Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Quand les élèves font les frais des absences d’enseignants

Quand les élèves font les frais des absences d’enseignants

par
369 vues

L’école souffre de bien des maux, parmi lesquels le non-remplacement des enseignants. A tous les échelons de l’éducation,  des cours de mathématiques, de technologie, ou des leçons de niveau primaire ne peuvent être assurés. Les adhérents de la fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE) placent ce problème en deuxième position, derrière le manque d’auxiliaires pour élèves en situation de handicap (AESH) et devant la précarité des familles. Cela peut être dû aux congés maternité, ce qui est surprenant car cela s’anticipe, et aux congés maladie.

Le problème tient autant à la difficulté de former des enseignants habilités à enseigner qu’à un désamour pour la fonction, plus proche aujourd’hui de celle d’un policier désarmé que de celle d’un instructeur. Les programmes sont plus bas que terre, les élèves refusent d’apprendre et trouvent souvent chez leurs parents une oreille trop complice. Quant aux instances gouvernementales, elles veulent avant tout éviter les vagues, les scandales. Les enseignants sont livrés à eux-mêmes. Certains démissionnent, d’autres mettent leur santé en danger, et les derniers se répartissent les tâches des absents. Il faut bien sûr ajouter à cette liste quelques professeurs peu investis pour lesquels l’arrêt maladie est une façon comme une autre de prendre des congés hors vacances scolaires.

Le non-remplacement des enseignants ayant plusieurs causes, pour redonner à tous les élèves la chance de réussir, l’Education nationale a plusieurs solutions. Elle peut mettre fin au statut de la fonction publique pour les enseignants, ce qui lui permettrait de mieux payer les plus compétents et de mettre fin au contrat de ceux qui ne conviennent pas, mais aussi de faciliter les recrutements. Le retour de l’excellence et de la discipline en classe est aussi une piste, pour que l’élève roi ne soit plus le cancre capricieux mais le travailleur motivé.

Vous pouvez aussi aimer

4 commentaires

Oncpicsou 7 décembre 2022 - 8:31

1 -Rien ne justifie le statut de fonctionnaire d’un enseignant
2 -Jusqu’au collège le recrutement devrait avoir comme priorité l’aptitude à animer et l’empathie pour les enfants. Pour cela il doit y avoir des tests. Nous savons tous que les enfants n’ont pas vraiment idée du pourquoi ils travaillent mais que satisfaire le prof qu’ils estiment les motivent. N’ai-je pas lu qu’il fallait chasser l’affectif dans la relation prof élève! Le métier de l’enseignant ne devrait être basé que sur l’aptitude à transmettre un savoir et a animer et non sur les diplômes (au moins le bac ,le vrai, et jusqu’au collège).
3 -Saurons nous un jour qui décide des programmes et avec quelle compétence et légitimité ?

Répondre
Zaza 7 décembre 2022 - 6:30

Oncpicsou
On sait très bien qui rédige les programmes : une poignée de gens recrutés par cooptation idéologique gauchiste.
Certains d’entre eux n’ont jamais enseigné et son bourrés de théories fumeuses qu’ils forcent les enseignants à appliquer, contre toute logique.
La plus connue étant bien sûr la méthode globale qui a hélas la vie dure.
Je vous conseile de lire « Mais qui sont les assassins de l’école » et vous constaterez que ce massacre dure depuis 50 ans.

Répondre
Oncpicsou 9 décembre 2022 - 7:52

Merci Zaza
Si on a les noms et que le préjudice est établi, qui peut engager des poursuites?

Répondre
Astérix 12 décembre 2022 - 8:48

Il faut utiliser internet pour l’enseignement en général et ainsi supprimer l’école traditionnelle en fin de vie à cause des enseignants gauchosbolchéviques. Des économies énormes sur le budget et la mise en vente de tous les sites immobiliers qui nous ont couté la peau des fesses !

Répondre

Laissez un commentaire