Accueil » Vers la fin de la fête des mères ?

Vers la fin de la fête des mères ?

par François Turenne

La fête des mères, si elle est devenue un événement commercial, demeure néanmoins symbolique. Chaque enfant, ce jour-là, offre une attention à sa maman. Derrière le symbole, c’est un repère, un pilier de la famille qui est célébré une fois par an. Un marqueur certainement trop conservateur pour les wokes qui y voient une fête pas assez inclusive pour une minorité d’enfants. Désormais, nous célébrerons, en ce dernier weekend de mai, la « fête des gens qu’on aime ». Des initiatives ont émergé ici et là au niveau local dans plusieurs établissements sans que l’Education nationale y trouve rien à redire. C’est une nouvelle attaque contre le modèle traditionnel de la famille centré sur la mère et le père. L’objectif à long terme est la déconstruction de toute tradition, de toute référence historique.

Hannah Arendt explique que le préalable à la mise en place d’une idéologie totalitaire est l’effacement de tout référentiel culturel, historique ou religieux dès le plus jeune âge car un Homme sans culture est plus modelable et perméable. Dans les régimes soviétiques, l’Homme devait être rééduqué pour qu’émerge l’Homme socialiste nouveau, soumis à son chef. Le wokisme dans sa composante la plus radicale est totalitaire. Il s’attaque à tous nos repères sociaux, religieux et traditionnels pour implanter, pas à pas, son modèle de société. La fête des mères n’est pas la première tradition à en subir les assauts et ne sera pas la dernière si rien n’est fait.

You may also like

1 commenter

montesquieu 30 mai 2022 - 4:02

La connerie humaine est incommensurable!
Quand cessera-t-on de donner de l’importance à ces « déconstructeurs »qui font le lit des barbares et des ultraconservateurs considérant la femme comme inférieure à l’homme , l’homosexualité au mieux comme une maladie à guérir coute que coute ou au pire à un crime et la liberté comme une grave déviation au nom d’une quelconque théocratie?
C’est aux médias en premier lieu et aux gouvernants d’avoir du courage!

Répondre

Laissez un commentaire