui est explicitement interdit par l’article 123 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne. Les achats d’obligations d’État en plus de la clé de répartition du capital d’un pays ont également un impact sur les marchés financiers, ce qui conduit la BCE à fixer les rendements de ces obligations et à fausser artificiellement leurs prix.

Il faut noter que ce n’est pas la première fois que la Cour de Karlsruhe remet en cause les politiques d’assouplissement quantitatif de la BCE : en 2014, la même Cour a jugé que le programme de transactions monétaires directes (OMT) de la BCE était incompatible avec le droit européen. En passant d’un point de vue juridique à un point de vue économique, la BCE a-t-elle pris en compte les conséquences pour les pays dont la dette publique est relativement faible (par exemple, l’Allemagne) et la manière dont les bénéficiaires utiliseraient les nouveaux fonds ? Une politique monétaire excessivement souple ne peut guère favoriser la croissance et la productivité dans les pays en difficulté, et peut même se retourner contre eux, si elle retarde les réformes nécessaires dans les domaines les plus importants.

Près d’un an après l’arrêt de la Cour du 5 mai 2020, où en sommes-nous ? Que s’est-il passé au cours de ces onze mois ? Pour résumer, le 26 mars 2021, la Cour a bloqué la ratification du fonds de relance européen de nouvelle génération.

Selon la Commission européenne, pour emprunter de l’argent sur les marchés financiers et le donner sous forme de subventions et de prêts aux États membres touchés par la pandémie de COVID-19, il faut que le parlement national de chaque État membre ratifie au préalable la décision de contribuer avec son "ensemble de ressources propres". Étant donné qu’une grande partie des 750 milliards d’euros du fonds de relance sera financée par la mutualisation de la dette, la Commission européenne ne peut pas créer le fonds de relance européen nouvelle génération sans la ratification de tous les États membres.

Bien que le Parlement allemand ait exprimé son approbation le 25 mars, le lendemain, le tribunal de Karlsruhe a bloqué cette ratification à la suite d’un recours déposé par le parti AfD et un groupe civique, qui affirment que le fonds de relance européen de nouvelle génération viole les traités de l’UE.

Il convient de noter que l’arrêt de la Cour ne porte pas sur la décision de l’UE d’accorder un soutien aux États membres, mais sur la conformité, ou pas, du financement du fonds de relance est conforme aux traités fondateurs de l’UE. En principe, le mécanisme de financement du fonds de relance pourrait être la première étape vers une union fiscale, mais cela violerait la constitution allemande, selon laquelle le parlement fédéral est la seule institution en charge de l’allocation du budget du pays.

Outre le fait qu’il met une fois de plus en évidence le manque de rigueur habituel des décisions de l’UE et la lourdeur de sa gouvernance bureaucratique, qui l’empêche de s’attaquer efficacement aux crises économiques, l’arrêt de la Cour de Karlsruhe soulève des doutes quant à la décision des pays peu endettés d’aider les pays très endettés. Si certains États membres devenaient insolvables à l’avenir (en raison du caractère insoutenable de leurs dettes souveraines), le coût global de l’initiative serait reporté sur les pays les plus stables (comme l’Allemagne), ce qui pourrait conduire à une monétisation de la dette.

La monétisation de la dette (et du déficit) a récemment été proposée comme un moyen pour la BCE de sauver les économies de l’UE, par certains chercheurs néokeynésiens et les partisans du nouvel opium du peuple : la "théorie monétaire moderne" (MMT).

Selon ces économistes néokeynésiens, la BCE devrait monétiser toutes les dépenses publiques (au sens large) liées à la pandémie de COVID 19 en achetant des obligations publiques émises par les gouvernements nationaux sur le marché primaire, puis radier ces émissions ou, du moins, les exclure des dettes nationales. Cependant, la monétisation de la dette est explicitement interdite par les traités fondateurs.

De plus, la monétisation de la dette est une mauvaise politique économique : même si l’inflation reste faible, la stimulation monétaire par la planche à billets ne crée pas de biens et de services réels et ne favorise pas la productivité et l’emploi dans un pays. Les faibles taux d’intérêt n’entraînent même pas une augmentation (et une amélioration) du crédit bancaire aux entreprises. Les réserves excédentaires des établissements de crédit de la zone euro ont en effet explosé, passant de 79 milliards d’euros en décembre 2014 à 1 255 milliards d’euros en octobre 2019, pour atteindre le chiffre impressionnant de 3 011 milliards d’euros en mars 2021. Cependant, la croissance n’a guère rebondi et on soupçonne que les taux d’intérêt ultra-bas ont canalisé des ressources vers des entreprises de faible qualité qui n’auraient pas été financées dans des conditions "normales".

Les théoriciens monétaires modernes, menés par leur gourou Warren Mosler et récemment par leur nouvelle prophétesse et conseillère de Bernie Sander, Stephanie Kelton, vont encore plus loin et affirment que les gouvernements ne peuvent jamais faire faillite car ils peuvent toujours financer les déficits budgétaires via la planche à billets. Pourtant, même si "l’impulsion de créer quelque chose à partir de rien réside au plus profond de la psyché humaine", il est impossible de créer des emplois illimités, une éducation et des logements gratuits pour tous, etc. par le biais de la planche à billets. Comme le montrent théoriquement les théories classiques et autrichiennes du cycle économique, et empiriquement les cas récents de l’Argentine et du Venezuela (parmi tant d’autres), les politiques monétaires axées sur la MMT conduisent à la stagnation économique.

Les décideurs politiques responsables devraient exiger la suspension de l’impression monétaire excessive. Le tribunal de Karlsruhe a raison d’attirer l’attention sur le mandat de la BCE, même si certains économistes comme Paul Krugman pensent que les banques centrales doivent "promettre d’être irresponsables".

Version anglaise

https://fr.irefeurope.org/Publications/Geopolitical-Intelligence-Services/article/La-Cour-de-Karlsruhe-est-le-dernier-rempart-contre-la-monetisation-de-la-dette

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière