Accueil » Macron met en musique sa vision planificatrice de l’écologie

Macron met en musique sa vision planificatrice de l’écologie

par François Turenne

Le « très libéral » Emmanuel Macron aura réussi durant son mandat à ressusciter le Haut Commissariat au plan, vestige d’une époque où l’URSS existait encore. Pire, durant sa campagne il avait emprunté au marxiste Jean-Luc Mélenchon la terminologie de planification écologique. Comment ne pas s’étonner du retour en force de mots qui fleurent bon l’époque de l’interventionnisme étatique tout puissant et de la surrégulation du marché ? Chose promise chose due. Le Président a nommé une Première ministre issue de la gauche en lui adjoignant des compétences en matière de planification écologique. Antoine Pellion est nommé Secrétaire général de la planification écologique auprès d’Elisabeth Borne. Homme de l’ombre lors du précédent quinquennat, on lui doit notamment la mise en place de la taxe carbone sur les carburants, responsable de la crise des Gilets jaunes. La logique d’Emmanuel Macron est claire, la transition écologique sera pilotée depuis Matignon avec le concours de l’Elysée. Les ministres ne seront que des exécutants.

Il est à craindre que le quinquennat à venir n’augure d’un retrait important du marché libre au nom de la transition écologique. Il est à craindre que les entreprises, déjà assommées de normes et d’impôts, ne subissent de nouvelles contraintes et injonctions politiques. D’autant que les profils nommés n’ont rien de rassurant : énarques, polytechniciens, fine fleur de l’administration. Finalement, à emprunter le vocabulaire de la gauche radicale, Emmanuel Macron va-t-il finir par s’y convertir ?

Vous pouvez aussi aimer

3 commentaires

Obeguyx 6 juin 2022 - 8:55

Je vous rassure Macron est bien de gauche; sa clique aussi (y compris les Lemaire, Darmanin, etc). Jusqu’à LR compris, ils sont TOUS de gauche. Vous parlez d’un langage d’une autre époque qui fleure bon l’interventionnisme. Il faudrait baliser cette époque, car je ne me souviens pas avoir connu ce style d’époque avant 1976. Mais peut-être, que compte tenu de mon âge, je suis frappé par « Alt Z’Heimer » (nouvelle orthographe bientôt préconisée dans la « nouvelle éducation nationale ») ou tout simplement devenu « con ».

Répondre
REMI 6 juin 2022 - 8:58

Attention aux fausses notes….

Répondre
montesquieu 6 juin 2022 - 10:20

Toujours plus collectiviste et étatique le petit monsieur de l’Elysée!
Il critique les illibéraux et les démocratures mais tout est bon pour les imiter.

Répondre

Laissez un commentaire