Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

La fin des syndicats à la française ?
Avec la disparition de Marc Blondel, une page du syndicalisme français va-t-elle se tourner ?

Les syndicats à la française se sont toujours complus dans l’idéologie de la lutte des classes, ce qui n’est plus le cas pour les syndicats étrangers. Mais le discrédit qui frappe la classe politique ne va-t-il pas s’étendre au monde syndical, dont les finances et les rouages demeurent occultes ?
La mort de l’ancien leader syndical, Marc Blondel, peut être interprétée comme un signe : la fin du syndicalisme marxiste et dogmatique.

Marc Blondel, comme George Marchais, faisait partie de ces syndicalistes doctrinaires qui s’opposaient à la moindre petite réforme, tout en profitant à fond du système étatique. Son combat victorieux contre la réforme Juppé de décembre 1995 avait offert une nouvelle puissance à l’opposition syndicale marxiste en France. Et même si jean Claude Mailly se présente comme son fils spirituel, on ne peut pas dire qu’il ait été vraiment remplacé. En tous cas, le syndicalisme de contestation se fait beaucoup plus discret en France, depuis quelques années. Qui s’est rendu compte, par exemple, que, le 18 mars dernier, une journée nationale de mobilisation massive avait été organisée par quatre grandes centrales syndicales : CGT, FO, FSU et Solidaires ? Cette « journée » est passée presque inaperçue, contrairement à ce que l’on aurait pu observer au milieu des années 1990. Tant mieux !

Mais quelles sont les raisons de cette discrétion ? Car la désaffection des syndiqués n’en est pas la seule cause, même si elle est spectaculaire. S’il est vrai que les syndicalistes ne représentent que 4 % à peine des salariés du privé, et ne sont présents que dans quelques entreprises publiques et à l’Education nationale, (autant dire que personne ne leur font confiance...) - ils participent pourtant au fameux « dialogue social » avec le patronat et les politiques.

Cette érosion, déjà ancienne du taux de syndicalisme, ne cesse de s’aggraver. Ailleurs dans d’autres pays : Italie, Allemagne, Etats-Unis, Canada, etc… les syndicalistes ont subi les mêmes revers, le nombre de syndiqués ayant fortement diminué ces dernières années.

Il faut dire que nulle part, ce déclin n’a été aussi rapide qu’en France. Car ici le syndicalisme de contestation a une particularité : il est resté fidèle à ses racines marxistes et anticapitalistes. Il suffisait de jeter un oeil sur les tracts qui appelaient à la mobilisation de ce 18 mars. Il s’agissait de défendre, comme il se doit, le service public et les emplois publics avec l’augmentation du salaire des fonctionnaires, tandis qu’en même temps, on condamnait les entreprises (privées) et le système économique qui « fabrique des chômeurs ». Les tracts critiquaient le "pacte de responsabilité" comme la « politique d’austérité » du gouvernement.
Faut-il traduire ? Les slogans étatistes et marxisants s’affichaient naturellement sur les banderoles des défilés, les patrons étant désignés comme « les boucs émissaires du chômage en France », tandis que la baisse des charges patronales se transformait en prétexte destiné à « remplir les poches des actionnaires ».
Même en Italie, où il existe une longue tradition communiste, les syndicats se sont débarrassés de l’idéologie anticapitaliste. Mais en France, cette idéologie perdure, qui embourbe les syndicats dans la contestation gauchiste.

La journée du 18 mars a donc été un échec. Et il parait évident que les syndicats n’en ont pas tiré la leçon. Ils continueront en effet sur cette voie, aussi longtemps qu’ils resteront sous perfusion d’argent public. Car leurs finances se portent fort bien, seulement à ce que l’on dit car la transparence n’est pas la vertu première des syndicalistes. La classe politique de son côté se refuse à dissiper cet écran de fumée, dans la mesure où l’on a refusé de soumettre le rapport Perruchot au vote de l’Assemblée Nationale.

Il n’en reste pas moins vrai que ce syndicalisme de connivence et de façade se rapproche plus que jamais de sa fin, car le discrédit qui frappe la classe politique va probablement s’étendre aux leaders syndicaux.

Partager cet article :

Autres lectures ...

CGT : la stratégie de la Terreur
Comment mettre fin au syndicalisme de combat

Effectifs des ministères :
Seulement 2 % de baisse en 2017


Passage en force des intermittents du spectacle
10 considérations pour remettre les choses en place

Les Deux France



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (3)

Pas tous dans le même panier

le 28 mars 2014, 13:56 par Made in France

Si en terme de financement, tous les syndicats font largement appel aux deniers de l'État, ils ne sont pas à mettre dans le même sac au regard de leur attitude vis à vis du patronat.
J'invite sur ce point l'IREF à établir un simple comparatif sur ce qui s'est passé dans les 2 usines du groupe Goodyear à Amiens (Nord-CGT et Sud-CFTC)
Les destructeurs d'un côté, les constructifs de l'autre...
I

- Répondre -

la fin des syndicats français

le 28 mars 2014, 18:43 par liberal

Les syndicats français par leur seule préoccupation de défendre les avantages acquis même indus (retrait des roulants à la SNCF et RATP, régimes spéciaux de retraite, régimes de retraite des fonctions publiques, etc. ), à défendre les salariés qui ont un emploi même dans des industries dépassées au lieu de participer à leur formation et requalification, à entraver les reconversions qui finissent par tuer les sociétés concernées, se sont disqualifiés. Le fait d'avoir 5 millions de chercheurs d'emploi et 9 millions de pauvres est en grande partie de leur faute par leur refus systématique de toute réforme juste ou nécessaire. Le fait qu'ils ne représentent plus que 4% des salariés du privé est la démonstration de cette disqualification. Ils ne méritent pas les trop généreux financement par le contribuables qui leur permettent un train de vie déraisonnable (et des sureffectifs !) ni le pouvoir de nuisance qui leur est accordé (ce sont essentiellement des retraité qui forment les défilés !!).

- Répondre -

SYNDICATS GAUCHISTES !

le 29 mars 2014, 10:18 par BAYLE

Nos syndicats dits "représentatifs" sont nés après la guerre en raison de la forte influence du parti communiste à cette époque. Depuis, rien à changer, ceci explique cela !!! La seule façon de faire en sorte d'avoir de vrais syndicats, comme en Allemagne par exemple, serait de supprimer toutes les subventions étatiques versés à aux syndicats actuels, lesquels devraient trouver leur financement par les seules cotisations des adhérents.
Dans ce cas, les adhérents refuseraient ce gauchisme, et nos syndicats deviendraient alors "hors politique" ce qui est la base même du syndicalisme !

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
F E R M E R

Newsletter hebdomadaire
Recevez gratuitement nos publications