Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Faux (ou vrais) retraités en Algérie ou comment Libération ne se pose pas les bonnes questions

Faux (ou vrais) retraités en Algérie ou comment Libération ne se pose pas les bonnes questions

par
197 vues

Vous connaissez peut-être Checknews, un nouveau type de moteur de recherche géré par des journalistes de Libération et dont la mission est de rétablir la vérité. Ce Google du véridique s’est intéressé à l’émission de Christine Kelly sur CNews, Face à l’info, qualifiée par Cédric Mathiot , journaliste de Libé, de « ouate cul-béni [,] salade xénophobe et […] psychoses antiwoke ». O comprend qu’il n’a pas beaucoup d’estime pour ses collègues « de la droite dure », comme il les désigne lui-même.

Il s’est intéressé tout particulièrement à ce qu’a dit Dimitri Pavlenko, journaliste d’Europe 1, lundi 26 septembre, dans ladite émission. Ce dernier s’était  ému d’une enquête de l’Agirc Arrco sur les 600 000 retraités qui vivent en Algérie ;  « C’est 1 milliard de prestations. Vous allez voir, c’est dingue. Sur 1 000 allocataires de l’échantillon algérien, 179 allocataires ont été fiabilisés, c’est à dire qu’on sait qu’ils existent vraiment, 691 n’ont pas été retrouvés, et 130 allocataires sont décédés. C’est à dire qu’il n’y avait que 18 % qui méritaient bien leur pension. »

Libération montre avec délectation comment Pavlenko s’est un peu fourvoyé dans sa conclusion où il s’appuie sur les 179 allocataires fiabilisés pour avancer le chiffre de 18 % d’allocataires méritants, car il se pourrait effectivement que parmi les autres allocataires, certains aient le droit de toucher une pension. Personne ne s’étonne, par contre, que l’on ne puisse pas retrouver les individus dans 69,1 % des cas et c’est là le scandale.  Libération ne s’est focalisé que sur le chiffre de 18 %, trop heureux de démontrer l’erreur, avec bienveillance bien entendu.

Pourtant, le point le plus important est bien que l’on ignore ce que sont devenus près de 70 % des allocataires d’Algérie. Il s’agit quand même, pour autant qu’on le sache, de quelque 420 000 personnes et d’environ 700 millions d’euros ! Si les chiffres restent un peu flous, il est certain en revanche que le système est défaillant, de manière inquiétante, et qu’il est totalement anormal de traiter l’argent public avec une telle désinvolture. C’est surtout cela que Libération et Face à l’Info, l’un comme l’autre, auraient dû relever.

Vous pouvez aussi aimer

4 commentaires

Almaviva 3 octobre 2022 - 7:46

Bizare ! En ce qui e concerne, je reçois tous les deux ans un courrier émanant d’un de mes organismes de retraite qui me demande si je suis toujours vivant ! je dois signer un document manuscrit, sinon, on me coupe les vivre !! Pourquoi ne le fait-on pas dans le cas qui nous occupe ? Ah oui, c’est ‘Algérie !!

Répondre
Pierre Bouchet 3 octobre 2022 - 10:06

Eh bien moi, je ne reçois rien, aucun contrôle. Ce que je trouve anormal !

Répondre
Obeguyx 3 octobre 2022 - 10:12

Bizarre, vous avez dit bizarre !!! Plus de 10 ans de retraite déjà pour ma pomme et on ne m’a jamais rien demandé. J’ai voulu renouveler ma carte d’identité : impossible. C’est la France d’aujourd’hui et la situation ne fait que s’aggraver. Libération a bonne mine d’émettre un quelconque avis alors que ce torchon ne vit que de subventions et est en continuelle perfusion. Pas à dire un exemple de bonne gestion qui se permet de distiller du venin.

Répondre
AlainD 3 octobre 2022 - 9:16

Libération ? Un bon journal pour allumer le feu comme aurait dit Coluche…

Répondre

Laissez un commentaire