Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

Ecole : les entreprises peuvent sauver notre système éducatif

Cela fait des années que l’IREF demande le rapprochement de l’école et de l’entreprise. Et il est toujours réconfortant de constater que les décideurs politiques commencent à comprendre l’importance de cette relation.

C’est du moins ce que laisse entendre notre Ministre, Najat Vallaud-Belkacem, dans une interview accordée au quotidien Les Echos (2/12). En suggérant un stage en entreprise pour les futurs chefs d’établissement (et pour les inspecteurs), la Ministre brise un énorme tabou. Bien entendu, nous sommes encore loin des stages obligatoires en entreprise pour les enseignants comme l’avait demandé en 1999 l’ancien ministre Claude Allègre et qui a dû y renoncer rapidement face aux manifestations et aux grèves organisées par les syndicats. Mais on commence à comprendre, même au sein d’un gouvernement socialiste, que l’école ne peut plus être dissociée du monde de l’entreprise.

Malheureusement, en France, l’Education nationale est atteinte d’une très grave maladie et seulement de grandes réformes pourraient la guérir. A l’IREF, nous sommes, bien entendu, tout à fait favorables à l’initiative de notre Ministre mais nous pensons qu’il faudrait aller beaucoup plus loin si l’on veut s’attaquer à l’une des causes du chômage des jeunes qui atteint 24 % (ce taux étant trois fois plus élevé que celui de l’Allemagne !). Et tous les ans plus de 150 000 jeunes quittent l’école sans aucun diplôme, ou quelque formation que ce soit !

Des stages en entreprise pour les profs d’économie et des manuels rédigés par des chefs d’entreprise

L’une des causes principales en est notre enseignement scolaire. Nos travaux montrent que l’école française ne prépare pas les jeunes à devenir des entrepreneurs. Pire encore, elle leur apprend à se méfier du monde de l’entreprise, de l’économie mondialisée, du libre-échange et en général de tout ce qui vient de la société civile.
Il est intéressant de consulter les manuels d’économie de première et de terminale à ce sujet, afin de constater comment y est présentée l’économie de marché et la place qui est réservée à l’entreprise et à l’entrepreneur.
Dans la plupart des manuels, le constat est accablant ! Les auteurs des manuels donnent la priorité pour ce qui concerne l’économie à la mission de l’Etat et des acteurs publics, plutôt qu’à l’entreprise.

L’IREF demande donc à l’Education nationale que des personnalités issues du monde de l’entreprise, des chefs d’entreprise - en activité ou retraités -, soient associées à la rédaction des manuels d’économie de première et de terminale. Et que tous les enseignants d’économie fassent un stage obligatoire en entreprise.

La culture de l’entrepreneuriat commence à l’école primaire

Par ailleurs, on pourrait s’inspirer en France de ce qui a été fait au Royaume-Uni où l’école est de plus en plus proche de l’entreprise. Deux programmes importants sont actuellement très répandus. Le premier – Fiver Challenge – concerne les écoliers âgés de 5 à 11 ans et son objectif est d’éveiller l’esprit d’entreprise chez les enfants. Plus de 40 000 écoliers dans 500 écoles rencontrent des entrepreneurs et reçoivent 5 livres sterling chacun afin de créer leur propre mini-business.

Le programme "Young Enterprise" pour l’enseignement secondaire a été créé il y a un peu plus de 40 ans et concerne plusieurs dizaines de milliers de jeunes. Le principe est d’inspirer et de préparer les jeunes collégiens et lycéens à apprendre et à réussir grâce à l’entreprise, et non pas grâce à l’Etat. Il s’agit d’ « apprendre en créant » dans les collèges et aussi en entreprise, l’initiation des élèves au monde de l’entreprise étant faite par des personnes issues justement de l’entreprise.

Enfin, rapprocher l’école de l’entreprise va de pair avec une vraie réforme de notre système éducatif. Il faudrait instaurer la concurrence entre les écoles et accorder une vraie autonomie aux établissements, les directeurs des écoles devraient se transformer en managers avec la liberté d’utiliser leur budget et de pouvoir embaucher et licencier les enseignants. En instaurant les chèques-éducation, on donnerait la possibilité aux parents de choisir la meilleure école pour leurs enfants. Quelle meilleure façon de rapprocher l’école de l’entreprise que de faire fonctionner la première comme une véritable entreprise privée ?

Partager cet article :

Autres lectures ...

François Fillon et l'autonomie des écoles
L'IREF et les candidats politiques

Rentrée scolaire : devenir « éco-citoyen » avant de lire-écrire-compter


François Fillon, le candidat des PME et de l’entrepreneuriat

Démographie française :
Les dangers d’une lecture holiste



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (4)

Quelle bastille !!

le 15 décembre 2015, 12:00 par Getorix

Les gros mots vont fuser : "marchandisation", "ultra-libéral", "capitalisme"...etc,
Le malheur pour nous est que le marxisme a tellement régné en ce pays qu'il a faussé totalement la compréhension du monde où nous vivons et les intérêts mêmes de notre devenir.
Bon courage Mme La Ministre qui devrait elle même et sa collègue Ministre du Travail montrer l'exemple en partant en stage tout de suite !

- Répondre -

révolution culturelle

le 23 décembre 2015, 11:03 par jb37

En fait, mon expérience a tendance à prouver que les enseignants sont bien souvent plus compétents pour gérer des entreprises ou a minima manager des équipes. Mon expérience s’appuie sur un parcours à la fois en entreprise, dans l’éducation nationale et en tant que président de plusieurs conseils syndicaux de copropriété dans lesquels on trouve des individus ayant différents parcours.

Allons au bout des choses. Oui à la révolution culturelle : les enseignants en entreprise (pour les faire mieux marcher car en France ce n’est pas brillant quand même….) et les dirigeants d’entreprise en stage à l’EN pour apprendre à mieux gérer leur entreprise !

Au passage, l’EN marche de moins en moins bien depuis qu’on y recrute des principaux, proviseurs, inspecteurs n’ayant pas un cursus « maison », ce qui confirme mes propos précédents.

Quant à mettre les écoles en concurrence, le chèque éducation, etc, tout cela s’est fait dans d’autres pays notamment Suède et USA. le bilan est désastreux. Regardez la chute de la Suède dans le classement PISA, PIRLS ou TIMSS. Quant aux USA Diane Ravitch, conseillère de Bush père, dans un premier temps favorable à ces pratiques explique aujourd’hui combiien cela ne fonctionne pas. Même un libertarien comme Sol Stern a de sérieux doutes. Il ne reste que les fanatiques qui refusent de voir la réalité en face. En faites-vous partie ?

- Répondre -

une révolution culturelle

le 23 décembre 2015, 11:32 par lionel

En fait, mon expérience a tendance à prouver que les enseignants sont bien souvent plus compétents pour gérer des entreprises ou a minima manager des équipes. Mon expérience s’appuie sur un parcours à la fois en entreprise, dans l’éducation nationale et en tant que président de plusieurs conseils syndicaux de copropriété dans lesquels on trouve des individus ayant différents parcours.

Allons au bout des choses. Oui à la révolution culturelle ! les enseignants en entreprise (pour les faire mieux marcher car en France ce n’est pas brillant quand même….) et les dirigeants d’entreprise en stage à l’EN pour apprendre à mieux gérer leur entreprise !

Au passage, l’EN marche de moins en moins bien depuis qu’on y recrute des principaux, proviseurs, inspecteurs n’ayant pas un cursus « maison », ce qui confirme mes propos précédents.

Quant à mettre les écoles en concurrence, le chèque éducation, etc, tout cela s’est fait dans d’autres pays notamment Suède et USA. le bilan est désastreux. Regardez la chute de la Suède dans le classement PISA, PIRLS ou TIMSS. Quant aux USA Diane Ravitch, conseillère de Bush père, dans un premier temps favorable à ces pratiques explique aujourd’hui combiien cela ne fonctionne pas. Même un libertarien comme Sol Stern a de sérieux doutes. Il ne reste que les fanatiques qui refusent de voir la réalité en face. En faites-vous partie ?

- Répondre -

Ecole et entreprises.

le 1er mars, 17:21 par HUGUEL

Excellente analyse donc je n'ajouterai rien car je suis entièrement d'accord avec ce que vous avez écrit.

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
F E R M E R

Newsletter hebdomadaire
Recevez gratuitement nos publications