Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Alors que le Gouvernement nous prépare aux coupures de courant, 19 réacteurs nucléaires demeurent inactifs

Alors que le Gouvernement nous prépare aux coupures de courant, 19 réacteurs nucléaires demeurent inactifs

par
685 vues

Bien que la consommation d’électricité ait déjà baissé de 6 à 7 % la semaine dernière par rapport à la moyenne des années précédentes (2014-2019), l’exécutif a continué à exiger des Français qu’ils fassent des efforts de réduction de leur consommation d’énergie, arguant même d’une responsabilité collective de la population.

Pour rappel, le plan de sobriété énergétique du Gouvernement s’est fixé pour objectif de faire diminuer la consommation d’électricité de 10 % en deux ans et de 40% à horizon 2050.

Or, en début de semaine, Xavier Piechaczyk, président du directoire de Réseau de Transport d’Électricité (RTE), a annoncé ce qu’il appelle une bonne nouvelle : depuis le mois de septembre, cinq réacteurs nucléaires ont été remis en route, portant le nombre de réacteurs actifs à 37, 19 demeurant, par conséquent, à l’arrêt et mettant notre pays dans une position d’importateur d’électricité cet hiver.

La semaine dernière, l’exécutif a, de plus, annoncé un plan de préparation à d’éventuelles coupures de courant dans le cas où le réseau électrique serait surchargé du fait de températures extrêmement froides.

Ce climat anxiogène est essentiellement destiné à préparer l’opinion publique aux coupures d’électricité, source d’impopularité politique majeure. Deux enseignements principaux peuvent être tirés de l’observation de cette situation politique : d’une part, et la chose a été reconnue par Marlène Schiappa, Secrétaire d’Etat chargée de l’Economie sociale et solidaire et de la Vie associative, l’ « Etat nounou » intervient directement dans la vie privée des Français pour leur demander de baisser leur chauffage à 19° ; d’autre part, les pouvoirs publics n’ont pas été capables de rénover des réacteurs vieillissants dans les temps requis du fait d’un sous-investissement chronique dans le nucléaire. A titre d’exemple,  la fermeture de Fessenheim révèle de manière particulièrement édifiante l’impréparation de nos gouvernants.

Vous pouvez aussi aimer

2 commentaires

JR 8 décembre 2022 - 11:11

Bonjour, la crise énergétique est la résultante de l’inaction énergétique de nos gouvernements depuis quinze ans et accentuée par le chantage au C02 présent à 0,04 %, molécule pourtant rare, incolore, inodore, indispensable et irremplaçable à la vie sur terre: https://climatetverite.net/2022/12/08/le-co2-nest-quun-alibi-et-maintenant/ Merci. Bien à vous

Répondre
JR 8 décembre 2022 - 11:26

Bonjour, en attendant ce sont les citoyens contribuables électeurs qui payent. D’un autre point de vue, on a les politiciens que nous méritons. Bien que bon nombre qui pleurent aujourd’hui, ne lisaient même pas les programmes des candidats. Bon, me direz-vous, les 80 km/h, les malus à 50 000 €, les supers malus, les malus au poids et les ZFE n’étaient pas dans le programme de Macron et pourtant ! Certes, mais malgré tout, il y a toujours des indices.
https://climatetverite.net/2022/12/08/envolee-des-prix-de-lelectricite-a-qui-la-faute/
Le seul moyen de rétablir une perspective énergétique ambitieuse pour notre pays est de bien voter.
Et surtout, réhabilitons le C02, molécule bienfaisante. Merci. Bien à vous

Répondre

Laissez un commentaire