Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
Banner
Home » Education sexuelle à l’école : des enfants perturbés et traumatisés

Education sexuelle à l’école : des enfants perturbés et traumatisés

par Aliénor Barrière
prop_4_pendules.png

L’Express a publié une tribune mettant en garde contre les dangers de l’éducation sexuelle enseignée dans les écoles et décrivant les pratiques aberrantes employées avec les enfants. On est particulièrement choqué de lire le contenu des plateformes éducatives élaborées sous la tutelle du ministère de la Santé dans le but de mettre à la disposition des jeunes des contenus interactifs « ainsi que des outils d’aide à la gestion de sa santé sexuelle ». Voici un florilège de ce que les enfants peuvent lire sur le site onsexprime : « Quels sont les gestes qui rendent le désir plus intense ? Ceux qui excitent ? Comment atteindre l’orgasme systématiquement ? ». On croirait ces lignes sorties d’un des nombreux magazines féminins de bas étages, mais non, pour l’Education nationale, c’est de la littérature enfantine.

Concernant la pornographie, aucune interdiction n’est posée, on aide juste le mineur à ne pas en faire une norme : « Ce que tu y vois, ce sont surtout des situations pleines de clichés. Alors, même si tu peux essayer d’en faire autant, rappelle-toi que ce n’est ni une obligation, ni la seule option possible ».

On voit souvent des articles sur la baisse de la libido des couples de quarantenaires, et bien chers parents, vous pourrez désormais demander conseil à vos collégiens, car voici ce qu’ils ont pu apprendre : « Pour trouver du plaisir, on peut embrasser, toucher avec ses mains, ses doigts, sucer, lécher toutes les parties du corps… Certains-e-s aiment particulièrement la fellation, le cunnilingus ou la pénétration anale ». De quoi faire rêver quand on a 11 ans !

Les enfants subissent aujourd’hui de plein fouet les phantasmes des soixante-huitards, pas franchement regardant sur leurs nombreuses idoles et leurs pratiques pédophiles. Demandez à Camille Kouchner dont le frère en a subi les sévices.

 

You may also like

4 commentaires

Jacques Brasseul 19 janvier 2022 - 8:39

fantasmes, ‘f’.

Répondre
Philbert Carbon 19 janvier 2022 - 9:31

Avec un « f » ou « ph », les deux orthographes sont autorisées.

Répondre
JCC 14 mars 2022 - 2:26

J’ai compris On Sex Prime… puis j’ai vu on s’exprime. C’est voulu ce double sens?

Répondre
JCC 14 mars 2022 - 2:27

Ah oui apparemment oui. Eh bien, si c’est à destination des gamins, sans oublier la sauce LGBT machin, on est mal barré.

Répondre

Laissez un commentaire