Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Eboueurs : 124 euros/tonne de déchets pour le privé et jusqu’à 344 euros pour le public

Eboueurs : 124 euros/tonne de déchets pour le privé et jusqu’à 344 euros pour le public

par
1 458 vues

Depuis le début de la grève des éboueurs, reconduite pour l’heure jusqu’au 20 mars, 7000 tonnes de déchets s’entassent dans les rues de Paris, faisant ressembler la Ville lumière à une poubelle à ciel ouvert (enviro 84 % des Parisiens jugeant déjà en 2021 leur ville sale). Devant les risques sanitaires manifestes et l’inaction d’Anne Hidalgo, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a enjoint mardi le préfet de Police d’exiger que la mairie réquisitionne des agents.

Non seulement les grévistes n’assurent pas leur service en dépit de l’insalubrité publique mais ils bloquent également les incinérateurs franciliens, forçant les prestataires et les pouvoirs publics soit à enfouir les déchets, soit à les incinérer ailleurs. Plus encore, ils ont menacé les éboueurs des sociétés privées, ce qui a poussé la société de traitement des déchets Derichebourg à arrêter un service de « collecte sanitaire d’urgence » qu’elle effectuait à la demande de la mairie de Paris depuis le 5 mars. Pour rappel, la collecte des ordures est gérée en régie ou par des prestataires privés, selon les arrondissements, un système mis en place à la demande de Bertrand Delanoé.

L’année dernière, la chambre régionale des comptes d’Île-de-France avait d’ailleurs publié un rapport au vitriol sur la gestion de la propreté de la capitale. Le coût à la tonne était évalué à 124 euros pour les prestataires privés, 144 à 344 euros, selon le type de déchets, pour la municipalité, qui ne s’est d’ailleurs pas empressée de donner une estimation exacte.  A cela, il faut ajouter la prégnance des privilèges des agents qui peuvent partir à la retraite à 57 ans (59 après la réforme) contre 64 ans pour leurs collègues du secteur privé.

Une situation délétère amenant nécessairement à la conclusion suivante : la collecte des déchets doit être privatisée dans tous les arrondissements et doit être confiée à des sociétés se faisant concurrence entre elles afin de garantir une qualité de service satisfaisante pour les Parisiens.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

5 commentaires

Astérix 16 mars 2023 - 2:47

Merci de votre article qui démontre, une fois de plus, l’incapacité des services publics à gérer de manière raisonnable.
Et tout est à l’avenant. L’ on imagine les milliards dépensés inutilement dans tous les services publics !? Et comble du comble pour les éboueurs du public qui coutent jusqu’à 340 € la tonne alors que le privé coûte 124 € la tonne, ILS SE METTENT EN GRÈVE le plus souvent possible ???? L’ on croit rêver ???
UN SEUL IMPÉRATIF, PRIVATISER TOUS LES SERVICES PUBLICS si les français arrivent ENFIN à comprendre que leurs revenus seraient beaucoup plus importants avec le privé !!
Mais le français ne comprend rien à l’économie !? Dans l’affirmative, la privatisation totale serait mise en place depuis longtemps !?
Pauvre France !

Répondre
Candide 06 16 mars 2023 - 7:09

« Mais le français ne comprend rien à l’économie !? Dans l’affirmative, la privatisation totale serait mise en place depuis longtemps !? ». Euh… c’est pas un peu court, comme logique ?
Si « les Français comprenaient », vous croyez VRAIMENT que ça changerait quelque chose ? On a l’impression dans votre phrase que le décideur n’agit pas parce qu’il ne comprend pas Bref. Critiquez, ok, mais même si c’est pas constructif (ce qui est parfaitment compréhensible et acceptable) critiquez « juste » ! Ou alors introduisez peut-être dans votre raisonnement la présence d’Etat/ politiciens/ fonctionnaires deconectés de la réalité, de la démocratie, etc…?

Répondre
Zygomar 19 mars 2023 - 4:52

Ben dites donc Candide!…. pas bien clair votre charabia!

Répondre
Dupond 16 mars 2023 - 5:39

C’est le résultat de la démocratie représentative confisquée par des élus issus de la fonction publique pour une grand nombre . La société n’est pas représentée selon sa composition d’où ces clivages grandissants . Le grand mal entendu sur la réforme des retraites est très significatif . Retraite garantie pour les fonctions publiques 75 % dernier salaire ,indexée , 45 %/50 % moyenne s/25 ans pour le privé revalorisée partiellement et retraites complémentaires par points avec ajustement réguliers des taux selon critères des gestionnaires

Répondre
Hubin 19 mars 2023 - 3:18

La privatisation de la collecte des ordures dans la moitié des arrondissements parisiens (et concomitamment le ramassage de fin de journée dans la moitié des arrondissements a été mis en œuvre en 1978 /1979 par la majorité RPR /Udf de l’époque sous l’autorité de j. Chirac l’auteur de cette mise au point étant à l’époque en charge des OM en tant que conseiller délégué
Il est agaçant de voir attribuer cette réforme à Delanoë ou à Rachida Dati puisque si il faut lui attribuer un parrain elle est le fruit de l’action de Jp Hubin .

Répondre