IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


Flashcode 2 url IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/5575



Responsabilité. Réactiver la responsabilité individuelle
Alain Laurent - Les Belles Lettres, 2020

Mais de quoi se plaint-on ? Ne devrait-on pas être contents et rassurés ? L’Etat et les élus politiques s’occupent de nous. Ils nous prennent en charge. C’est la belle vie ! Peut-être, pour certains. Il s’agit, pourtant, d’un terrible scénario. C’est ce que nous décrit parfaitement Alain Laurent dans son dernier essai. Kant l’avait déjà prévu, décrivant « un gouvernement qui serait fondé sur le principe de la bienveillance envers le peuple, comme celui d’un père envers ses enfants, c’est-à-dire un gouvernement paternaliste, où les sujets, comme des enfants mineurs qui ne peuvent distinguer ce qui leur est véritablement utile ou nuisible, sont réduits au rôle simplement passif d’attendre du seul jugement du chef de l’Etat qu’il décide comment ils doivent être heureux et de sa seule bonté qu’il veuille bien s’occuper de leur bonheur… ». Et Tocqueville d’écrire : « Au-dessus des individus s’élève un pouvoir immense et tutélaire, qui se charge seul d’éveiller sur leur sort… Il ressemblerait à la puissance paternelle… »

L’Etat français met en œuvre à la lettre ce que Kant et Tocqueville redoutaient et dénonçaient. On ne cesse d’invoquer la responsabilité, mais on materne les individus à tel point que tout le monde devient irresponsable. La prise en charge des Français par l’Etat providence tend à combler tous les besoins de tout un chacun. Alors, pourquoi se charger d’une tâche aussi lourde que celle de s’assumer ? On peut en rire, mais les faits sont graves et les intentions, loin de l’angélisme. Depuis des années, la multiplication des institutions et des missions de l’administration a rendu caduc le rôle de l’individu. On lui ce qu’il doit faire, ce qu’il doit boire et ce qu’il doit manger. Au nom du pédagogisme progressiste, on décide à sa place de ce qui est bon et de ce qui est mauvais. Ce n’est pas à lui de faire la différence, d’établir des hiérarchies. L’Etat impose le « confort de l’irresponsabilité » comme l’a très bien écrit Jean-François Revel. On nous fait croire que cette idéologie contre la responsabilité est la meilleure chose qui puisse nous arriver. Notre bien-être en dépendrait. Plus encore, on déresponsabilise même les délinquants. Ne sont-ils pas les victimes de cette société « injuste et inégalitaire » ?

« A force de dérive compassionnelle, d’excuse sociale et d’obsession assurantielle…, cette société de post-responsabilité connaît une prolifération sans précédent d’ « assistés », une catégorie à prendre maintenant dans une acception généralisée : être aidé, guidé, « tutoré », pris en charge, donc assisté en tout, dans tous les aspects de la vie personnelle et sociale… ce maternage infantilisant stérilise définitivement le sentiment de fierté et l’envie d’autonomie qui constituent le ressort de la responsabilité… ». Alain Laurent a raison d’être inquiet. Cette dérive décourage les individus qui « résistent ». Il y a aussi le risque de dérive autoritaire. Moins de responsabilité individuelle c’est aussi plus de pouvoir centralisé et de décisions coercitives. C’est le gouvernement qui réfléchit à notre place. Libérons-nous pendant qu’il est encore temps. En commençant par lire et faire lire cet essai plus que convaincant.

Partager cet article :

Autres lectures ...

La police, les délinquants et les crimes : contre le vandalisme « progressiste », la réalité des statistiques
Nicolas Lecaussin,

La police, les délinquants et les crimes : contre le vandalisme « progressiste », la réalité des statistiques

Le semi-confinement, un danger mortel pour l'économie française
Sébastien Chapotard,

Le semi-confinement, un danger mortel pour l'économie française


Emploi, pauvreté, progrès humains : ceux qui veulent « changer de modèle » devraient se rappeler les bons scores d’avant le coronavirus
Nicolas Lecaussin,

Emploi, pauvreté, progrès humains : ceux qui veulent « changer de modèle » devraient se rappeler les bons scores d’avant le coronavirus

Pourquoi les députés LAREM ont eu raison de ne pas voter l’allongement du congé pour deuil d’un enfant
Philbert Carbon,

Pourquoi les députés LAREM ont eu raison de ne pas voter l’allongement du congé pour deuil d’un enfant



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (2)

le problème c'est l'Etat

le 4 février, 07:15 par gaston79

Avoir fait de nos concitoyens des assistés est juste une évidence dans notre pays où le budget de redistribution sociale est devenu le plus élevé au monde, et où l’Etat s’arroge chaque jour de nouvelles activités pour mieux asservir ses sujets (les dernières en date étant l’assurance chômage et l’assurance retraite désormais totalement entre les mains de l’Etat). Le prélèvement à la source et le tiers payant élargi aux lunettes procèdent de la même dynamique visant à opacifier et centraliser les procédures précédemment gérées à leur niveau par leurs bénéficiaires eux-mêmes. Quelles sont les conséquences de tout cela ? A la déresponsabilisation des individus évoquée dans l’article, ajoutons l’effet pervers de l’aléa moral résultant de cette déresponsabilisation qui en augmente le coût et la fréquence, venant grossir la gabegie générale d’un ensemble déjà connu pour sa faible efficience et les surcoûts de sa pseudo gestion. Le problème en France, c’est l’Etat et ceux qui en demandent encore davantage.

7 février, 09:29 - Libéralisateur

Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle casse.

- Répondre -

Alain Laurent défendrait l’individualisme !

le 7 février, 09:24 par Libéralisateur

A la lecture de cet essai de recension, j’ai bien compris qu’il avait posé le problème, mais dans quels termes ? Je ne vais pas aller lire cet ouvrage, car cette analyse je n’ai pas besoin de lui pour la faire.
Mais j’ai suffisamment vu AL à l’œuvre pour freiner, déja, la diffusion d’Ayn Rand, pour ne pas le qualifier de libéral.

- Répondre -

 css js



FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies