Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » L’Allemagne ne pourra pas fermer les centrales à charbon en 2030

L’Allemagne ne pourra pas fermer les centrales à charbon en 2030

par
1 037 vues

Mercredi 1er novembre, dans une interview au journal Kölner Stadt-Anzeiger, Christian Lindner, le ministre des finances de la République fédérale d’Allemagne, membre du parti FDP (classé comme libéral), a vertement critiqué le plan de la coalition, menée par le chancelier Olaf Scholtz, de fermer les centrales à charbon du pays en 2030.

Le grand argentier ne se prive pas non plus de tirer à boulets rouges sur la décision, prise par Angela Merkel, de fermer les trois dernières centrales nucléaires du pays.

La coalition au pouvoir Outre-Rhin est composée des sociaux démocrate (SPD), des Verts et du FDP. Il y a quelques semaines, elle a été  mise en très grande difficulté lors d’élections dans les lands de Hesse et de Bavière.

L’accord passé entre les trois partis prévoyait d’avancer la sortie du charbon de 2038 à 2030. Mais au moment où le pays se trouve au bord de la récession, faire monter les coûts de l’énergie pourrait mettre en péril la compétitivité si chèrement acquise de l’industrie allemande, ce qui, pour n’importe quel homme politique éclairé, peut paraitre légèrement rebutant. Le ministre de l’Économie, l’écologiste Robert Habeck, se contente, de son côté, de vouloir instaurer un bouclier énergétique sur l’électricité pour les industries les plus consommatrices comme la chimie ou la sidérurgie.

Le pays de Goethe mettrait-il enfin un terme à cette étrange cécité qui l’a conduit à rejeter une énergie entièrement décarbonée ? Après des mois de négociation, la France a finalement réussi mi-octobre à tordre le bras de Berlin et a obtenu l’autorisation de continuer à soutenir le développement de sa filière nucléaire. Cette affaire jette, en tout cas, une lumière assez crue sur les errements des européens quant à la composition de leur mix énergétique et révèle l’importance capitale de l’atome, source d’énergie dont il sera impossible de se passer dans un avenir prévisible.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

3 commentaires

Christian Augustin 3 novembre 2023 - 7:22

Quand Angela Merkel a annoncé, en mars 2011, la sortie du nucléaire, le FDP était au pouvoir, avec la CDU/CSU. Ne porte-t-il pas lui aussi la responsabilité de la décision prise ?

Répondre
Nemouk 3 novembre 2023 - 2:35

Et parallèlement l’Allemagne va exporter son électricité éolienne…
Il n’y a pas que chez nous qu’on marche sur la tête !

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/electricite-un-cable-sous-marin-geant-reliera-l-allemagne-et-le-royaume-uni-en-2028-926755.html

Répondre
Almaviva 3 novembre 2023 - 7:30

La france a mis un certain temps à comprendre qu’il fallait sortir des exigences allemandes !! Nous avons perdu beaucoup de temps et ,nous en subissons encore les conséquences !

Répondre

Laissez un commentaire