Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Réchauffement climatique : un hiver pas si doux

Réchauffement climatique : un hiver pas si doux

par
1 458 vues
prop_4_pendules.png

Selon de nombreux médias, l’hiver que nous venons de connaître serait l’un des plus chauds jamais enregistrés. Dans un article de Libération, il est écrit que sur le plan des températures, l’hiver 2023 a été « remarquable ».

Au sein de l’exploitation viticole familiale, nous utilisons pour lutter contre l’eudémis de la vigne et la cochylis de la vigne (ou tordeuses de la grappe), une technique de confusion sexuelle : des phéromones sexuelles sont placées dans les rangs de vigne en période de reproduction des chenilles. Elles provoquent une lutte par confusion sexuelle, empêchant les insectes d’aller sur les vignes et de se reproduire. Les premiers mâles d’Eudémis sortent de diapause ( Arrêt temporaire du développement) lorsque la somme des températures/jour  depuis le 1er février dépasse le seuil de 565°. Appelé modèle de Roerich, cela correspond à la somme des températures moyennes quotidiennes calculées à partir du 1er février (T°min+T°max/2) en base 0°C.

De fait, pour savoir quand placer le système de confusion dans nos parcelles de vignes, notre réseau de distribution de produits phytosanitaires nous a envoyé des données intéressantes concernant notre région.

Ainsi, au 8 mars, la somme des températures depuis le 1er février a été de 227.9° à Réparsac (16) et de 241,1° à Burie (17). C’est plus faible, sur la même période, que l’année dernière (respectivement 306,6° à Réparsac et 311,5° à Burie), mais aussi plus faible qu’en 2021 (359,1° et 346,3°) et qu’en 2020 (337,5° et 350,1°). Si l’on compare la somme des températures, toujours sur la même période de l’année, dans la commune de Bréville (16), 2023 est très légèrement au-dessus de 2015 (228,4° contre 214,7°). Dans le document que nous avons reçu, il est également précisé que le mois de février a été plus froid que les normales de saison (-1,4°C en moyenne par rapport à la moyenne décennale) dans le Cognaçais. Au mois de janvier, de nombreux articles titraient que le mois de janvier, pour toute la France, était plus chaud que la normale (+0.9°C).

Si la France connait un déficit de pluie provoquant une sécheresse hivernale indéniable, et que des températures « anormalement » hautes pour la saison ont été enregistrées, engendrant de nombreux orages parfois violents, cet hiver n’est pas le plus doux de ces dernières années.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

3 commentaires

cybernetik77 16 mars 2023 - 9:20

Très intéressant. Merci pour cet article. Pour la première fois, je lis quelque chose utile : comment mesurer la température moyenne pour évaluer son évolution dans le temps. Je suis davantage attiré par les observations appuyées sur des mesures objectives, de préférence à des opinions fondées sur un ressenti, lequel par définition varie en fonction de son émotion et non de sa raison.

Répondre
JR 16 mars 2023 - 9:26

Bonjour, bravo Aymeric, être jeune et ne pas croire à la néo-religion carbo-climatique de Greta relève d’une prouesse, tellement l’éducation nationale déforme la réalité. Par définition le climat est chaotique, il n’est ni « réglé », ni « dérèglé », sauf pour les escrocs dont une grande chaine nationale télévisée fait partie. https://static.climato-realistes.fr/2021/01/FicheACR6-1.pdf . Ce mensonge sert de prétexte au déclin organisé par une caste mondialiste, dont l’ONU et sa sombre officine, le GIEC, est largement représenté. Notons que l’idéologie écologiste dévoyée est le 3 ème fléau après le communisme et le nazisme. Il est urgent de voir un Nuremberg du climat. Merci. Bien à vous

Répondre
Guy-André Pelouze 19 mars 2023 - 5:35

Ces observations sont intéressantes.
Pour autant il faut défocaliser nos observations.
Il y a un réchauffement climatique. Sa tendance est avérée sur le dernier siècle. La part des activités humaines productrices de C02 est synchrone.
Mais surtout il y a un dérèglement avec des phénomènes extrêmes comme ce qui s’est passé aux États Unis. Il n’est donc pas exclu que nous ayons des coups de froid sérieux.
Devant ces faits, la question de l’anthropogénie se pose de moins en moins.
De fait ce qui doit occuper la discussion politique c’est que ce n’est pas l’état qui nous sortira de cette passe.
Ce n’est pas non plus la décroissance et le suicide vert.
Ce n’est pas plus le déni.
C’est l’entreprise, les entrepreneurs, l’innovation, l’investissement et la liberté de la concurrence des solutions innovantes. Et de ce point de vue très bien établi la France se comporte comme un éléphant dans un magasin de solutions hightech.

Répondre