Accueil » Cuba, un totalitarisme à bout de souffle ?

Cuba, un totalitarisme à bout de souffle ?

par Jean-Philippe Delsol

Durant l’été 2021 les Cubains se sont révoltés contre le régime qui les prive de pain et de liberté. Le 11 juillet dernier des milliers de manifestants ont défilé spontanément dans des dizaines de villes pour réclamer la fin de la dictature.

A la suite de quoi le gouvernement a arrêté des centaines de personnes. Sous la pression de l’opinion, le parquet général a dû reconnaître fin janvier que 790 Cubains, dont 55 mineurs âgés de 15 à 18 ans, ont été inculpés pour « actes de vandalisme », « atteintes à l’autorité de l’Etat » et « graves altérations de l’ordre public ». Des procès staliniens se succèdent de semaines en semaines. Début février 33 Cubains étaient jugés pour « sédition » par le tribunal du quartier 10-Octobre. Il a été requis jusqu’à 25 ans de prison à leur encontre. Des mineurs de moins de 16 ans ont été internés dans des « écoles de formation intégrale et de conduite »…

Les membres des familles dénoncent des farces de procès. Mais on les force à demander pardon à la télévision. Selon les propos rapportés par le journal Le Monde, le président de l’association Prisoners Defenders, une ONG basée à Madrid, observe que « Le régime veut créer un véritable climat de terreur avec un simulacre de justice : les avocats ne sont pas indépendants, les policiers se chargent de l’instruction, les témoins sont des agents ».

Mais alors que le peuple crie misère ces procès sont aussi la marque de la faiblesse du régime encore soutenu par Vladimir Poutine qui, après les manifestations du 11 juillet dernier, a mis en garde contre toute « ingérence étrangère » à Cuba. Ne serait-ce pas précisément le moment pour l’Occident de faire preuve de plus de fermeté à l’encontre du communisme cubain pour en précipiter le chant du cygne ?

You may also like

1 commenter

Obeguyx 11 février 2022 - 5:33

Je vois : la guerre toujours la guerre, surtout si elle est faite chez les autres. Et puis on a vu les résultats en Irak, en Lybie ou en Afghanistan. C’est vrai, c’est une bonne solution. Et puis faisons de remarquables crachats sur le communisme pendant que nous sommes balayés par l’Islamisme radical sans bouger un cil. Je finis par me demander si je ne vais pas voter pour Roussel ?

Répondre

Laissez un commentaire