Accueil » Macron et la sécurité : c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes

Macron et la sécurité : c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes

par Romain Delisle

En déplacement à Nice lundi 10 janvier, ville dont le maire, Christian Estrosi, lui a apporté récemment son soutien en vue des prochaines élections, le président de la République a défendu son bilan en matière de sécurité et présenté les contours du futur projet de loi d’orientation et de programmation du ministère de l’Intérieur (LOPMI), qui n’est pas sans rappeler les LOPSSI 1 et 2 de Nicolas Sarkozy.

Le futur candidat à la magistrature suprême ne s’est pas privé d’étaler ses promesses et notamment la hausse de 25% du budget alloué à la sécurité en cinq ans, avec 1 Md€ mis sur la table la première année, deux la 2e année et ainsi de suite jusque à 5 Mds€ la 5e année, soit une facture totale de 15 Mds€.

Cet effort financier doit permettre, selon Emmanuel Macron, de doubler le nombre de policiers présents sur le terrain, et de doubler également la présence des forces de sécurité dans les transports aux heures où les agressions sont les plus importantes ainsi que le nombre d’enquêteurs dédiés aux violences intrafamiliales.

Le chef de l’Etat a également promis la création de 200 brigades de gendarmerie rurale et d’une « force d’action républicaine pour les quartiers », censée permettre de « projeter pendant plusieurs mois des forces de sécurité dédiées qui vont venir sécuriser le quartier et aider à démanteler les principaux points de deal ».

Le projet de loi LOPMI devrait être présenté en conseil des ministres quelques semaines avant la présidentielle, pendant la suspension des travaux du Parlement, et constitue donc une projection confiante sur un potentiel second mandat. A moins qu’il ne s’agisse d’une partie du programme du candidat Macron ?

L’exécutif continue d’annoncer des mesures identiques à celles prises lors des quinquennats précédents dont les résultats ont été décevants. En revanche, rien n’a été annoncé sur le contrôle de l’immigration, ni sur l’échelle des peines, ni sur la bureaucratie, la paperasserie et les procédures qui entravent l’action de la police et de la justice.

You may also like

3 commentaires

Astérix 14 janvier 2022 - 9:26

Les crétins qui nous gouvernent peuvent dépenser des milliards et augmenter le nombre de policiers à l’infini sans le moindre résultat sur la sécurité.
TANT QUE LES JUGES ROUGES EN PLACE RELACHERONT LES DÉLINQUANTS EN TOUT GENRE, IL NE SE PASSERA RIEN.

Répondre
Rémi 15 janvier 2022 - 10:14

La police arrête les chefs de bandes, les dealers, les violeurs, les voyous, les voleurs, les assassins et la JUSTICE LES RELÂCHER…. Puis la police les arrête à nouveau pour les présenter à la Justice qui les relâche selon le principe bien connu dit : Celui du mouvement perpétuel…!
La seule solution viable pour le peuple qui subit les carences gouvernementales c’est D’ÉLIMINER… DE NEUTRALISER et DE RECONDUIRE A LA FRONTIÈRE (les gouvernements étrangers seront mis dans l’obligation économiques d’accueillir leurs ressortissants…c’est une question de volonté politique) LES MALFRATS de toutes natures et origines qu’ils viennent et la Police sera alors allégé de son travail.
Le gouvernement n’a aucune volonté politique d’extraire la MAL A LA RACINE…aussi inlassablement les policiers arrêteront les mêmes délinquants de toutes catégories…
Tout le monde connait LA SOLUTION, mais il n’y a pas de volonté politique … car nos politiques ne sont que des  »ventres mous » et des « lâches », alors que le citoyen demande de la sécurité par une politique déterminée et volontariste concrète en utilisant tous les moyens appropriées et efficaces pour neutraliser ces hors la loi…
Dans cette configuration, on délestera les commissariats et autres organisations liés à la Police pour renforcer les moyens de la ‘’Justice’’ et des « centres d’accueils » …!
Mais, il faut aussi faire un grand nettoyage dans la Justice en neutralisant les « politisés » qui s’impliquent avec leurs exigences de pensées qui affecte la neutralité aux bénéfices d’engagements politiques qui doivent être sanctionnés en interne de manière drastique.
Mais la France, en l’état actuel des choses et de ses composantes, est incapable de se faire respecter et ainsi de protéger SA POLICE et SES CITOYENS qui subissent des politiciens sans statures ni courage…
Ils sont des « politiciens » auxquels les français n’accordent plus aucune crédibilité… Et pour cause…!

Répondre
AlainD 15 janvier 2022 - 5:33

A l’approche de l’élection présidentielle, le candidat non-déclaré Macron arrose à tout va, que de promesses ! On a vu ce qu’il était advenu de ses promesses de campagne de 2017. Les seuls qui aient été vraiment servis sont les plus riches comme de juste puisque ce sont ceux là qui l’ont portés au pouvoir. Pour l’essentiel du reste : gouvernement resserré et exemplaire (hmpf), réduction du nombre de fonctionnaires (rehmpf), maintien du pouvoir d’achat des retraités (on peut rire ?) Je répète ce que j’ai déjà dit par ailleurs : Macron nous ment, c’est un joueur de bonneteau et son gouvernement nous roule qui fait accepter n’importe quoi par une majorité aux ordres.
Quelle déception ce doit être pour les policiers quand ils retrouvent dans la rue les mêmes gus qu’ils avaient arrêtés la veille parce que la justice s’est faite laxiste (ex. les fumeux dalton à Lyon)
Jacques Chirac a fait une énorme connerie en ramenant le mandat du président à 5 ans faisant coïncider l’élection du président avec celle des députés, quelle erreur tactique !!!

Répondre

Laissez un commentaire