Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
Banner
Home » L’indépendance des hauts fonctionnaires : un faux problème pour le Conseil constitutionnel

L’indépendance des hauts fonctionnaires : un faux problème pour le Conseil constitutionnel

par Romain Delisle
prop_4_pendules.png

Le Conseil constitutionnel s’est prononcé vendredi sur une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) de l’association des anciens élèves de l’ENA contre l’ordonnance du 2 juin 2021 créant notamment l’INSP (Institut national du service public).

Deux dispositions en particulier étaient contestées qui portaient sur l’indépendance des corps d’inspections d’une part, et sur la composition des commissions de nomination au grade de maître des requêtes à la Cour des comptes et au Conseil d’État d’autre part. Le Conseil constitutionnel a donné tort aux requérants sur les deux points. Il a d’abord argué qu’« aucun principe constitutionnel n’exige que soit garantie l’indépendance des services d’inspection généraux de l’Etat ». Puis, il a estimé que l’indépendance des juridictions précitées n’était pas mise à mal par leurs modalités de recrutement. Circulez, il n’y a rien à voir !

Rappelons que la réforme de 2021, comprenant la suppression de l’ENA, est essentiellement cosmétique, le nouvel INSP devant proposer un tronc commun aux 13 écoles actuelles de service public. Le seul changement notable concerne l’accès aux grands corps de l’Etat qui se fera après une période d’immersion dans les services publics déconcentrés de l’Etat, le projet de départ, qui prévoyait de reformer la progression de carrière des hauts-fonctionnaires sur le modèle de l’armée et de l’école de guerre, ayant été hélas abandonné.

Il est donc à craindre que cette réforme, qui ne connecte pas non plus les hauts-fonctionnaires au monde de l’entreprise, ne soit qu’un coup d’épée dans l’eau.

You may also like

1 commenter

Obeguyx 24 janvier 2022 - 10:24

Il est grandement impératif de supprimer le conseil constitutionnel qui est le 4ème ou le 5ème pouvoir. Nous nous enlisons de plus en plus en manipulant un carnet de chèque qui rend le français de plus en plus oisif et aveugle.

Répondre

Laissez un commentaire