Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
Banner
Home » Zemmour sur le handicap : l’hypocrisie de l’emballement médiatique

Zemmour sur le handicap : l’hypocrisie de l’emballement médiatique

par Adélaïde Motte

S’informer est long, difficile, et pas toujours à la portée des médias et des politiques. Lorsqu’Eric Zemmour a dénoncé ce week-end “l’obsession de l’inclusion” des enfants handicapés dans le système scolaire, il était facile de traduire que le candidat voulait exclure ces enfants des parcours classiques. Peut-être aurait-il fallu s’intéresser un peu plus au terme d’”obsession”, qui signifie tout simplement que certains enfants porteurs de handicaps mentaux importants ne peuvent que trop difficilement s’adapter à un système scolaire conçu pour les enfants en bonne santé ? Les professeurs n’y sont pas formés à leurs besoins spécifiques. Ainsi, en 2018, 500 enfants ont dû partir en Belgique pour bénéficier d’une prise en charge adaptée.

Depuis qu’Eric Zemmour a contré le hourvari médiatique et politique par une vidéo s’adressant aux premiers concernés, c’est-à-dire les parents de ces enfants, les approbations se succèdent, qu’elles soient le fait d’enseignants, de parents, ou de membres des familles d’enfants handicapés. Vouloir à tout prix faire entrer tous les enfants, et plus largement toutes les personnes, dans le même moule, est un non-sens que seul l’égalitarisme excessif de notre temps a pu permettre. Les réactions aux propositions d’Eric Zemmour sur le handicap n’en sont qu’un exemple parmi d’autres.

S’il n’est pas question d’adapter l’ensemble du système scolaire à des handicaps qui, par définition, sont des exceptions, il est normal de permettre à des établissements spécialisés d’exister. Eric Zemmour souhaite donc que “chaque famille ait le choix” de scolariser son enfant dans le parcours classique ou dans un établissement spécialisé, souhaite réduire les formalités administratives pour disposer d’un aidant et améliorer la formation des aidants. Ce domaine montre une fois encore combien il est important de libéraliser l’école, avec par exemple l’instauration d’un chèque-éducation, qui permettrait aux familles d’inscrire leur enfant dans un établissement adapté au handicap de leur enfant. Quitte d’ailleurs à ce que le montant de ce chèque soit plus important pour un enfant porteur d’un handicap mental.

You may also like

12 commentaires

Pierre-François TRUYS 18 janvier 2022 - 2:23

Superbe mise au point! J’aime beaucoup vous lire: un bon sens réconfortant, un style élégant, incisif et clair, une rédaction fluide dans un Français soigné…
Je vous souhaite un bel avenir.

Répondre
Adélaïde Motte 19 janvier 2022 - 11:56

Merci beaucoup, vos retours sont très précieux !

Répondre
LAURENT46 18 janvier 2022 - 4:07

L’emballement de tous ces gauchos urbains qui protègent leurs privilèges au détriment de ceux qui font la richesse du pays. Il ne peut plus y avoir une once de respect envers tous ces privilégiés qui se disent de gauche voir écolos pour mieux asservir la population. Mais cela n’aura qu’un temps il faut juste en connaître la durée.

Répondre
Tibus 54 18 janvier 2022 - 5:50

Handicape physique j’ai grandement bénéficie, enfant, d’avoir intégré le système scolaire « classique » puisque j’ai réussi à intégrer HEC
Je souhaite de tout cœur que d’autres enfants aient la même chance

Répondre
en fait 18 janvier 2022 - 8:33

Oui, le sujet est très délicat, personnel et intime. Liberté E.F. il ne faut pas oublier ce très beau mot.
Chaque famille est face à ses très lourdes contraintes. Il faut avoir un vrai choix. il faut savoir que des enseignants non formés dépriment . .. ….,
Une réelle sélection à l’Université pourrait dégager des milliards € pour aider les vrais « boursiers », faciliter la vie scolaire de 3 ans au Bac véritable, tout en rendant vraiment service à tout le monde. La vie est toujours très compliquée c’est tout son charme.

Répondre
MARTIN 18 janvier 2022 - 9:15

Je suis le grand père d’une autiste profonde qui, a plus de 20 ans, sait un peu lire et écrire. Lorsqu’elle était enfant elle a été scolarisée (accompagnée d’une auxiliaire de vie). Il était évident que ça n’était pas la bonne solution. Elle était totalement incapable de participer à l’activité de sa classe et, même indirectement, elle ne tirait aucun profit évident de son immersion dans une classe. Ce qu’elle a appris elle l’a acquis ultérieurement dans une institution spécialisée.
Malheureusement on ne peut pas traiter tous les handicaps de la même façon.

Je suis heureux pour TIBUS 54 qu’il ait pu être intégré dans un cursus supérieur. Je souhaite de tout cœur que d’autres enfants aient la même chance.

Répondre
Astérix 18 janvier 2022 - 9:22

Bravo Adélaïde,
C’est un plaisir de vous lire. merci de remettre les pendules à l’heure ce qui n’est pas le cas des médias qui sont prêts à tout pour travestir la réalité ! Quelle malhonnêteté intellectuelle de leur part !
Puisse les Français comprendre leurs manipulations et mensonges ??

Répondre
Adélaïde Motte 19 janvier 2022 - 11:56

Merci pour ce commentaire et pour votre appréciation.

Répondre
JANDEL 18 janvier 2022 - 7:15

Vous faites erreur. Vous dites que 500 enfantsont dû partir en Belgique pour bénéficier d’une prise en charge adaptée.
C’est faux.
1) il y en a plus que 500. On est plus près de 2000.
2) ils sont allés en Belgique parce que les établissements français ne pouvaient pas les accueillir par manque de place. Les autorité de tutelle françaises n’ont pas autorisé la création d’établissemnts qui auraient pu les accueillir.

Répondre
jean-michel Fath 19 janvier 2022 - 4:23

bravo pour la rédaction de vos articles

Répondre
Rémi 20 janvier 2022 - 10:36

Je pense que monsieur Zemmour soit devenu le bouc émissaire du monde médiatique et politique actuel car il exprime ce que beaucoup pensent mais n’osent pas clairement exprimer, par lâcheté ou incapacité de se faire entendre.
Ainsi, dans ce contexte politique, Monsieur Zemmour dit « tout haut ce que tout le monde pense tout bas » et donc devient un otage pour certains médias et auditeurs orientés et un hochet pour les partis politiques qui expriment leurs contradictions stratégiques pour répondre à leurs  »clientèle » électorale… en toute hypocrisie et soient en contradiction avec leurs points de vue
Dommage sur un sujet aussi important et sensible dans notre société.
Oui les enfants handicapés doivent, dans leurs intérêts spécifiques et particuliers, participer aux meilleurs enseignements capables de les accueillir et de les prendre en charge dans les meilleures conditions générales… Mais si l’enfant se trouve inadapté à la situation offerte il doit être orienté dans le meilleur établissent adapté à la situation reconnue par les corps enseignant et les médecins.
Voilà ce que j’ai ‘’entendu’’ de la bouche de monsieur Zemmour, après analyse, recul et donc réflexion… !
Son point de vue me parait ainsi bienfondé…
Son point de vue me parait ainsi bienfondé…Car chaque cas est un cas particulier qui n’a pas de solution générale, mais adaptée, tout simplement.

Répondre
Obeguyx 24 janvier 2022 - 10:35

Je rejoins tous les commentaires qui s’attachent à féliciter Adélaïde pour son article. Ce que je regrette le plus est que nous nous attachons peu à dénoncer les manipulations des politiques et médias, tous subventionnés par les deniers du peuple, qui ne souhaitent qu’une seule chose : conserver leurs privilèges. Les handicapés représentent une minorité électorale coûteuse. Alors on en parle beaucoup et on fait peu. Et si l’on attribuait le même montant aux handicapés que le montant alloué à l’AME, je suis presque sûr que l’AME serait alors supprimée.

Répondre

Laissez un commentaire