Accueil » L’ECHA confirme la non-dangerosité du glyphosate

L’ECHA confirme la non-dangerosité du glyphosate

par Aymeric Belaud

Si vous lisez régulièrement nos articles depuis plusieurs mois, vous le savez déjà. Des dizaines d’études ont démontré par le passé la non-dangerosité pour la santé humaine du glyphosate. Une nouvelle étude de l’agence européenne des produits chimiques (ECHA) vient confirmer une nouvelle fois ce fait établi, au grand désespoir des idéologues écologistes et du lobby du bio.

Ainsi, l’agence européenne estime que « sur la base d’un examen approfondi des preuves scientifiques, le comité conclut à nouveau que la classification du glyphosate en tant que cancérogène n’est pas justifiée. » Cette évaluation scientifique est une bonne nouvelle pour les agriculteurs car elle devrait ouvrir la voie à une prolongation de l’homologation du glyphosate. Rappelons qu’une interdiction du glyphosate sans substitut, comme le souhaite Jean-Luc Mélenchon, entraînerait une perte de 40% de la production agricole nationale.

Mais ce qui devrait être considéré comme rassurant par les écologistes est vu comme une manipulation, car cet avis scientifique contredit leur dogme. L’acharnement idéologique contre le glyphosate va donc continuer. Espérons que le gouvernement actuel fasse le choix de la science et de l’agriculture, plutôt que celui de la démagogie écolo-réactionnaire.

You may also like

2 commentaires

Obeguyx 6 juin 2022 - 9:00

C’est simple : si le glyphosate était dangereux, les Suisses le sauraient !!! Mais en France la connerie intellectuelle étant devenue le sport national en vogue (avec son leader BHL) et plus rien n’arrête la malfaisance qui trouve maintenant ses lettres de noblesses jusque dans la « Justice ».

Répondre
Andy Vaujambon 6 juin 2022 - 10:37

Après avoir découvert les propriétés du glyphosate sur la photosynthèse, on a recherché d’éventuelles propriétés médicamenteuses. Des volontaires ont alors reçu -en intraveineuse !- des doses croissantes : aucun n’a développé le moindre problème. Et on voudrait nous faire croire qu’une pulvérisation annuelle à 100 mètres est hautement toxique…

Répondre

Laissez un commentaire