Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

Emmanuel Macron : En Marche contre les propriétaires !

Les récentes propositions fiscales d’Emmanuel Macron sont manifestement empreintes de l’idéologie anti-propriétaire prônée par Thomas Piketty et France Stratégie : si bien que les propriétaires devraient, dès à présent, légitimement s’inquiéter de l’instauration d’une politique fiscale visant à les surtaxer.

L’idéologie anti-propriétaire de France Stratégie

France Stratégie (organisme de réflexion directement rattaché à Matignon) a récemment publié un rapport sulfureux intitulé « Quelle fiscalité pour le logement ? ». Ce dernier, loin d’être passé inaperçu, comporte des analyses et des propositions déroutantes qui pourraient vraisemblablement donner des sueurs froides à l’ensemble des propriétaires.

Et pour cause, France Stratégie y affirme que la fiscalité du logement favoriserait indûment le statut de propriétaire (soit 58 % des ménages français), au détriment de celui de locataire (soit 40 % des ménages français) et qu’il conviendrait, en conséquence, de surtaxer les propriétaires afin de rétablir une égalité par la fiscalité entre ces deux statuts.

Pour ce faire, l’organisme avance plusieurs propositions. La première viserait à offrir aux locataires la possibilité de déduire de leur revenu imposable les loyers qu’ils versent, et ce, aux frais des propriétaires qui devraient in fine supporter la hausse corrélative des taux d’imposition. La seconde viserait à directement surtaxer les propriétaires sur la base d’un loyer fictif déterminé à partir des caractéristiques de leur résidence.

L’ancien responsable de France Stratégie au service d’En Marche

Eu égard au caractère inquiétant de ces propositions, d’ailleurs largement critiquées, on aurait pu espérer qu’elles ne trouveraient aucun écho dans la sphère politique. C’était sans compter sur le recrutement de Jean Ferry-Pisani, lequel n’est autre que l’ancien Commissaire général de France Stratégie, au poste de responsable du programme et des idées du nouveau mouvement politique En Marche !

Et celui-ci n’a manifestement pas chômé depuis son arrivée puisque les récentes propositions d’Emmanuel Macron se trouvent déjà largement empreintes de l’idéologie anti-propriétaire délétère de France Stratégie.

Taxation de la « rente immobilière »

Emmanuel Macron a, tout d’abord, annoncé qu’il instaurerait, en place de l’ISF, un impôt sur la « rente immobilière ». Ce faisant, le candidat d’En Marche a clairement identifié ses nouvelles cibles fiscales : les propriétaires et rien que les propriétaires, bien qu’ils soient déjà matraqués de taxes locales (taxe d’habitation et taxe foncière) ! Il faut dire que ces derniers constituent des cibles plus faciles à taxer que les entrepreneurs dès lors qu’ils ne peuvent pas s’expatrier avec leurs actifs immobiliers.

Par ailleurs, on ne manquera pas de préciser que le recours à la terminologie de « rente immobilière », teintée de relents marxistes évidents, s’avère surprenant voire choquant, de la part d’un candidat qui se flatte d’incarner le renouveau et la modernité. Ce choix terminologique douteux révèle, de surcroît, un mépris viscéral à l’égard des propriétaires.

Au demeurant, l’affirmation péremptoire et inexacte selon laquelle la prétendue « rente immobilière » serait toujours improductive, met clairement en évidence sa vision archaïque et rétrograde de la propriété immobilière. Aussi devrait-on lui rappeler, à toutes fins utiles, l’importance économique de l’immobilier, et en particulier celle des SCPI qui financent la construction de bureaux et d’établissements sanitaires.

Exonération de taxe d’habitation

Emmanuel Macron a, ensuite, proposé d’exonérer 80 % des foyers fiscaux de taxe d’habitation, arguant du fait que cette taxe, payée tant par les locataires que par les propriétaires, serait injuste. Force est toutefois de constater que cette justification se révèle hasardeuse puisqu’il existe d’ores et déjà des exonérations et abattements généreux destinés aux foyers modestes et que les injustices résultant de l’absence d’actualisation des valeurs cadastrales constituent un problème administratif loin d’être insoluble.

En réalité, cette proposition pernicieuse ne vise aucunement à remédier à une soi-disant injustice fiscale. Elle constitue, en revanche, un moyen détourné et astucieux de favoriser fiscalement les locataires, et cela, au détriment des propriétaires qui devront payer davantage de taxes locales.

L’exonération quasi-généralisée de taxe d’habitation devrait en effet aboutir, pour des raisons de financement des collectivités locales, à la hausse, d’une part, de la taxe d’habitation supportée par les 20 % d’occupants les plus aisés, lesquels devraient majoritairement être des propriétaires, et d’autre part, de la taxe foncière qui sera supportée par les seuls propriétaires dans la mesure où cette taxe locale ne concerne pas les locataires.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Exonération de taxe d’habitation : une nouvelle mesure anticonstitutionnelle ?

Emmanuel Macron parviendra-t-il à convertir de force les propriétaires à l’investissement « productif » ?


Emmanuel Macron : un programme fiscal qui manque de cohérence et d’audace !

Monsieur Macron, vous devriez savoir que les actifs sont tous productifs



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (10)

A qui veut on vendre la France ?

le 30 mars, 08:10 par Charvin veronique

Pour les classes moyennes l'immobilier permet un complément de retraite. Aujourd hui même sur ma résidence principale les impôts representent un quasi loyer... A qui puis je vendre pour défiscaliser ?
Pendant ce temps les œuvres d'arts st tjrs exonérées, les participations en pile d'assiettes des Arnault, Pinault... St toujours considérées comme des outils de travail !

- Répondre -

Taxe suedoise

le 30 mars, 09:01 par Hilario

Un système de ce genre a été introduit en Suède dans les années 1980. Les plus touchées étaient les veuves qui ont continué à vivre dans la maison familiale après la mort du mari. Les veuves avaient souvent de très faibles revenus de pension. Ils ne pouvaient pas payer la taxe. Cela a été résolu par la gentillesse des municipalités, qui ont accepté de renoncer au paiement maintenant à condition qu'ils puissent déduire l'argent dû de la succession de la veuve.

- Répondre -

déduire les loyers des impots.

le 31 mars, 18:29 par Lucile

Il faut bien tout lire et non seulement le titre. C'est la 1ère fois que je vois une proposition de déduire des impots comme charges, le montant des loyers. Ce serait bien même de rembourser en crédit d'impôts pour ceux qui en sont exonérés. Si la plupart des gens à la retraite sont proprétaires, ce n'est pas le cas de tous et pas le mien. Quant à cette proposition de loyer fictif pour les propriétaires, eux mêmes le déclareraient comme charges qui seraient déduites et ça ne changerait rien pour eux.Pour toutes ces années à payer un loyer, à la retraite on devrait avoir une aide quelque soit le montant de la pension.

3 avril, 16:01 - Fabienne

Votre réponse n'est pas exacte.
Concernant l'habitation principale, les propriétaires ne déduisent pas le foncier de l'ir, ils ne pourront encore moins déduire, tout ce que la loi Macron y rajouterait.
Ensuite les propriétaires de bâtis destinés à la location, ne peuvent déduire la taxe foncière que quand le logement est occupé, hors si la situation locative est tendue dans les grandes villes, dans les communes, ce n'est pas le cas, en conséquence beaucoup ne pourront ni déduire la taxe foncière, ni ce qui s'y rajoutera.
Une fois de plus ce sont les petits propriétaires et moyens qui seront taxés, voir obligés de vendre, ce qui d'ailleurs est le but du projet Macron, sinon à considérer qu'il aurait voulu être juste, il épargnerait l'habitation principale. Seulement, voilà, la propriété est une valeur refuge, et ça déplaît à tous ces financiers, comment ce petit peuple ose être propriétaire, et véhiculer des idées de liberté et d'indépendance !! Et ces mots dans la bouche de Macron, "la propriété immobilière est une économie dormante", qu'il vienne dire çà, à mon plombier, mon charpentier......

- Répondre -

Totalement faux

le 1er avril, 01:17 par David

Je trouve inadmissible que les sites continuent de relayer des informations totalement fausses. La taxation des propriétaires n'est pas dans le programme de Macron : http://mobile.lemonde.fr/les-decode ...

5 avril, 20:48 - Virginie Truyens

Cher Monsieur,

L'augmentation des taxes locales pour les propriétaires n'est bien entendu pas prévue dans le programme de M. Macron (personne ne voterait pour lui sinon...). Il s'agit cependant d'une conséquence indirecte de l'exonération quasi-généralisée de taxe d'habitation. Les collectivités locales vont, en effet, bien devoir se financer... Et force est de constater que l'Etat ne respecte plus, depuis bien longtemps, ses engagements vis-à-vis de ces dernières.

Je vous invite à lire le paragraphe 6 de l'article suivant : Emmanuel Macron, les retraités ont du souci à se faire (sur ce même site).

En espérant vous avoir éclairé...

- Répondre -

Article faux

le 1er avril, 07:28 par Karyboue

Cet article est mensonger -> programme de Macron

5 avril, 20:48 - Virginie Truyens

Cher Monsieur,

L'augmentation des taxes locales pour les propriétaires n'est bien entendu pas prévue dans le programme de M. Macron (personne ne voterait pour lui sinon...). Il s'agit cependant d'une conséquence indirecte de l'exonération quasi-généralisée de taxe d'habitation. Les collectivités locales vont, en effet, bien devoir se financer... Et force est de constater que l'Etat ne respecte plus, depuis bien longtemps, ses engagements vis-à-vis de ces dernières.

Je vous invite à lire le paragraphe 6 de l'article suivant : Emmanuel Macron, les retraités ont du souci à se faire (sur ce même site) pour mieux comprendre mon analyse.

En espérant vous avoir éclairé...

6 avril, 10:38 - Martinie

Ok devant la polémique Alors je me suis pris plus de 2 heures pour lire le programme de M MACRON...et je n'ai fait que mon devoir de citoyen !

Ce catalogue n'est pas un programme ni cohérence,ni dimension presidentielle dans la hauteur de vue : une simple et fastidieuse copie de mesures d'intérêt plus ou moins variable !
M MACRON brigue la magistrature suprême. C'est son droit
Il fait le constat, largement partagé par tous "ceux et celles" qui ne sont pas extrémistes, que les partis dits de gouvernement ont échoué, mais ça n'a fait pas , pour autant, un projet de redressement sincère et pertinent pour que je vote pour lui

- Répondre -

Logement propriétaire

le 3 avril, 12:41 par Mary

Si tous les propriétaires vendent leur maison pour devenir locataire. Les constructions s'arrêteront, le chômage augmentera. Les vrais locataires ne trouveront plus a se loger. Est-ce une bonne formule ?

- Répondre -

Propos polémiques ?

le 3 avril, 17:13 par JEAN COLDEFY

Bonjour
je ne comprends pas l'objet de cet article : je viens de vérifier sur le programme d'En Marche : ils proposent de ne rien changer sur la partie immobilière de l'ISF. Vos propos sont sans doute partisans, le ton polémique (la rente est un mécanisme économique qui n'a rien de marxiste), avec des peurs tenant du procés d'intention (la TH augmentera à cause de la suppression de la partie de l'ISF sur l'immobilier) et dessert le débat de fonds.
Courtoisement
Jean Coldefy

5 avril, 20:46 - Virginie Truyens

Cher Monsieur,

Cet article n'est pas partisan et à vocation à informer les propriétaires.

La terminologie de "rente immobilière" me choque personnellement. Tant mieux si cela ne vous pas de problème qu'un ancien ministre de l'Economie stigmatise autant l'immobilier.

Je n'invente rien dans cet article. L'augmentation des taxes locales pour les propriétaires n'est bien entendu pas prévue dans le programme de M. Macron (personne ne voterait pour lui sinon...). Il s'agit cependant d'une conséquence indirecte de l'exonération quasi-généralisée de taxe d'habitation. Les collectivités locales vont, en effet, bien devoir se financer... Et force est de constater que l'Etat ne respecte plus, depuis bien longtemps, ses engagements vis-à-vis de ces dernières.

Je vous invite à lire le paragraphe 6 de l'article suivant : Emmanuel Macron, les retraités ont du souci à se faire (sur ce même site).

En espérant vous avoir éclairé...

- Répondre -

France Stratégie

le 4 avril, 15:10 par Alain D

Quelle est la bande de rigolos qui cogite dans ce machin ? Peut être ne sont ils pas encore eux-mêmes propriétaires. Nous payons déjà une taxe foncière dont l'exonération n'est plus que de 2 ans après l'avoir été de 25. Pour acquérir un logement il a fallu emprunter et rembourser pendant 15, 20 voire 25 ans intérêts et capital.
Alors si ces guignols n'ont pas d'autres idées que ces inepties ils feraient aussi bien de les garder pour eux, non mais !!!

- Répondre -

Macron : les proprios n'ont plus un rond !

le 11 avril, 15:09 par Mary

20 ans pour s'offrir une maison avec des taux d'intérêt à 10/100 puis le prix d'un loyer pour l'entretenir ! Et il faudrait encore payer davantage de taxes ! On hallucine avec Macron qui se la joue pauvre locataire sans bien personnel déclaré. Mais qu'a t il fait de ses gros salaires de banquier !

- Répondre -

Attention citoyens, propagande de bas niveau !

le 27 avril, 11:40 par Thomas K.

L'argumentaire de Mme Truyens est particulièrement léger et fait franchement pitié. Si elle est vraiment doctorante, elle a réellement du souci à se faire pour l'accomplissement de sa thèse..! Car enfin ce qu'elle dit, c'est que L'ISF (fortement déterminé par les valeurs mobilières) ET la Taxe d'Habitation (pour 80% des propriétaires) seront remplacés par un unique nouvel impôt : on peut donc s'attendre (à partir des éléments connus) à une baisse de la pression fiscale pour les propriétaires, contrairement à ce que raconte cette pauvre thésarde manifestement perdue dans un environnement intellectuel trop complexe pour elle.

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire