Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Lycées pros : entre miettes et démagogie

Lycées pros : entre miettes et démagogie

par
590 vues

M. Macron vient d’annoncer que les élèves en CAP et bac pro recevront entre 50 et 100 euros par semaine de stage, contre rien aujourd’hui. Au-delà de l’aspect ridicule du montant (75€ par semaine, cela fait 2€ de l’heure), il souhaite aussi, dans la même réformette, davantage orienter les formations vers les métiers qui recrutent et “renforcer le lien avec les entreprises”. Quelle perspicacité. A deux doigts de nous expliquer que quand il y a un problème, une bonne solution serait de le résoudre.  Cette réformette ne résoudra rien au problème majeur de l’enseignement professionnel : son manque d’attractivité. Or celui-ci ne vient pas de la non-rémunération des stages. Il vient essentiellement d’un système qui, parce que les universités sont gratuites et que le bac est donné à tout le monde, pousse tous les élèves à aller en filière générale puis à aller à la fac, en droit, socio, psycho ou autre et où ils échouent, se rendant compte que là n’est pas leur vocation ou préférant abandonner et faire autre chose. De toute façon, il n’y a pas d’examen et c’est gratuit.

Les propositions que l’on peut faire sont nombreuses : privatisation et mise en concurrence des universités, sélection à l’entrée des lycées et de l’université pour la voie générale.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

5 commentaires

Roven 5 mai 2023 - 6:27

Une fois de plus Macron ne sait rien faire d’autre que de communiquer et de gérer à vue en mettant nos impôts dans le trou pour voir si par hasard ça pourrait marcher !
Il faudrait s’inspirer de l’Allemagne où l’enseignement est géré localement en participation avec les entreprises qui forment les futurs salariés dont ils auront vraiment besoin, assurant ainsi aux jeunes une formation débouchant effectivement sur un emploi. En Allemagne existe aussi des possibilités d’évolution une fois entré dans la vie professionnelle, avec des retours vers des formations permettant ainsi à un technicien de devenir ingénieur en cours de carrière.

Répondre
Duhamel 5 mai 2023 - 8:00

Dans les années 1965 les programmes scolaires formaient de très bons ouvriers avec de bonnes bases .De ces salariés sont sortis moult patrons d’entreprises performantes . Mais bien sûr , les cours à l’ecole n’étaient pas des vacances ,et les élèves avaient des devoirs à la maison et de nombreuses interros de contrôle en classe. C’était 39h ,pour obtenir un CAP en 3 ans.Ensuite on pouvait continuer pour un BP en cours du soir au CNAM .A cette époque ,nous avions encore des soudeurs ,tourneurs ,chaudronniers ,capables de fabriquer des cuves de centrales nucléaires et même les soudures ( usine CAFL à
St Chamond dans la Loire ).LOL quand on voit qu’on en est plus capable à Flamenville !

Répondre
Christine 5 mai 2023 - 9:13

Il faudrait commencer par le commencement en supprimant le collège pour tous qui mélange des élèves aptes à un cursus long et ceux qui ont plutôt le profil d’un cursus court débouchant sur les métiers manuels, comme ça existait jusqu’en 1975.
45 ans à expliquer aux parents que les métiers manuels sont sales, dégradants et mal payés et à vouloir faire de la France un pays de services ont abouti à mettre sur le marché trop d’étudiants diplômés ou non qui pointent au chômage ou gagnent mal leur vie.
Par ailleurs, tous les élèves ne sont pas faits pour le bac pro bourré d’enseignement théorique et qui maintient dans le système scolaire et souvent contre leur gré des élèves qui ne réussissent à décrocher leur bac qu’à 23 ou 24 ans

Répondre
Astérix 5 mai 2023 - 12:20

Si j’ai bien compris, Macron va encore dépenser 3 milliards pour les fonctionnaires et1milliards pour les lycées !!??
Lorsque l’on connait la dette de la France : 3000 milliards + les engagements hors bilan de l’état de 5000 milliards, dont 1800 milliards pour la retraite des fonctionnaires non financée, sans compter le déficit budgétaire et commercial de la France, je n’avais déjà aucune confiance en Macron depuis sa première élection pour lequel je n’ai pas voté, mais là, nous avons atteint le summum de l’incompétence, de l’irresponsabilité et de l’imbécilité!
Ce Président est complètement à l’ouest et va finir d’achever la France grâce à sa politique de démolition cautionnée par tous nos crétins de ministres et députés « en marche » vers la faillite définitive !
Continuons vers l’incommensurable connerie !

Répondre
Astérix 5 mai 2023 - 4:25

Encore plus fort, je viens d’entendre que Madame BORNE vient de décider d’affecter 2 milliards pour un plan vélo !!!!!!??? Hallucinant !

Répondre

Laissez un commentaire