Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Covoiturage : l’État n’a pas à décider à la place des Français

Covoiturage : l’État n’a pas à décider à la place des Français

par
804 vues

Le Figaro du 13 décembre nous apprend que l’État entend consacrer environ 150 millions d’euros au développement du covoiturage au plan national, en faisant adopter les trois mesures suivantes :

  • versement d’une prime de 100 euros aux primo conducteurs pour les encourager à s’engager dans cette pratique ;
  • versement d’un euro pour tout euro dépensé par une collectivité territoriale ;
  • « déblocage » de 50 millions d’euros pour contribuer à l’aménagement d’aires et de lignes de covoiturage sur voies réservées (comme celles déjà créées par la start-up Ecov dans plusieurs villes de France).

Tout part d’un constat : plus de 80% des trajets en voiture entre son domicile et son lieu de travail seraient faits par des véhicules ne comportant qu’une seule personne à bord. Le gouvernement décide donc d’intervenir pour faciliter le regroupement des « covoitureurs », arguant qu’il y va de l’environnement… autant que du porte-monnaie des travailleurs français.

Objectons d’abord qu’il n’appartient pas à l’État de prendre l’argent des uns pour le redistribuer aux autres, sous prétexte de défendre une cause d’intérêt général. Si le covoiturage répond mieux aux besoins d’un nombre croissant de Français – grâce notamment à l’existence d’une concurrence intra-sectorielle qui devrait être totalement libre -, on ne voit pas pourquoi ils ne s’en rendraient pas compte eux-mêmes et pourquoi ils auraient besoin d’être « encouragés » par l’État pour choisir ce mode de transport. Quant à la protection de l’environnement (l’écologie sincère devant être distinguée de l’idéologie écolo-socialiste), les Français n’ont pas attendu que l’État donne le la pour s’y intéresser et revoir en conséquence, s’il y a lieu, leurs comportements.

Du reste, l’adoption de telles mesures révèle qu’en France, on continue de croire que le « constructivisme » est plus efficace que le « libéralisme » (pour recourir à une terminologie hayekienne) : une poignée de technocrates saurait en effet mieux que la population ce qui est bon pour elle, et se sentirait ainsi fondée à décider d’en haut, à sa place – usant et abusant de l’ « argent public », c’est-à-dire, ne l’oublions jamais, de l’argent des contribuables.

Vous pouvez aussi aimer

3 commentaires

Laurent46 15 décembre 2022 - 5:26

On n’est plus à 150 millions de DETTES supplémentaires avec cette gouvernance. Je décide et vous payez tel est le slogan de Macron et de sa clique.

Répondre
JR 15 décembre 2022 - 9:16

Bonjour, absolument et de plus, cela initie des relents de l’époque des Hitlerjugend : https://climatetverite.net/2022/12/15/la-propagande-alarmiste-chez-les-medias-prives-francaiset-les-grands-groupes-en-france/ . Les wokolos sont le danger de ce siècle, tout le système est infiltré. A l’instar de Paris qui laisse proliférer les rats, il y a urgent à assainir nos institutions. Merci. Bien à vous

Répondre
AlainD 16 décembre 2022 - 10:12

Non mais de quoi je me mêle ? L’Etat aurait mieux à faire pour gérer correctement son budget et réduire l’énorme dette de la France, bien sûr, Macron s’en fout : en 2027(en dépit des élucubrations de Raffarin) il retournera dans une banque ou dispensera ses savoirs en conférences richement payées. Mais à la fin qu’il laisse les Français se débrouiller, pour le covoiturage et aussi dans d’autres domaines, ils n’ont nul besoin qu’on leur tienne la main en permanence et puis quand vous voulez mettre en place un système – quel qu’il soit – éviter les usines à gaz comme ce fut le cas avec la ristourne carburant par exemple…

Répondre

Laissez un commentaire