Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Vaincre ou mourir et Puy du Fou : quand les héros de Vendée font peur à la gauche

Vaincre ou mourir et Puy du Fou : quand les héros de Vendée font peur à la gauche

par
1 322 vues

En une de Libération mardi 24 janvier : un héros des guerres de Vendée à l’affiche du film Vaincre ou mourir. Le titre vaut son calembour : « Après le parc, le film… Le Puy du Fourbe ».

« Le premier long métrage des productions Puy du Fou Films, Vaincre ou mourir, réécrit l’histoire de la Révolution française sur le même modèle réactionnaire et biaisé que les spectacles qui font le succès de l’entreprise vendéenne de la famille Villiers » s’insurge Libération. Le film, en salle le 25 février, qui retrace l’histoire de François Athanase Charrette, de son combat pour la liberté et du sacrifice des martyrs de Vendée, déplait à cette gauche qui enseigne à l’école républicaine l’histoire de la Révolution française. Là, on apprend aux enfants à célébrer le combat des gentils révolutionnaires qui sauvèrent la France du cruel Louis XVI et des méchants royalistes. Le massacre des Lucs-sur-Boulogne, où périrent plus de 120 enfants, la gauche n’en parle pas. Pas plus qu’elle ne parle des colonnes infernales du général Turreau et de ses 50 000 victimes, selon les estimations basses.

La gauche s’était déjà insurgée contre la subvention de 200 000 euros accordée par le conseil régional à la société de production Puy du Fou Films. Libération poursuit et dénonce « l’appartenance [des Villiers] à la droite catholique identitaire », reprochant au Puy du Fou de s’être acoquiné avec StudioCanal, propriété de Vincent Bolloré, décrié pour les mêmes raisons. La gauche tremble-t-elle encore devant la prestance du héros Charette ? A court d’arguments, le journaliste s’enlise dans une insurrection toute bien-pensante : « Les paysans veulent prendre les armes pour ‘‘défendre ce qu’ils ont de plus cher, leur fils, leur roi, leur foi’’. Pour les filles, on repassera [sic]. […] Et ils sont où, d’ailleurs, les bons prêtres ? Emprisonnés pour pédophilie ? Sans doute pas, mais l’absence d’explication sur tout ce qui a bien pu se passer en France depuis 1789 laisse les spectateurs dans l’ignorance ». Le quotidien a tout de même consacré, en plus de sa une, quatre pages à Vaincre ou mourir : une raison de plus pour se ruer en salle dès aujourd’hui.

Vous pouvez aussi aimer

14 commentaires

JR 26 janvier 2023 - 9:02

Bonjour, Pourquoi Libération ne s’offusque pas des millions d’€ de subvention versées à France Télévisions ? Libération devrait questionner Delphine Ernotte. Merci. Bonne libération de C02

Répondre
JR 26 janvier 2023 - 9:09

Bonjour, en Vendée on parle quand même d’un génocide de 300 000 âmes. Cela mérite tout de même de s’y intéresser. A l’instar des écolos néo-religieux aujourd’hui, l’histoire démontre que la police de la pensée unique est toujours prête à justifier un génocide pour imposer une idéologie. Après tout, la Vendée, comme la Franche-Comté auraient pu rester indépendante et le temps aurait fait son œuvre en faveur d’un état unique. Bonne libération de C02

Répondre
Oncpicsou 27 janvier 2023 - 5:20

Bêtes et méchants, ces imbéciles ont fait la pub du film… Bravo, on a tous envie d’aller le voir!!!

Répondre
Pechenart 27 janvier 2023 - 5:50

Si ceux qui nient le génocide Vendéen avaient fait une visite des chemins communaux des Mauges, du Choletais et de tous ceux empruntés par l’armée de la République, aux nombre des calvaires en mémoire des familles assassinées ils seraient moins véhéments.
Il est vrais que la mauvaise fois et l’inculture font merveilles en politique.

Répondre
JR 27 janvier 2023 - 6:00

Bonjour, inculture politique, mais surtout médiatiques, devrions-nous plutôt dire trou de mémoire, car tout le monde sait, y compris les verdâtres. https://fr.irefeurope.org/publications/articles/article/quand-certains-medias-francais-et-americains-preferent-le-militantisme-a-l-information/ Merci. Bonne libération de C02

Répondre
Photini 27 janvier 2023 - 5:57

Je n’étais pas au courant de ce film jusqu’à ce que le Huffington publie un article « ce qu’il faut savoir avant d’aller voir « Vaincre ou mourir ». Bizarre, c’est quoi cet article? A chaque fois qu’un film historique grand public (avec plein d’erreurs historiques) sort, le Huff fait-il un article avec cette même mise en garde? Je ne le crois pas et c’est la raison pour laquelle je me suis intéressée au film que je vais aller voir. Depuis le Bicentenaire de ce que l’on appelle la Révolution française sacralisée (on n’a jamais parlé de la Révolution belge ou espagnole etc alors que ces pays ont dû en connaître aussi), on nous répète qu’on peut faire son marché dans l’histoire. Alors pourquoi pas les réalisateurs de ce film? Cela s’appelle la licence de l’auteur ou du réalisateur. Ce qui est génial d’un coté pourquoi deviendrait-il critiquable dans l’autre? Cela dit, les mots par l’histoire. Le mot « noyade » date de 1793 et on le doit à Carrier qui s’est distingué à Nantes comme on sait. Avant Carrier le mot noyer existait dans sa forme pronominale. Se noyer. Le mot « noyade », noyés en masse, n’existait pas. Il fallait l’inventer et cela a été fait en 1793 par Carrier qui écrivait au Comité de Salut Public: je suis sur les lieux. Restez donc tranquilles et laissez-moi faire. La morale de l’histoire, c’est que Carrier a eu la tête tranchée, comme beaucoup d’autres soutiens de la République, pour avoir bien servie Sa République.

Répondre
Dupond 27 janvier 2023 - 8:38

Les journalistes de libération ont aussi besoins de beaucoup de subventions pour exister. L’afflut de touristes dans la région compense largement la dépense
Histoire n’est pas belle que d’un coté .

Répondre
Boisgontier 27 janvier 2023 - 8:50

Quand on connaît vraiment l’histoire, il n’est pas besoin de la ré-écrire. Il suffit d’ouvrir les yeux sans a priori. Les Républicains ont suffisamment massacré les Vendéens et Bretons envers lesquels ils avaient schématiquement la même opinion qu’aujourd’hui les Russes envers les Ukrainiens. Il suffit d’ailleurs de lire la lettre que Kellerman avait adressée au gouvernement révolutionnaire et dans laquelle il se glorifiait d’avoir exterminé TOUS les hommes, femmes et enfants lors de sa campagne dans ces régions . Même en admettant qu’il exagérait un peu, c’était malheureusement la vérité. Mais, bien sûr, la République ne pouvait admettre ouvertement les agissements dont elle était responsable. Il fallait qu’elle montre un visage irréprochable tandis qu’elle offrait de Louis XVI l’image d’un bêta ennemi de son peuple. Or s’il a eu des défauts, ce n’était certainement pas ceux-là. C’est d’ailleurs lui qui a fait doubler la représentation du peuple à l’assemblée! La présentation de la Révolution française par la République, c’est un peu la même chose que l’histoire revue et corrigée par les Bolcheviques. L’essentiel n’est surtout pas la vérité mais de dénigrer l’autre. C’est comme l’histoire inventée de toute pièce de Marie-Antoinette disant que si le peuple n’a pas de pain, il n’a qu’à manger de la brioche. La propagande ne date pas d’aujourd’hui.
Je n’ai pas vu le film ni ne suis jamais allé au Puy-du-Fou mais d’après votre article, Libération devrait mettre un peu ses pendules à l’heure. Ils y gagneraient en crédibilité. Mais c’est comme l’Humanité et d’autres journaux du même tonneau, la vérité (je rappelle que c’est le titre du principal journal russe qui est aussi l’un des plus menteurs), il faut surtout la cacher quand ça les dérange. Право, нет?

Répondre
JG2433 27 janvier 2023 - 11:22

@BOISGONTIER,
Une petite correction : il s’agissait du général François Joseph Westernann.

Au soir de Savenay (21 décembre 1793), le général Westermann fait savoir au Comité de Salut public que la mission qu’il s’était fixée, est menée à son terme.

« Citoyens républicains, il n’y a plus de Vendée ! Elle est morte sous notre sabre libre, avec ses femmes et ses enfants. Je viens de l’enterrer dans les bois et les marais de Savenay.
Suivant les ordres que vous m’avez donnés, j’ai écrasé les enfants sous les pieds des chevaux, massacré les femmes qui, au moins pour celles-là, n’enfanteront plus de brigands.
Je n’ai pas un prisonnier à me reprocher ; les routes sont semées de cadavres.
On fusille sans cesse à Savenay, car à chaque instant, il arrive des brigands qui prétendent se rendre prisonniers.
Nous ne faisons pas de prisonniers, il faudrait leur donner le pain de la liberté, et la pitié n’est pas révolutionnaire ! »

Répondre
JR 27 janvier 2023 - 6:08

Bonjour Boisgontier, à l’instar du climat qui a toujours changé et de l’innocence du C02, mais revu et corrigé par des néo-religieux: https://static.climato-realistes.fr/2021/01/FicheACR6-1.pdf . Ils vaudrait légiférer pour imposer l’inscription des origines, le montant et le pourcentage des subventions sur la 1 ère de couverture, et ce, pour tout les médias. Merci. Bonne libération de C02

Répondre
Oncpicsou 28 janvier 2023 - 8:26

Le journal « L’humanité  » ne défend il pas aussi le système ie plus inhumain ?

Répondre
JG2433 27 janvier 2023 - 1:02

J’ai laissé un commentaire en réponse à celui de BOISGONTIER, en fin de matinée ; il n’apparaît plus à 13h55…
Est-ce normal ?
Je le soumets à nouveau.
Unr correction d’une petite erreur : il s’agissait du général François Joseph Westermann (et non Kellerman).
.
Au soir de Savenay (21 décembre 1793), le général Westermann fait savoir au Comité de Salut public que la mission qu’il s’était fixée, est menée à son terme.
.
« Citoyens républicains, il n’y a plus de Vendée ! Elle est morte sous notre sabre libre, avec ses femmes et ses enfants. Je viens de l’enterrer dans les bois et les marais de Savenay.
Suivant les ordres que vous m’avez donnés, j’ai écrasé les enfants sous les pieds des chevaux, massacré les femmes qui, au moins pour celles-là, n’enfanteront plus de brigands. Je n’ai pas un prisonnier à me reprocher ; les routes sont semées de cadavres.
On fusille sans cesse à Savenay, car à chaque instant, il arrive des brigands qui prétendent se rendre prisonniers. Nous ne faisons pas de prisonniers, il faudrait leur donner le pain de la liberté, et la pitié n’est pas révolutionnaire ! »

Répondre
JR 27 janvier 2023 - 6:44

Bonjour, ce titre « Vaincre ou mourir » s’applique parfaitement à la situation actuelle face aux écolos, nous devons absolument combattre l’idéologie néo-religieuse des verts. Et notamment l’obscurantisme carbo-climatique qui conduit notre jeunesse au suicide, notre pays au déclin (ex 3 -ème puissance) et nos concitoyens contribuables au déclassement. L’heure est grave « Vaincre ou mourir ». Merci. Bonne libération de C02

Répondre
Dihamel 29 janvier 2023 - 12:18

Les journaleux de Libé devraient parler moins fort .Ils oublient qu’ils sont financés par l’état et l’état c’est aussi des citoyens de droite catho qui paient des impôts .Et la Droite a des valeurs que la Gauche n’a plu .Patriotisme , courage , cesont des mots qu’ils ne connaissent plus .

Répondre

Laissez un commentaire